L'économie US toujours assez résistante

Publié le par Apprendrelabourse.org

fotolia-actualit---675198-copie-1.jpgLe CAC  40 termine la semaine sur un gain de + 0,79 % à 5 718,75 points dans des volumes  sous leur moyenne (sur 15 séances) depuis le début de semaine, cette dernière séance étant encore légèrement en retrait .

L'essentiel de la hausse s'est réalisée dans un ajustement avec Wall Street qui est repassé au-dessus des 13 600 points hier soir à la faveur de l'annonce du plan Bush concernant les saisies immobilières qui a rassuré les intervenants.

Pour plus de détails, vous pouvez vous reporter à l'article d'hier soir --> Subprime / crise du crédit : le plan Bush cible-t-il la cause première des saisies immobilières ?

La statistique phare du jour concernait les données officielles sur l'emploi US qui ressortent supérieures aux attentes à 94 000
(et qui se situaient à 70 / 80 000 créations d'emplois suivant les différents consensus retenus et les panels d'économistes interrogés)

Moins favorable a été la révision à la baisse des chiffres du mois de septembre à 44 000 contre 96 000 en 1ère estimation soit à son plus bas niveau en 3 ans et demi, la révision sur octobre étant très faible et passe de 166 à 170 000.

Dans les grandes masses : l'industrie perd 33 000 emplois, les services en créent 127 000.

En allant plus dans le détail : le secteur de l'immobilier perd 55 000 emplois et le secteur financier 13 000, le bâtiment régressant de 24 000 postes et l'industrie manufacturière de - 11 000 alors que l'éducation et la santé ont créé 28 000 emplois suivies par la distribution ( + 24 000)

Rien de neuf en somme : désindustrialisation, part toujours accrue des services,  faiblesse de l'emploi directement productif, ralentissement des créations mais résistance au-delà des attentes moyennes.

Concernant le consommateur,
l'indice de confiance des consommateurs (indicateur de l'Université du Michigan ) est ressorti à 74,5 en décembre contre 75 attendus  et après 76,1 le mois dernier, l'érosion étant là aussi à nouveau constatée.

Le CAC 40 clôture la semaine avec un gain de + 0,85 % avec en arrière-plan des éléments qui cumulent une annonce exceptionnelle de la part de G.W. BUSH, une résistance de l'emploi surtout mise en exergue avec les statistiques de mercredi dernier (ceux du jour étant par rapport à l'enquête ADP un peu en retrait) et la tendance de court terme étant soutenue par une anticipation majeure de baisse des taux mardi de la semaine prochaine.

D'autres articles sont à suivre ce week-end avec notamment des analyses techniques plus vues depuis quelques temps pour aborder au mieux la suite des évènements notamment concernant Francfort qui stationnne juste sous sa résistance à 8 000 points.

Toute suggestion ou demande de sujet que vous souhaiteriez voir traiter est la bienvenue et nous permettra de préparer "le programme" pour l'année prochaine.

Le Dow Jones termine la semaine sur un équilibre quasi parfait après le nouveau bond d'hier, les statistiques sur l'emploi n'ayant pas d'effets particuliers ni sur l'indice, ni sur le dollar à l'équilibre aussi quasi parfait avec l'euro à 1,4654.

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article

Fabrice 09/12/2007 17:26

Gilles,Je vous remercie de votre réponse. Je suis en admiration de l'énorme travail que vous devez fournir quotidiennement pour assurer la qualité rédactionnelle et le suivi que vous apportez à vos auditeurs.Avec le temps, j'ai également de mon côté rassemblé un certains nombres de lien sde qualité vers des blogs et d'autres sources d'informations (principalement chez des maisons de gestions).Si vous le souhaitez, je peux vous transmettre cette liste.Comme vous le notez très justement, j'essaie toujours de d'appréhender au mieux de mes capacités les grandes données macroéconomiques car elles me sont trsè utiles dans la gestion de mon portefeuille.Ayant un temps fini à y consacrer je ne fais que de la gestion d'OPCVM (mélange d'émeregents, de fonds euro et de fonds bear en fonction des phases des marchés) sous assurance vie en faisant un peu de market timing sur mes arbitrages.Les conditions économiques actuelles engendrent des réactions difficilement appréhendables. Cela est source bien évidemment d'un peu d'alpha, mais également de beaucoup de stress ! Dans ma démarche prudente d'anticipation, j'utilise un certain nombre d'indicateurs avancés dont je sais qu'ils sont historiquement efficaces mais que je ne maîtrisent que partiellement. Notons par exemple : les cours du cuivre, le Baltic dry index, les indices ABX et CMBX de markit, ... AInsi, si vous maîtrisez un quelconque de ces indicateurs, je serais enchantés de pouvoir lire vos commentaires.J'attends également avec impatience, vos articles macro prévus pour fin janvier.Avant de vous quitter, je vous réitère mes félicitations dans votre démarche de partage de vos connaissances, source d'enrichissement aussi bien pour les autres que pour soi-même.Bien à vous,Fabrice

Gilles Caye 10/12/2007 23:32

Bonsoir,Merci. Vous pouvez mettre vos liens en commentaire si vous le souhaitez, si la liste est longue faites moi un mail via 'contact'.Les indices ABX ont été traités ici depuis le tout début d'année, c'était la chose à ne surtout pas louper en 2007 pour comprendre et suivre la crise du crédit. Logiquement c'est le genre de choses qui n'a rien à faire dans le domaine de la formation tous publics car ce sont des marchés de professionnels par excellence mais vu la tournure des évènements il convenait de montrer cela au plus vite.Derniers éléments dans L'évolution du risque crédit : une longue dégradation qui ne date pas d'hierLe site Markit est une mine effectivement mais je ne vois pas bien ce que dorénavant j'irai y trouver pour la décision si ce n'est la constation d'une dégradation ou amélioration (?!) et la réappréciation de tous les spreads qui se retrouvent partout. La crise est allée bien plus loin, dans des retraits paniques de fond d'investissements en Floride comme évoqué par exemple. Suivre les indices Markit c'est un peu comme suivre l'évolution des premiers stades d'une maladie sans aller voir les autres symptômes qui apparaissent (même si on en retrouve via l'i-boxx,l'i-traxx) Rester sur le poul de l'aversion au risque ne donne pas la direction de la contagion.La réappréciation des spreads ou écarts de taux entre les obligations européennes gouvernementales pourtant toutes affilliées à l'euro et à la BCE est un signe à ne pas négliger comme évoqué 2 ou 3 semaines en arrière. La réappréciation des risques est partout...pas d'exception.Le cuivre fera l'objet d'articles car effectivement c'est un indicateur général. Dans l'ordre des choses et des priorités, "l'indicateur" Merrill Lynch paraissait à traiter prioritairement par exemple..Quant au BDI, je le regarde quand il me passe sous les yeux mais ne vais pas le chercher... ma pratique étant ici limitée.

Fabrice 08/12/2007 12:16

Monsieur,Je ne post jamais de commentaires sur votre site car je n'ai pas grand chose à dire. Toutefois, je voulais tout de même vous remercier pour la qualité de votre blog que je lis toujours avec plaisir. J'apprends énormément tout au long de vos posts et je vous en suis extrêmement reconnaissant.En tant que thuriféraire de votre prose je me permettrais une remarque et quelques suggestions éditoriales:Tout d'abord, je lis nombre d'autres blogs et certains vous ont référencé (c'est comme ça que je vous ai découvert) aussi peut-être pourriez-vous en indiquer également certains dont vous apprécieriez la contenance.Ensuite, j'aimerai pouvoir lire vos explications liant les grandes données économiques : inflation, taux d'intérêts, marchés, chômage, taux de croissance ... Régulièrement par exemple je lis que la croissance rapide de la Chine pourrait entraîner une surchauffe de son économie, mais je ne comprends pas le lien de causalité !En vous renouvelant à nouveau mes félicitations pour votre travail, je vous souhaite un bon week-end.Au plaisir de vous lire.

Gilles Caye 08/12/2007 18:07

Bonjour,Merci beaucoup pour vos encouragements Fabrice et vos suggestions dont je prends note. Je suis très heureux que tout ceci vous soit utile.Pour début 2008, la principale avancée concernera la navigation avec l'accès à des pages reprenant la liste des titres des articles des 3 grandes rubriques "Se former " Decider" et "trader/trading" pour une meilleure accessibilité (à partir du menu horizontal au centre)Concernant les liens, j'ai une liste de blogs parmi 'les articles prêts à être lancés" mais je pense remanier les liens via un petit annuaire sans doute. Je réfléchis... car les profils et les attentes des visiteurs sont extrêmement variés.Concernant les liens entre les grandes données économiques, cela passe avant tout par un état des lieux car comme vous le constatez en prenant le premier terme que vous citez l'inflation, celle-ci a non seulement accélérée mais est plus prononcée aux USA qu'en Europe et les causes invoquées concernant les matières premières n'apparaissent pas de façon évidente si on regarde les cours des matières premières dans d'autres devises. La question de sa durée et de sa confrontation avec au contraire la pression à la baisse sur les prix immobiliers me paraît devoir être traitée en premier lieu. Un des buts ici est de vous montrer "où on en est", l'investisseur ayant toujours à coeur de savoir, surtout en débutant 'où il met les pieds" avec les problèmatiques qui en résultent.L'autre aspect est qu'il faut bien reconnaître que la période actuelle remet en cause beaucoup de liens classiques et temps que les corrélations ne sont pas établies et croisées suivant différents éléments évoquer des liens ne serait que l'expression du sentiment d'un seul et relativement peu un support pour pouvoir vous aiguiller correctement.Je crois que les choses en débat dans l'économie doivent être désignée comme telle. De même l'édito n°2 sur le dollar pose la question de sa valeur, vous pouvez constater que c'est une chose cruciale surtout en cette fin 2007. Il y a de nombreux nouveaux liens de cause à effet entrain d'être découverts en la matière car on est sur le seuil d'une zone inconnue.Ouvert en 96 et non en 2006, ce blog aurait sans doute comporté plus d'articles disons 'académiques' sur les données économiques et moins de type 'finance', ici l'essentiel porte encore sur des aspects financiers, de marchés du crédit, de problèmes de liquidités qu'il convient que vous ayez bien en tête car ils ont des liens et des effets planétaire sur toutes les grandes données citées. Il ne faut pas passer à travers cet élément. Sur 10 ans c'est la donnée majeure avec la mondialisation.Pour rester sur l'inflation, on a vu qu'elle augmente mais que les taux baissent alors qu'un article "comprendre l'économie : inflation et obligations" vous aurez montré la nécessité dans un environnement inflationniste pour l'investisseur d'obtenir des taux supérieurs pour conserver un rendement net positif. Un tel article et une telle causalité il y a 1 ou 2 mois en arrière vous aurait emmené au "casse-pipe"... car lorsque le ralentissement économique pointe et la peur gagne, elles deviennent un refuge relèguant les considérations inflationnistes à l'arrière-plan ce que nous avons vu avec un graphe depuis 1953 sur les taux aux USA. Si l'article 'inflation et obligations" était sorti on aurait attendu une hausse des taux qui ne vient pas... d'autant que la pression à la baisse est énorme pour amener la Fed à "s'éxécuter". La période actuelle est truffée de ce genre de "faux-ami".Concrètement et suite à votre demande fin janvier, on démarrera un cycle d'articles sur les causes et effets de l'inflation car on devrait en savoir un peu plus sur cette dernière d'ici là. D'où elle vient en théorie, en pratique et ses implications.Bon week-end à vous et à bientôt