La BCE maintient ses taux d'intérêts

Publié le par Apprendrelabourse.org

fotolia_actualit---675198.jpgNouvelle séance de baisse importante en Europe  où Londres rechute de - 2,58 % avec Amsterdam (- 2,30 %) alors que le CAC 40 perd à nouveau - 1,92 % dans des volumes stables depuis mardi.  En tout début d'après-midi, le maintien des taux de la BCE  (Banque Centrale Européenne) aura emmené l'indice parisien sous les 4 700 points.

Alors que la Banque d'Angletterre aura abaissé ses taux de - 0,25 % pour les porter à 5,25 % comme largement attendu, le statu quo sur le continent n'est pas apparu non plus comme une surprise alors que son Président, Jean-Claude Trichet a fait part d'incertitudes élevées sur les perspectives de croissance économique de la zone. Des révisions à la baisse de la part de ses économistes à paraître le 6 mars ne seraient ainsi pas surprenantes, la difficulté majeure des évaluations résidant dans l'impact des perturbations des marchés financiers sur l'économie réelle.

Concernant l'inflation, pas de véritable changement de ton : les inquiétudes de la BCE portent toujours sur l'installation de la hausse des prix dans la durée. La dégradation du sentiment par rapport à janvier se situe surtout au niveau de l'activité. Bref, sans ralentissement trop fort en Europe et en présence d'un inflation qui est en hausse depuis septembre il est trop tôt pour compter sur une baisse des taux directeurs. Cependant il n'a pas déclaré vouloir agir de façon préventive pour juguler l'inflation (donc à la hausse sur les taux) et aucun gouverneur n'aurait voté pour un durcissement.

D'ailleurs, selon le consensus des économistes et un panel de 67 interrogés à ce sujet, les probabilités d'avoir une baisse dans les 6 mois sont en nette hausse (les extrêmes vont du statu quo à une baisse de - 0,50 %, la majorité pronostiquant une baisse de - 0,25 % aux alentours du milieu d'année)

Le marché des changes anticipe également une baisse des taux et une rémunération plus faible à l'avenir, l'euro chutant en séance contre le dollar sous les 1,45.

Aux USA, les perspectives du géant technologique Cisco laissent perplexes les investisseurs avec une progression des ventes sur le trimestre en cours estimé à + 10 % contre + 15 % précédemment et les ventes du N°1 mondial de la grande distribution, Wal-Mart en hausse de seulement + 0,5 % en janvier à magasins constants restent ternes, les prévisions pour le mois en cours s'échelonnant entre 0 et 2 %.

Toujours aux USA, les inscriptions au chômage semaine dernière confortent les dernières statistiques globales parues dernièrement avec un nombre supérieur aux attentes et une révision à la hausse pour la semaine précédente. Les promesses de vente dans l'immobilier ont baissé de - 1,5 % en décembre contre - 1 % attendu ce qui porte leur nombre à un niveau inférieur de - 24,2 % d'une année sur l'autre.

Le fond du marché est toujours très incertain et très volatil, le Dow Jones évolue de part et d'autre des 12 200 points à l'équilibre alors que le CAC 40, d'un point de vue graphique, aura comblé le gap intraday à  4 717 signalé dans nos diverses analyses et mis en avant depuis les 24 janvier dernier dans CAC 40 : en équilibre précaire entre de fortes émotions

La clôture du jour se fait d'ailleurs sur ce niveau à 4 723,80 points précisément. Les gaps à la baisse sont donc totalement comblés désormais permettant théoriquement d'assoir un rebond éventuel de meilleure qualité mais avec un nouveau support horizontal à 4 683 et une oblique baissière qui y trouve un point de passage et qui transitera demain à l'ouverture vers 4660 à surveiller désormais.

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article