Actualité - Bourse - Finance : après la réflexion, l'action

Publié le par Apprendrelabourse.org

Paris était fermée aujourd'hui alors que Wall Street est restée active et même très active avec une 2 ème séance qui montre une augmentation de la volatilité. Le 'souffle coupé' hier ne sachant pas trop sur quel pied danser suite à la baisse de - 0,25 % des taux directeurs US, le Dow Jones avait chuté dans les dernières heures de cotations alors que les devises n'avaient pas enregistré de mouvement important. Ce jour, la 'digestion' passée, l'ensemble des marchés se sont remis en branle et le dollar a répondu avec un gain contre euro de plus de 1 % à 1,5464 qui valide la sortie de biseau ascendant décrite dans Taux et euro / dollar : une liaison critique et le retournement haussier de le première devise mondiale. Les métaux précieux ont lâché du lest, avec près de - 4 % pour l'argent-métal est près de - 3 % pour l'once d'or qui vient se positionner sur son support à 850 $.

Évidemment, les statistiques du jour ont été le déclencheur de ce mouvement qui confirme l'impression d'être en face d'une économie US certes en difficulté mais qui ne rompt pas, les effets des premières baisses de taux qui ont eu lieu en septembre 2007 étant par ailleurs susceptibles de commencer à faire effet si on se réfère aux  données historiques qui montrent 6 à 12 mois après leur application des aspects positifs.

L'indice ISM d'activité industrielle au niveau national est ainsi ressorti au-dessus des attentes (48) à 48,6 en avril et strictement au même niveau que le mois précédent. Le secteur s'installe donc en zone de contraction mais ne faiblit pas plus profondément. De même pour les nouvelles commandes stables sur un mois à 46,5, un niveau de faiblesse battu par la composante de l'emploi qui chute à 45,4 après 49,2. Quant aux prix payés en augmentation, ils approchent des records de 95 et 2004 confirmant à nouveau une forme de 'stagflation' interne en germe à ce secteur observée depuis des mois ('prix hauts mais activité faible' - nota : si le terme convient l'amplitude n'a cependant strictement rien à voir avec les niveaux des années 70 qui sont la référence historique en la matière pour ce phénomène)  et que vous pouvez visualiser sur les articles des mois précédents. Le niveau de production remonte légèrement à 49,1 après 48,7.


Par ailleurs, les dépenses de construction ont reculé de - 1,1 % en mars contre - 0,7 % attendu mais les dépenses de consommation pour le même mois sont ressorties en hausse de + 0,4 % contre + 0,2 % attendu et après + 0,1 % le mois précédent. Les revenus sont en hausse de + 0,3 % sur un mois sous les 0,4 % escomptés et après + 0,5 %, en décélération donc, mais la progression annuelle reste de + 4,6 % permettant de maintenir le niveau de consommation qui lui est supérieur à + 5,1 % toujours sur un an.

Le niveau d'inflation issu de cette statistique (et très regardé par la Banque Centrale pour définir sa politique de taux) ressort en hausse de + 0,2 % au lieu de + 0,1 attendu (+ 0,1 % en février) Sur un an, hors alimentation et énergie, la hausse est de + 2,1 % soit dans la moyenne des mois précédents et légèrement au-delà de la cible ou l'objectif de  "1 %< inflation > 2 %" de la Fed. Selon cette donnée, l'inflation des matières premières ne se transmet donc toujours pas à l'ensemble des prix.



Le secteur technologique remporte la palme du jour avec le Nasdaq qui prend + 2,81 %, le Dow Jones termine à 13 010,00 points en hausse de + 1,48 % avec une reprise d'appui graphique 'propre et nette' sur le support des 12 800 et le maintien à la clôture au-delà des plus hauts d'hier.

Demain les places asiatiques et européennes ré-ouvrent avec en ligne de mire les commandes à l'industrie et surtout le taux de chômage et le chiffre officiel de créations d'emplois pour le mois dernier. Les nouveaux moteurs de la hausse puiseront-ils dans ces chiffres demain et dans ceux de l'ISM du secteur des services lundi, les 2 dernières 'grandes' statistiques avant le 13 prochain (ventes au détail) ? A suivre ...

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article