Bank of America permet de poursuivre la hausse en Europe

Publié le par Apprendrelabourse.org

 Le CAC 40 termine en hausse de + 0,65 % à 4 327,14 points avec Les résultats de Bank of America meilleurs qu'anticipés.

Dans la lignée des résultats précédemment annoncés semaine dernière par JP Morgan et Wells Fargo, la première banque de réseau (ou de détail) aux USA a fait paraître au titre du 2nd trimestre un bénéfice net de près de 3,5 milliards $ après 5,75 un an plus tôt pour la même période mais ceci représente un bénéfice par action (Bnpa) de 0,72 $ supérieur de 50 % à celui attendu par le consensus des analystes financiers. Le titre gagne en séance plus de 10 %.

Cette information rassure quelque peu les investisseurs refroidis au cours du week-end par les difficultés de HBOS (Halifax, 1ère banque hypothécaire outre-manche et Bank of Scotland) à lever des fonds puisqu'elle est passée complètement au travers de son augmentation de capital de 4 milliards £ avec un taux de souscription des investisseurs qui n'a pas dépassé 8,29 %. Dresdner et Morgan Stanley qui ont en charge l'opération ont jusqu'à demain soir pour placer les titres. 

HBOS ferme ainsi en baisse de - 6,21 % à Londres à contre-courant de la continuation haussière du compartiment des bancaires, ce jour ayant vu par ailleurs la mise en place effective des nouvelles règles évoquées semaine dernière pour les ventes à découvert (nues) sur les marchés actions US pour Fannie Mae ( + 12,54 % en début de soirée), Freddie Mac et une vingtaine d'autres banques très importantes.

   'Couac' isolé sur HBOS ou début de réticences à recapitaliser les banques ? A suivre...

√ Point graphique : le CAC 40 repasse sa moyenne mobile à 20 jours mais reste encore contenu à la hausse par la résistance constituée par la ligne de cou de sa figure en épaule-tête-épaule décrite dans CAC 40 - Analyse Technique : les risques de l'ETE de retour. En données hebdomadaires, le rebond vécu jusqu'ici n'est donc que pour l'heure un pull-back de retour contre cet ancien support brisé avant le week-end du 14 juillet. Les volumes ont été considérables à 10,4 milliards € échangés sur l'indice phare parisien.

A new York, les indicateurs avancés sont ressortis en baisse de - 0,1 % en juin après + 0,1 % le mois précédent et confirme leur orientation baissière présente depuis de nombreux mois comme les attentes à son sujet une grande partie des éléments intégrant ce chiffrage étant déjà connus des marchés (Cette donnée statistique incorpore 10 composantes parmi lesquelles on trouve les permis de construire, les taux d'intérêts, les anticipations des consommateurs, des données sur les carnets de commandes entre autres)

Le Dow Jones  n'arrive pas à poursuivre son rebond avec la décision de Merck (Pharmacie) de reporter la publication de ses résultats, information qui crée le doute dans les esprits chez les opérateurs à un moment où s'ouvre véritablement la 2ème saison des résultats trimestriels des compagnies pour 2008.

On notera après une semaine centrée sur Fannie Mae, la décision de la SEC et le repli du pétrole dans le cadre de notre suivi sur l'évolution de l'inflation que l'indice des matières premières hors énergie en euro (cf. Correction des matières premières : quel impact ?) a connu semaine dernière un repli marqué avec un retour à la 'case départ' depuis la fin 2007 (et même 2006). La pression globale est ainsi retombée pour la seconde fois en un semestre et la poursuite du mouvement dans le canal haussier en vert sera à surveiller prochainement pour les anticipations sur l'inflation liée actuellement largement aux matières premières.


En Allemagne, le Ministre des Finances a dit s'attendre à un affaiblissement net de la croissance au titre du 2nd trimestre, les indicateurs économiques montrant un tableau assez sombre. En Angleterre, un haut responsable de la Banque d'Angleterre (BoE) a indiqué dans la presse que l'économie britannique se dirigeait vers la récession, les économies anglo-saxonnes devant faire face au plus grand problème économique depuis 1929, jugeant les taux anglais (5 %) trop élevés. Cette appréciation est celle d'un des membres du comité de politique monétaire mais ne reflète pas nécessairement l'appréciation générale de la BoE.
Ailleurs en Europe, l'Espagne qui est entrée dans une phase de ralentissement vive avec l'Irlande depuis des mois est la seule place européenne à terminer dans le rouge (-0,93 %)

Aucune statistique d'envergure n'est attendue demain mais la semaine sera riche en résultats de sociétés avec American Express, Caterpillar, UPS, Boeing, Yahoo!, Mc Do, et le constructeur de maisons Pulte Homes Inc., Pfizer, etc.

        → article paru ce week-end :

             .
Apprendre et comprendre la bourse en temps réel : effets des débouclages de ventes à découvert

 

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article