Dow Jones - Analyse graphique long terme : les frappes chirurgicales de Bernanké

Publié le par Gilles Caye

fotolia_55098.jpg-dominos.jpgAprès avoir étudié  sur  quelques années les cours du  Dow Jones, regardons aujourd'hui  son évolution depuis le début du grand marché haussier débuté au début des années 80 :

Quel est le point principal ?
  1. - à l'évidence la droite de support de long terme (en vert gras) est l'axe primordial et incontestable ici avec 3 points importants en 1982, en 2002 et actuellement en ce début 2008.
  2. - le Krach de 1987 a été violent mais relativement à la tendance de fond complètement indolore, les plus bas passant par une paralèlle (vert fin)
  3.  
  4.  --> 1ère conclusion : la position actuelle de l'indice laisse peu de place aux dérapages au risque de rompre une tendance en place depuis plus d'un quart de siècle.
4.gif
Alors que le graphe montre clairement que l'indice est passé rapidement sous la tendance semaine dernière étudions plus en détail la force de cette tendance à l'heure actuelle :
  1. - tout d'abord les volumes en hausse constante ont connu encore une accélération ces derniers mois. Tendance lourde donc.
  2.  
  3. - en ce qui concerne les indicateurs on perçoit une divergence d'ensemble entre les plus hauts de 2000 et 2007  (droite verte au-dessus des cours qui progressent) et des plus hauts sur les indicateurs qui baissent (droite orangée dans les 2 cas). La tendance des cours est fragilisée par ces aspects. Il n'y a pas ici de confirmation donc.
  4.  
  5. - l'indicateur de tendance MACD est particulièrement pertinent sur la durée pour nous montrer au croisement à la baisse de sa ligne de signal (ligne noire qui croise à la baisse la rouge) les points d'inflexion sur les plus haut des cours et validant jusqu'ici des retournements importants (valable aussi en 2002/2003 également à la hausse - non signalé sur l'indicateur) Faiblesse de la tendance donc renforcée d'autant que la droite de support de la MACD (vert fin) en place depuis 2003 est également sur le point d'être cassée.
  6.  
  7. - si on considère l'indicateur des zones de tension placé au-dessus des cours, soit le RSI, on voit que la droite de support en place depuis 2003 a été rompue fin 2007 et nous retrouvons là une configuration de long à très long terme déjà rencontrée sur les analyses du CAC 40 et du Dow Jones. A savoir :
  8. Nous pouvons tracer une droite horizontale historique en vert clair fin qui marque les plus bas atteints en  zone dite de 'neutralité' (entre 70 et 30 soit au milieu à 50) et qui marque les plus bas en parallèle atteints sur la même droite en vert clair fin tracée sur la courbe. A chaque cassure du RSI sous cette ligne, les cours sont allés 'taper' la droite  de support LT des cours
Conclusion : Le souci ici est qu'actuellement sur cette droite, le RSI en allant plus avant vers la zone de tension 'sur-vendu' amènerait le Dow Jones à casser sa droite LT.

Tout ceci fait beaucoup, beaucoup de choses pour le Dow qui semble manquer cruellement de marges de manoeuvres relativement aux difficultés passées... bel exemple de situation graphique et technique périlleuse.

Mais pourquoi ce titre  ?

Parce que pour une fois, je vais déroger à la règle fixée ou à la tentative de neutralité qu'on essaye de développer sur ce blog bourse en vous donnant mon avis: S'il est de bon ton de commenter les actions des banques centrales, de taper sur les grands décideurs actuels et de les critiquer de manière générale surtout dans un environnement très perturbé vis à vis des banquiers actuellement, il convient de se rappeler que si la bourse comprend le suivi d'un très grand nombre d'indicateurs comme vous pouvez le constater jour après jour, la bourse et les grands indices sont eux aussi des indicateurs et peut être même les plus importants pour certains économistes orientés 'marchés' bien sûr. Ce sont des indicateurs économiques majeurs.

La bourse anticipe en permanence et très souvent amène via ses cours à considérer la situation économique entre 4 à 8 mois avant sa réalisation sur le terrain. Le patron de la Fed qui évolue dans un environnement culturel plus axé sur les marchés financiers que la BCE et qui est moins centré sur l'inflation a à prendre en compte les éléments sur l'économie et parmi ceux-ci le Dow. Ici je pense que c'est absolument crucial.

A quoi servirait-il de baisser les taux de - 1,25 % au mauvais moment sachant qu'il faut plusieurs mois avant qu'ils ne fassent effet sur le terrain au risque de voir le Dow quitter sa tendance haussière ? Qu'est ce que les décideurs et les acteurs économiques de la planète auraient à faire d'une quelconque baisse des taux pour guider leurs décisions si le baromètre mondial de l'activité et des affaires, c'est à dire le Dow inversait sa tendance et le constataient à chaque fois qu'ils mettraient le nez dans un journal ? Bernanké, le patron de la Fed n'avait aucun retard ni ne cherche aucunement à se rattraper actuellement il voulait juste voir la réaction des marchés sur cette zone critique.

Il est pour moi impossible de considérer qu'il puisse entrer dans l'histoire comme le président de la Fed qui soit avait laissé les taux à 4,25 % alors que le Dow se mettait à casser sa tendance vieille d'un quart de siècle soit avait déjà baissé ses taux à 3 % au risque de ne plus avoir de cartouche suffisantes dans le chargeur pour la suite. Dans un cas comme dans l'autre, il était confronté à l'erreur historique à ne pas faire.

Plus critique sur ses actions à long terme et sans préjuger de savoir si cela sera suffisant (le dow clôture d'ailleurs  en baisse de - 0,30 % finalement après une demi-heure très baissière), le timing des baisses de taux me paraît logique tout autant que l'ampleur à l'image de ce que les marchés et l'économie vivent actuellement.
Bref, sa relative absence un moment observée par les opérateurs n'était qu'attente dans ce cadre. M.Bernanke a fait son job et ne pouvait guère faire autrement... mais la réussite de frappes chirurgicales de main de maître ne vous exonère pas du risque de vous enliser sans fin sur le terrain ultérieurement....

Publié dans INVESTIR EN BOURSE

Commenter cet article