Actualité - Bourse : le vert domine

Publié le par Apprendrelabourse.org

fotolia-actualit---675198.jpgLe CAC  40 termine en hausse de + 0,21 % à 5 700,65 points dans des volumes  très conséquents à près de 12 milliards €  échangés et  même en hausse par rapport à ceux de mercredi dernier. La hausse aura été plus importante à Francfort  avec un DAX  clôturant à 7794,43 points ( + 0,77 %) qui  vient de casser à la hausse son biseau ascendant ( --> Flash - DAX : Francfort à un dernier coup de rein des cîmes ) et qui retrouve un niveau supérieur au 25 juillet dernier..départ de cette 'purge estivale'. Il faudra certes encore confirmer tout cela lundi mais le DAX a ici la faculté de faire basculer les choses et, dès lundi à Francfort, la possibilité de transmettre peut être l'idée que sur les plus grosses actions de la 1ère économie européenne, la correction est, d'un point de vue graphique 'terminée'.

Il n'en va pas de même pour le CAC 40 que nous analyserons ce week-end... mais déjà le Dow Jones reflirte avec les 14 000 points (plus hauts historiques) à 13 861 points en hausse de + 0,69 % vers 19 heures de Paris.

Rien n'est changé sur le fond de l'immobilier, économique et du risque de crédit mais les indices US et allemand montre un appétit pour le risque retrouvé. Fondamentalement et rationnellement peux-t-on justifié cela ? OUI... et même si toutes les argumentations sont ici possibles : cela va trop vite, ça va retomber, ça y est on est reparti etc... il est une donnée inhérente aux marchés financiers qui a bel et bien bougé mardi soir avec la baisse de la FED et qui concerne le rapport entre les actions et les obligations, les 2 actifs financiers les plus répandus et les plus travaillés.

  1. ** En baissant les taux, la Fed aura abaissé le taux des obligations fédérales amenant une moindre rémunération sur celles-ci et donc automatiquement pour un même niveau de cours des actions à rendre ces dernières plus attractives en comparaison. Tout ceci vous est expliqué dans le livre et concerne la notion essentielle de 'prime de risque' qu'il est impossible de détailler ici en quelques mots. Le chapitre vers lequel je vous renvois pour en savoir plus vous permettra d'apprécier ceci en tendance et l'appliquer à d'autres actifs pour bien fonder ses décisions et voir où on en est de temps à autres avec ses investissements. Quoi qu'on en dise ou qu'on en pense : depuis mardi, un investissement action réputé plus risqué qu'une obligation d'Etat offre une rémunération supérieure et donc un potentiel que plus d'investisseurs prennent l'option d'arbitrer les unes contre les autres dans un mouvement inverse du 'flight to quality' qui faisait basculer les actions vers les obligations.
C'est assez simple à comprendre : lorsqu'une rémunération d'un actif est en baisse son attractivité diminue... par rapport à ceux qui n'ont pas bougé. Il suffit d'ailleurs de regarder à nouveau l'évolution du dollar toujours faible ce soir --> Chute du dollar : le grand sacrifié des taux

La baisse des taux permettra-t-elle le redémarrage économique ? Cela amortira-t-il les risques immobiliers et de contagion à l'économie.. nul ne sait encore... mais ce soir et à l'issue d'une semaine chargée en records en tous genres la prime de risque a joué en faveur des actions et cela se matérialise par des positions sur le Dow et le Dax plus favorables.

La baisse des taux n'a pas résolu l'aléa économique actuel bien sûr mais l'équation financière et fondamentale 'obligations ou actions ?" a basculé au moins sur ce court horizon de temps depuis le mileu de semaine fondamentalement un peu plus sur les actions. A suivre.

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article

désabusé 22/09/2007 07:01

bonjour,  On évoque des grondements du côté des bailleurs de fonds des USA, votre opinion? est il interessant pour les Chinois d'acheter du dollar pour le soutenir. Les producteurs de pétrole supporteront ils longtemps d'être payés en dollars?  Pétrole et or montent fortement,  

Gilles Caye 24/09/2007 13:12

Bonsoir,Il est intéressant depuis des années pour la Chine de maintenir la parité le dollar baissant mais l'afflux de devises représente une trop grande proportion de ses réserves de change dorénavant.Aucun pays n'a la puissance économique, militaire, diplomatique ou culturelle pour pouvoir dire 'stop plus de $' mais à chaque fois que ce trop plein de dollars vient à créer des distorsions dans les économies intérieures de ces pays des actions sont entreprises (le Koweit a depuis mai arrêté sa parité et l'a remplacé par un panier de monnaies, Qatar augmente ses réserves d'or, l'Arabie saoudite a refusé dernièrement de baisser les taux comme la Fed pour maintenir la parité)