Apprendre la bourse: l'essence des chandeliers japonais

Publié le par Apprendrelabourse.org

Apprendre la bourse : l'essence des chandeliers japonais

Visionnez la vidéo de formation sur l’essence des chandeliers japonais.

La leçon n°12 aborde le concept des chandeliers japonais, ceci afin de compléter les notions abordées lors du chapitre 3 qui visait à comprendre, répéter et utiliser ces derniers.

Développés au XVIème siècle, la méthode des chandeliers est la plus ancienne représentation graphique des cours. A l’origine, cette technique a été inventée par les japonais afin d’analyser graphiquement l’évolution des prix des contrats de riz.

Par la suite, durant les années 1990, cette technique a été généralisée à l’analyse de l’ensemble des marchés dans le but de mieux comprendre les rapports de force entre acheteurs et vendeurs ainsi que de prévoir le comportement du marché à court terme.

Voici les principaux points qu’il faut garder à l’esprit afin de comprendre le fonctionnement des chandeliers japonais.

Les graphiques en chandelier sont faciles à lire et font apparaître immédiatement l’information.

Cette représentation graphique particulière permet de déceler et d’interpréter la psychologie des investisseurs.

Les chandeliers japonais peuvent parfois être regroupés pour former des combinaisons caractéristiques.

Il est important de noter que la notion de symétrie est omniprésente dans la théorie des chandeliers.

Enfin, rappelons que les signaux donnés dans les chandeliers ont beaucoup de sens lors d’une tendance, peu dans des range.

Faisons, tout d’abord un bref rappel sur la construction d’un chandelier. Un chandelier japonais représente une séance de cotation. Il est formé par une section rectangulaire appelé « corps vrai » ainsi que de deux traits fins que l’on nomme « mèche » tracés de part et d’autres de cette section. Le « corps vrai » représente le range entre le cours d’ouverture et le cours de clôture de la séance représentée. Les « mèches » représentent les extrêmes de prix atteints au cours de la séance. Par conséquent, le sommet de l’ombre haute représente le plus haut de la séance et l’extrémité de l’ombre basse représente le plus bas.

Nous allons voir que la couleur ainsi que les proportions des éléments qui composent les chandeliers japonais leurs confèrent des significations particulières. Ces caractéristiques représentent en fait l’évolution et l’intensité du combat que ce sont livrés les acheteurs et les vendeurs.

Le Yang

Un chandelier blanc, ou Yang, représente une séance haussière, c’est-à-dire, une séance pour laquelle le cours de clôture est supérieur au cours d’ouverture. La couleur blanche du « corps vrai » signifie donc que les acheteurs ont remporté la lutte contre les vendeurs.

Prenons quelques exemples afin de mieux comprendre comment interpréter le comportement des opérateurs. Dans le premier cas, on observe un grand « corps vrai » de couleur blanche sans mèche. Ce type de chandelier est appelé « Marubozu » et montre une forte domination du camp des acheteurs. Leur victoire est totale, ils ont mené la séance du début à la fin. La poursuite du mouvement haussier est donc plus que probable.

Le second exemple montre également une victoire de la force acheteuse. Cependant, la présence d’une mèche basse d’une taille conséquente indique que la pression vendeuse a été très forte à certains moments de la séance. La poursuite du mouvement haussier est forte probable mais le risque de retour des vendeurs reste présent.

Sur le chandelier du milieu, la présence d’ombres plus longues que le « corps vrai » indique une forte volatilité durant la séance ainsi qu’une bataille sans merci entre acheteurs et vendeurs. La pression vendeuse est vaincue momentanément mais la probabilité d’une extension du mouvement haussier est affaiblie.

Enfin, le dernier exemple montre une nette victoire des acheteurs bien que les vendeurs aient légèrement freiné la hausse, d’où la présence d’une mèche haute. Toutefois, la probabilité d’une poursuite du mouvement haussier reste forte. Cette bougie reste néanmoins la moins haussière des quatre.

Le Yin

Un chandelier noir, ou Yin en japonais, représente une séance baissière pour laquelle le cours de clôture est donc logiquement inférieur au cours d’ouverture. La couleur noire du « corps vrai » signifie que ce sont, cette fois, les vendeurs qui ont remporté la lutte contre les acheteurs.

Une fois encore prenons quelques exemples afin d’interpréter concrètement le comportement des opérateurs. Dans le premier cas, le Marubozu noir, montre une forte domination du camp vendeur. Leur victoire est totale. Ils ont mené la séance du début à la fin. La poursuite du mouvement baissier est donc plus que probable.

Le second exemple indique que les vendeurs ont fini par remporter la bataille mais que la pression acheteuse a été très importante à certains moments de la séance. La probabilité d’une ouverture en baisse le lendemain reste forte mais la possibilité d’un retournement haussier durant la séance n’est pas à exclure.

Sur le chandelier du milieu, de la même manière que pour la variante de couleur blanche, la présence d’ombres plus longues que le corps vrai indique une forte volatilité durant la séance ainsi qu’une bataille sans merci entre acheteurs et vendeurs. C’est, cette fois-ci, la pression vendeuse, qui a dominé la séance mais des acheteurs sont parvenus à y faire face. La probabilité d’une extension du mouvement baissier se trouve donc affaiblie.

Enfin, le dernier exemple montre une victoire évidente de la force vendeuse bien que les acheteurs aient légèrement freiné la baisse d’où la présence d’une mèche basse. La probabilité d’une poursuite du mouvement baissier reste forte. Cette bougie reste néanmoins la moins baissière des quatre.

L’indécision

Des « corps vrai » de petites tailles mettent en évidence un marché où acheteurs et vendeurs se sont livrés un combat acharné dans un range étroit et témoignent ainsi d’un certain équilibre entre l’offre et la demande. De tels chandeliers que l’on nomme habituellement « Toupies » indiquent que le marché manque de souffle pour poursuivre dans un sens ou dans l’autre et sont donc synonyme d’une certaine indécision de la part des opérateurs aussi bien acheteurs que vendeurs.

Dans un marché sans tendance, le signal donné par une toupie est négligeable. Cependant, dans une tendance marquée, cette dernière indique que la force du mouvement a diminué. Une toupie, lance donc un signal de prudence qui devra toutefois être confirmé par les chandeliers suivants.

Le retournement

Certains chandeliers nommés Doji apparaîssent avec un « corps vrai » représentés par un simple trait. Les Doji sont, en effet, des chandeliers caractéristiques représentant une séance dont le niveau de clôture est égal au niveau d’ouverture. En d’autres termes, acheteurs et vendeurs se sont livrés une bataille au terme de laquelle il n’y a pas eu de vainqueur.

Un Doji est considéré le plus souvent comme une figure de retournement de tendance. Cependant, il est nécessaire d’attendre la confirmation des chandeliers suivants pour valider tout signal donné par un Doji que ce soit à l’achat ou à la vente.

Enfin, de la même manière que pour les autres types de chandeliers, le signal donné par un Doji sera beaucoup plus pertinent dans un marché affichant une tendance claire que dans un marché plat.

D’autres chandeliers sont également considérés comme des figures de retournement de tendance. Il s’agit par exemple du marteau et de l’étoile filante. Le marteau est un chandelier caractéristique possédant un petit corps blanc ou noir et une longue ombre basse. Le marteau est une figure de retournement haussier. En d’autres termes, il indique la fin momentanée d’une tendance baissière. Il est possible de l’interpréter comme suit. Dans une tendance baissière, les acheteurs jugeant le prix assez bas pour prendre des positions font leur apparition et lancent un rallye qui fait monter les cours sur le haut du range. La mèche basse indique donc un retour puissant des forces acheteuses et plus la taille de la mèche est importante, plus le signal de retournement de tendance est fort. Un chandelier similaire au marteau peut également être à l’origine d’un signal de retournement baissier. On parlera alors de pendu.

Tout comme le marteau, l’étoile filante possède un petit « corps vrai » blanc ou noir mais cette fois, au pied d’une longue ombre haute. L’étoile filante est une figure de retournement baissier. En d’autres termes, ce chandelier indique, la fin momentanée d’une tendance haussière. Son interprétation est la suivante : dans une tendance haussière, les vendeurs jugeant le prix suffisamment élevés pour prendre des positions font leur apparition et lancent un rallye qui fait baisser les cours sur le bas du range. La mèche haute indique donc un retour vigoureux des forces vendeuses. Cette fois encore, plus la taille de la mèche est importante, plus le signal de retournement de tendance est fort. Il est possible d’observer un chandelier similaire à l’étoile filante en bas de tendance et donc à l’origine d’un retournement haussier, on parlera alors d’un marteau inversé.

Publié dans APPRENDRE LA BOURSE

Commenter cet article