Sursaut des marchés actions

Publié le par Apprendrelabourse.org

fotolia_actualit---675198.jpgLe canal baissier  de ces 4 derniers jours visualisé hier soir  a été rompu aujourd'hui en ce qui concerne le CAC 40. Les accélérations auront été vives en raison notamment en pareil cas de l'obligation pour les vendeurs à découvert de racheter leurs positions au plus vite.  Ainsi, si un investisseur à la hausse est entré dans une position via un achat (on dit qu'il est 'long') dont il peut sortir en procédant à une vente, l'investisseur à la baisse entre dans une position en vendant qu'il doit dénouer si elle tourne mal en achetant logiquement en sens inverse ( on parle d'une position 'short')
Ceci amène sur le marché à certains points clefs à voir des acheteurs naturels doublés de ces acheteurs 'malgré eux' et à la hâte qui viennent renforcer et décupler la tendance aux abords des zones de supports et de résistance, là où se positionnent de façon usuelle les ordres stop.


Le score du jour pour le CAC 40 en hausse de + 3,37 à 4840,71 points dans des volumes en hausse relativement étoffés montre une progression de belle ampleur mais il convient de tenir compte de ces effets techniques courants en pareilles circonstances qui font les différences entre les sursauts et les rebonds plus profonds. Belle échappée certes mais rebond à confirmer ces prochaines heures donc... au moyen notamment du passage éventuel de la moyenne mobile des cours à 20 jours. La dernière rechute avait d'ailleurs pris comme base ce niveau relatif atteint le 4 février dernier. Autre élément : le Dow Jones également en hausse aura largement plafonné sous les 12 450 points avant de décliner en fin de séance pour terminer en hausse de  + 1,09 % à 12 373 points.

Quelles sont les motivations sur le fond ?

* Le léger redressement de l'indice allemand ZEW du sentiment économique des investisseurs qui passe de - 41,6 en janvier à - 39,5 (largement sous sa moyenne historique à 30,7) aura marqué un regain d'optimisme car les attentes étaient situées en moyenne à - 45 avec des extrêmes allant de - 40 à 50,5. Cependant, si les anticipations pour la zone euro ont légèrement progressé, la situation allemande plonge de 56,6 à 33,7 après 63,5 en décembre.

** Surtout, les marchés ont accueilli une nouvelle permettant de voir se profiler éventuellement une sortie de crise pour les rehausseurs de crédit toujours placés sous la menace d'une dégradation de leurs notations de crédit pour insuffisance de fonds propres, laquelle entraînerait des dépréciations de nombreux encours détenus par les banques, ceux-ci leur assurant une couverture en cas d'impayés. Le milliardaire W. Buffet (2nd fortune mondiale) et son holding Berkshire Hataway aurait proposé à 3 grandes sociétés de rehaussement de cautionner pour 800 milliards $ d'encours pour venir les délester du poids d'une partie de leurs engagements.

Cette information aura nettement dopé les marchés actions dans un contexte par ailleurs d'annonces de mise en place du plan Bush et du 'project lifeline' destiné à permettre de trouver des solutions avec les propriétaires immobiliers rencontrant des difficultés de remboursement de leurs prêts via notamment l'ouverture un délai supplémentaire de 30 jours au delà des 90 jours standards pour pouvoir le renégocier (actuellement selon la MBA, association de prêteurs hypothécaires, 1,3 millions de prêts connaissent des difficultés)

En l'état des informations dont nous disposons, l'offre du milliardaire correspond à une garantie sur des encours d'obligations émises par des municipalités US (dont certaines sont d'ailleurs techniquement en situation de faillite et qui utilisent les services des réhausseurs de crédits pour améliorer leurs coûts de financement) et non aux encours de type subprime ou de type immobilier. Il s'agit d'une offre faite délibéremment et qui aurait été refusée par une des sociétés de rehaussement, ces encours n'étant pas les plus litigieux. Par contre, une telle opération permettrait à ces acteurs de les libérer d'engagements et donc de disposer de fonds propres suffisants pour la couverture d'autres engagements soumis à contentieux et motivant sur le fond les possibles dégradations par les agences de notations internationales.

Certes la garantie d'obligations municipales ou de collectivités locales publiques n'a rien à voir avec la garantie d'obligations hypothécaires et immobilières a fortiori si elles sont de type 'subprime' et en souffrance mais le métier de réhausseur passant pour une large part de son activité par la réassurance des prêts des municipalités US, une dégradation de sa note de crédit pourrait faire fondre une partie des obligations qu'il cautionne amenant le risque de vente de ces obligations municipales et donc une contagion de l'aversion au risque sur d'autres compartiment du marché du crédit. Les réassureurs ont 30 jours pour se positionner suivant l'offre mais en l'état ce soir la proposition ressemble plus à la volonté de cantonner les choses vis à vis d'autres soucis à venir qu'au règlement propre de ceux déjà en cours.

Une digue en lisière de l'inondation plus qu'un sauvetage de ceux embourbés...

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article

désabusé 13/02/2008 07:22

Bonjour,  Le marché ne s'est pas trompé sur l'offre de W. BUFFET. Les rehausseurs de crédit baissent fortement. Prendre W.BUFFET pour un bon samaritain c'est vraiment ne rien comprendre. Il veut simplement tirer la crème dans le lait.  A+