Actualité - Bourse : la chute enrayée

Publié le par Apprendrelabourse.org

fotolia_actualit---675198.jpgEn dépit d'une clôture nettement négative à Wall Street hier soir et de difficultés similaires plus tard dans la nuit en Asie (Tokyo chute de - 4,70 %) l'ensemble des places européennes après une matinée difficile dans le sillage de leurs consoeurs auront réussi à  amorcer une temporisation puis une légère hausse, le CAC 40  fermant en hausse de +  0,83 % à 4 816,43 points et Francfort progresse de + 1,22 %. Madrid reprend + 1,74 % sur les 5 % perdus hier.

Les opérateurs sont principalement dans l'attente demain de la décision de la BCE (Banque Centrale Européenne) et de la BoE (Bank of England, Banque  d'Angleterre) concernant leur politique de taux. Rappel : baisse probable pour la seconde et statu quo pour la première...

L'information centrale du jour réside dans le niveau de productivité de l'économie US qui a progressé de  + 1,8 % au 4 ème trimestre contre + 0,5 % attendus et  + 6 % au  3 ème. La productivité représente la différence entre  la croissance de la production (+ 0,4 %) et les heures travaillées (- 1,5 %)
Les coûts unitaires de la main d'oeuvre  ont progressé sur le trimestre de + 2,1 %. Il s'agit d'un indicateur suivi par la réserve fédérale pour juger de la pression inflationniste présente dans la production et l'économie car l'essentiel des coûts sont composés de charges liées à la main d'oeuvre (de l'ordre des 2/3)

Attardons nous ainsi quelques instants pour prendre du recul et juger sur ces 2 données de l'état de ralentissement de l'économie et d'autre part de la force de l'inflation :

En rythme annuel, la productivité est de + 2,6 % et les coûts unitaires du travail tombent à + 1 %. Avec le graphe ci-dessous, on voit  que les périodes de ralentissement précédant une récession amènent une réduction assez logique du coûts du travail, celui-ci étant en baisse à nouveau avec le ralentissement actuel. La pression inflationniste sur la production se restreint donc.

Il est intéressant de noter également que la hausse régulière de la productivité durant la 2nd moitié des années 90, années de croissance assez fastes et au tout début de ce siècle ne se retrouve absolument pas durant les années 2003-2007.
prodann-copie-1.gif

Le rebond reste des plus fragiles à Wall Street ce soir, le Dow Jones grapille + 0,35 % peu après 19 heures alors que la plupart des indices des valeurs petites et moyennes à Paris terminent encore très légèrement dans le rouge.

Comme assez souvent lors de phases baissières durables en bourse, le centre financier est moins touché que la périphérie : le Dow Jones ne cède ainsi que - 7,10 % depuis le 1 er Janvier, le Nasdaq - 12,43 %, le CAC 40 - 14,21 % (peu ou prou comme Hong Kong ou le Japon ou encore l'Allemagne), Londres se situant à - 9,01 %, le CACsmall 90 est à - 18,26 %. La tentation est toujours grande pour les opérateurs anglo-saxons de prendre leurs bénéfices là où les bénéfices sont les plus copieux (l'Allemagne a complètement basculé en 1 mois) et dans des devises fortes. Par ailleurs, pour un investisseur où qu'il soit et quelqu'il soit, le bassin de capitaux le plus large au monde et donc le plus liquide se situe aux USA. Après les difficultés rencontrées en terme d'illiquidité par les marchés du crédit ces derniers mois, la faculté de ne pas rester 'scotché' sur des valeurs présentant de trop faibles volumes de transactions est un élément de l'approche du risque assez présent actuellement.

Evaluer la capacité à pouvoir sortir rapidement d'une position est ainsi un travail à réaliser et une des composantes importantes de la prise de décision particulièrement dans le contexte d'attente sourde actuelle.

Les marchés vivent ainsi toujours notamment sous la menace de la dégradation de la note de crédit des réhausseurs de crédit qui pourrait soulever une nouvelle vague de dépréciations et de pertes pour les financières (MBIA déjà évoquée et CIFG ex-Natixis reprise par les Banques Populaires et les Caisses d'Epargne qui y ont déjà réinjecté 1,5 Milliards $)

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article