L'Europe court après Wall Street mais le sentiment reste diffus

Publié le par Apprendrelabourse.org

fotolia_actualit---675198.jpgLe CAC 40 s'envole de + 3,49 % à 4 692 points  dans un tir groupé des places européennes qui prennent sur la séance entre + 2,63 % (Amsterdam) et + 3,63 % (Madrid) dans le prolongement du fort rebond hier à Wall Street. Même répartition des choses qu'hier à New-York : ce n'est pas tant la reprise des financières qui attise l'envolée mais le fait qu'elles se tiennent dans un environnement un peu plus stable qui  'emporte' le reste des actions, notamment celles massacrées ces dernières semaines quels que soient les secteurs. Les financières se tiennent ainsi en 2nd rang des meilleurs scores du jour.

Les marchés européens à la périphérie des américains plombés par l'effet de change et l'importance de leur présence dans les transactions et l'actionnariat des sociétés en Europe confirme aujourd'hui les velléités de rebond sur une base plus large avec une progression plus importante en % qui est également liée à l'importance des valeurs financières dans les indices de ce côté de l'Atlantique ce qui amplifie les mouvements.

Paroxysme atteint avec Bear Stearns menant à une forme de capitulation comme évoqué dans nos articles précédents et mise en place de moyens exceptionnels des autorités monétaires semblent être les bases d'un rebond qui se poursuit mais dont la fondation indirecte réside de plus en plus dans des anticipations croissantes d'une intervention des autorités publiques et de l'Etat pour 'sauver' le marché des créances et titres immobiliers.

La peur de nouvelles banques devant annoncer des pertes ou celle de voir la Fed utiliser des moyens insuffisants ou qui viennent encore alerter et paniquer les marchés à force de répétition s'est muée peu à peu en l'espoir de voir les pouvoirs publics intervenir pour rétablir la confiance. Entre appel dans ce sens et sous des formes très diverses d'économistes de renom à travers la planète ou les rumeurs, un exemple parmi d'autres, des autorités suisses  poussant les banques Crédit Suisse et UBS à se marier fleurissent et font l'arrière-plan psychologique du moment sur lequel chacun se positionne et spécule.

En tout cas la hausse du jour n'aura que très peu pâtie de 2 statistiques US exécrables, en Europe (fléchissant sur le coup avant de se rétablir) tout comme pour le Dow Jones qui clôture à l'équilibre ( - 0,13 % à 12 532,60 points)

L'indice de confiance des consommateurs US a plongé en mars à 64,5 en, largement sous les attentes à 73 et contre 76,4 le mois dernier...soit un plus bas de 35 ans.

Par ailleurs et venant confirmer sous une autre approche les éléments de la baisse historique des prix de l'immobilier délivrée hier par la statistique officielle des ventes dans l'ancien, l'indice S&P / Case-Shiller (du nom d'un des économistes les plus respectés sur le sujet de l'immobilier - graphe ci-dessous) montre une nouvelle accélération de la dépréciation vive des actifs immobiliers résidentiels au sein de la première économie au monde :

L'indice "10-City Composite" (des 10 plus grosses villes) chute de 11,4% en glissement annuel pour janvier. L'indice "20-City Composite" perd - 10,7%.

→ au-delà de ces records, c'est la généralisation du phénomène qui inquiète avec dorénavant une seule ville sur 20 avec une croissance positive des prix en hausse de + 1,8 % comme vous pourrez le constater en cliquant sur le graphe.
aV2bym0i-5be72bb37c6080a0e6edbad45e19e5b0.png


Comme souvent, le marché qui encaisse les coups de l'immobilier et de l'économie lorsque les marchés actions y sont 'insensibles' sur le très court terme concerne les changes avec le dollar qui perd à nouveau du terrain contre Euro en baisse d'environ 1,25 %.


Demain, et sans la moindre originalité, l'immobilier américain restera le point central de la journée avec les chiffres cette fois-ci des ventes dans le neuf pour février avec les prix associés sur lesquels se portera toute l'attention en plus des commandes de biens durables.

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article