Actualité - Bourse : vive hausse à Paris

Publié le par Apprendrelabourse.org

Le CAC 40 s'envole de + 3,38 % à 4 866,00 points porté par les financières menées par SG (+ 9,48 %) et Crédit Agricole (+ 8,21 %), la seule baisse concerne ArcelorMittal (- 0,06 %) dans un contexte de nouvelle correction sur les matières premières (l'or corrige de - 4 % à 882 actuellement et l'argent-métal de - 2,74 %)

Le premier déclencheur aura été l'annonce par UBS, 1ère banque de gestion privée au monde qui a fait part de pertes extrêmement importantes avec une perte trimestrielle de 12 milliards de CHF (francs suisses) nécessitant un plan de sauvetage avec une augmentation de capital à hauteur de 15 milliards CHF à laquelle BNP Paribas participera et qui est d'ores et déjà garantie par 3 autres grandes banques. La patron a été débarqué.

Les opérateurs ont donc eu 3 éléments déterminants :

- enfin un chiffre clair pour cette banque, ceci faisant cesser les rumeurs.
- une action rapide de la communauté financière qui montre une action très incisive pour ne pas laisser les problèmes évoqués en détail dans notre article d'hier soir faire tâche d'huile.
- enfin avec la sortie du dirigeant actuel, le sentiment qu'une page se tourne avec des perspectives de redressement qui ont  pris le pas sur tout le reste. Fondamentalement, la 1ère banque suisse perd tout de même sa notation de crédit à long terme "AA" pour "AA -" selon Standard & Poor's. Le titre termine à Zurich ce soir en hausse de + 12,27 %.

L'autre élément, cette fois-ci de l'autre côté de l'Atlantique, concerne Lehman Brothers dont nous avons fait un suivi ces derniers jours qui a réussi à lever 4 milliards $ montrant l'attrait des investisseurs pour cette banque d'affaires largement aux prises avec les rumeurs les plus dures dernièrement. Là aussi, le voile s'est levé et le titre progresse actuellement à New York de + 16,26 %. Non seulement Lehman Brothers 'laisse tranquille' les opérateurs mais elle rassure sur 'la profondeur des poches qui se sont vidées' dans l'opération pour lui permettre d'augmenter son capital. Le spectre d'une fin de vie de type 'Bear Stearns' pour la 4 ème banque d'affaires US s'éloigne donc...

L'ensemble du compartiment des financières est ainsi porté à la hausse avec les poids lourds comme Citigroup (+9,38 % en séance) ou Merrill Lynch (+ 11,22 % à 45 $ environ)

Enfin, l'indice ISM d'activité du secteur manufacturier US a progressé de + 0,3 % en mars à 48,6 contre 48,3 en février et 47,5 attendu. Le troisième étage de la hausse s'en est suivi à partir de 16 heures, le CAC 40 fermant quasiment au plus haut du jour. Toutefois, les nouvelles commandes sont encore en baisse à 46,5 contre 49,1 alors que les prix payés se sont envolés à 83,5 contre 75,5 en février et 68/67,5 sur les 2 derniers mois de 2007. Les données situées sous les 50 (niveau 'zéro' de cette statistique) indiquent donc toujours une contraction de l'activité du secteur considéré en dépit de l'effet de surprise relative au différentiel avec les anticipations. Croissance en baisse et prix en hausse installent un peu plus pour ce secteur le diagnostic ici d'une forme de 'stagflation'.

Le Dow Jones s'attaque à la résistance des 12 600 points en hausse de près de 3 % à 1 heure de la clôture.

A l'arrière-plan, la psychologie a passé un cran ce jour dans le prolongement de ces éléments coupant net angoisses et craintes variées, au moins pour le court terme, et renforce le sentiment que les choses sont prises en main rapidement consécutivement à la refonte en cours d'organisation par les autorités évoquée hier soir. Ces actions montrent des actes concrets pour les investisseurs, jusqu'ici assez peu enclins à se mouiller dans une eau dont la vase envoyait des bulles de nature peu engageantes à la surface.

En synthèse aux articles précédents sur les actions historiques et extraordinaires notamment des banques centrales, de prise de recul pour comparer la crise actuelle avec celles du passé et la description des phénomènes de panique / faillite, nous vous invitons à considérer une déclaration du Gouverneur de la banque centrale de Suède, pays qui avait connu au début des années 90, une crise bancaire très violente également en lien avec l'immobilier et qui figure au registre des règlements de crise comme étant 'une réussite' :

→ "...le succès de toute restructuration bancaire systémique dépend de l'aptitude des décideurs politiques à reconnaître qu'il y a un problème, qu'il est sévère et qu'il nécessite des mesures rapides et résolues".
(source : Le Figaro.fr avec un papier très à-propos de J-P Robin : le modèle suédois de sauvetage des banques)

Ballottés hier entre nouvelles péripéties et recherche de nouvelles bases en matière de banque et de crédits, les marchés actions ont trouvé quelques réponses aujourd'hui.

D'un point de vue graphique, une analyse graphique du CAC 40 paraîtra dans les prochaines heures pour re-situer la configuration actuelle, les seuils intéressants passés depuis quelques jours et disposer des repères pour aborder l'ensemble du mois d'avril. On conservera en parallèle toujours dans le viseur, Lehman Brothers, Merrill Lynch et l'indice des banques US comme vu précédemment.

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article