Dans l'attente des banques centrales...

Publié le par Apprendrelabourse.org

fotolia-actualit---675198.jpgOn attendait le chiffre de l'emploi...depuis sa publication, l'idée d'une récession économique qui pointe à l'horizon fait son chemin encore plus largement amenant des anticipations de baisse des taux.
Le marché est donc désormais dans l'attente des décisions de la banque centrale américaine et à l'affût de la moindre déclaration officielle qui pourrait l'éclairer à ce sujet d'autant que cette semaine comme ce jour n'a que très peu de statistiques au programme contrairement à la semaine prochaine qui sera 'chargée' en la matière.

La véritable rentrée a eu lieu aujourd'hui dans une ambiance de temporisation, les opérateurs étant partagés entre préserver leurs avoirs via l'acquisition de valeurs défensives (Secteur alimentaire / santé avec Danone à + 3,03 % et Sanofi à + 2,93 %) et leurs anticipations de rebond éventuel sur les déclarations du Président de la Banque Centrale Américaine prévue jeudi alors que la BCE (Banque Centrale Européenne) et la BoE (Banque d'Angleterre) feront connaître le même jour leurs décisions sur les taux et leur politique monétaire.
  1. *** L'apparente temporisation sur la séance du CAC 40 en trés légère hausse de + 0,11 % comme Francfort (avec des volumes comparables à ceux de vendredi) ne doit cependant faire oublier que le début d'année continue à être extrêmement difficile pour les valeurs moyennes et petites, les indices SBF 80 et CAC Small 90 dévissant à nouveau de - 2,21 % et 2,48 %, le CAC Mid 100 lâchant - 2,38 % (pour plus de détails : ces indices sont détaillés dans nos ouvrages)
  2.  
  3. --> Même l'indice Next 20 qui comprend les 20 valeurs qui 'suivent' en terme d'importance les 40 plus grosses valeurs intégrées au CAC 40 perd - 1,98 % dans un contexte qui montre une continuité par rapport à la 1ère semaine de l'année, ce dernier étant en perte de - 7 % environ sur 4 séances.
Une telle concentration sur les secteurs dits "défensifs" (ne souffrant pas des variations d'activité par essence) ainsi que sur les plus grosses valeurs est ainsi souvent l'apanage des périodes d'incertitude prononcée ou de fin de cycle (voir également l'article de Michel Delobel : Les grands indices aveuglent les marchés )

En Europe quelques statistiques sont venues confirmer des éléments déjà vus :

  1. - avec la hausse de l'inflation : les prix à la production grimpant de + 4,1 % sur un an avec + 0,8 % sur un mois dans l'Euroland et + 1,1 dans l'Europe des 27 (EU27) concernant les chiffres de novembre.
  2. - le maintien du taux de chômage à 7,2 % en novembre (6,9 % pour l'EU27)
  3. - le ralentissement du climat des affaires en décembre des chefs d'entreprises à 0,92 contre 1,03 le mois précédent, l'indice du sentiment économique restant stable à 104,7 contre 104,8 au-dessus des attentes.
  4.  
Le patron du Trésor US, H.Paulson, a fait part en début de soirée d'anticipations de croissance lente pour les mois à venir et de la volonté des autorités de contrer cette décélération sur le terrain économique. A cet effet, lors du discours sur l'état de l'Union, le Président Bush détaillera, le 28 janvier prochain, un plan de relance.

Wall Street et le Dow Jones sont à l'équilibre parfait après ce discours.
  1. . Articles parus ce week-end :
  2.  
  3. Les plus grandes économies du monde, mode de calcul et incidences
  4. Francfort résiste tout autant qu'elle plafonne...

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article