Actualité - Bourse : les marchés dans l'expectative permanente

Publié le par Apprendrelabourse.org

fotolia-actualit---675198.jpgLe CAC 40 est resté stable ce jour en hausse de + 0,06 % à 5 538,91 points dans des volumes moyens  alors que Francfort lâche un peu de terrain sous les 7 800  en baisse de - 0,38 %.

Si l'indice des prix est ressorti en France en Octobre relativement conforme aux attentes, en hausse de + 0,2 % soit  + 2 % sur un an sous l'effet de la progression des prix de l'énergie et des produits alimentaires, l'indice du sentiment économique allemand publié par l'institut ZEW chute assez lourdement en novembre à - 32,5 contre - 18,1 en octobre et - 20 attendu (pire pronostic : -25) sous l'effet de la baisse du dollar qui affaiblit le potentiel à l'exportation et de la crise du crédit. Si la situation actuelle est jugée globalement stable, ce sont surtout les perspectives qui régressent fortement.

Cette donnée maussade s'est accompagnée d'une production industrielle pour la zone euro en baisse de - 0,7% en septembre (+ 3,5% sur un an) supérieure aux - 0,2 % attendus et contre + 1,2 % en août.

Les perspectives de croissance globale se restreignent peu à peu à l'image de ce que nous avons vu hier pour les sociétés du S&P 500 et pèsent sur les prix du pétrole avec une croissance de la demande qui passe de + 1,5 % à + 1,2 % pour 2007 selon l'Agence Internationale de l'Energie (AIE) Les prix de l'or noir décélèrent enfin avec cette information et en même temps que la hausse de la production est évoquée en préliminaire du sommet de l'OPEP qui doit se tenir ce week-end.

Les bancaires sont restées fermes en Europe mais trustent les 1ères places à New York ce soir avec J.P Morgan et Citigroup aux alentours de + 5 % permettant au Dow Jones de s'extraire des 13 000 point sous lesquels la clôture s'était effectuée hier soir (en hausse de + 1,30 % vers 18H30 ce jour)

Les marchés toujours dans l'expectative concernant la crise du crédit enregistrent des évaluations de pertes liées au subprime qui dépassent dorénavant de très loin les 100 à 150 milliards de $ de pertes prévues au départ, les chiffres circulant jour après jour actuellement croisant régulièrement entre 250 à 400 milliards $.

L'incertitude est toujours de mise et les opérateurs ne savent pas trop sur quel pied danser en dépit du rebond en cours avec les nouvelles négatives de Home Depot, N°1 du bricolage,
qui a publié un bénéfice trimestriel (arrêté à fin octobre) conformément aux attentes mais avec des révisions de perspectives à la baisse, la société évoquant, le recul du bénéfice par action pour la totalité de l'année, celui-ci étant désormais vu à - 11 % contre - 7 à - 9 % précédemment. C'est en fait les résultats de Wal-Mart qui pour l'heure cristallise les volontés haussières dans l'attente tout à l'heure des promesses de ventes dans l'immobilier.
  1. En effet, le N°1 mondial de la grande distribution Wal-Mart Stores a réalisé sur le trimestre clos le 31 octobre un bénéfice net de 70 cents par action contre 67 attendus.
  2. Bref, une nouvelle confirmation pour les marchés que l'immobilier engendre des difficultés dans les activités environnantes mais que la consommation dans son ensemble tient toujours.
Enfin, face à des questionnements lancinants sur la crise du crédit qui intègre les crédits immobiliers à risque dits 'subprimes' et par ricochet une grande part des crédits titrisés amenant eux mêmes des restrictions dans l'octroi de nouveaux prêts désignées sous le vocable 'credit crunch', le marché monétaire semble au moins en Europe arriver à se stabiliser avec un excès de liquidités, la BCE ponctionnant ce jour 27 milliards € (mais sous ses anticipations situées 10 milliards au-dessus)

A suivre demain : les premiers chiffres de la croissance du 3 ème trimestre en France et en Allemagne ainsi que les ventes au détail US. Nous devrions également connaître le chiffre des saisies immobilières pour le mois d'octobre courant de cette semaine.

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article