Bourse : La croissance US déçoit

Publié le par Apprendrelabourse.org

La croissance américaine pour le 1er trimestre a été révisée de + 1 % à + 0,9 %. Concernant le trimestre suivant, alors que le marché s'attendait à une hausse de + 2,3 %, la hausse du PIB (Produit Intérieur Brut ou richesse créée sur le sol US) a bien progressé mais de seulement + 1,9 %.
Enfin, celle du 4 ème trimestre 2007 a été révisée à - 0,2 % contre + 0,6 annoncé initialement. Un premier chiffre négatif rétrospectif lourd de symbole car plus vu depuis la dernière phase de récession il y a 7 ans de cela.
Le tableau ci-dessous montre le choc encaissé par l'économie et les tentatives de rebond ou de récupération soutenues par les différents plans d'aides mais également par le dollar qui a permis aux exportations de très bien se comporter. La croissance américaine a été ainsi prise entre 2 tirs croisés et une cohorte de composantes économiques qui résistent :

- la construction résidentielle compterait ici dans le chiffre du jour suivant les estimatifs pour - 0,9 %
- l'export pour + 1,8 % (l'export progresse de plus de 9 % et fait presque 2 fois mieux qu'aux 2 trimestres précédents en terme de progression alors que les importations chutent de - 6,6 %)
- la construction non résidentielle, les stocks, l'activité gouvernementale, l'industrie et l'équipement seraient tous peu ou prou à l'équilibre.



L'industrie montre des signes étonnamment positifs comme nous le rencontrons parfois dans les publications journalières malgré des pertes d'emplois importantes depuis de nombreux mois. Les effets des troubles immobiliers impactent durement l'économie mais pas encore au point de la faire plier complètement. La consommation 'tient', c'est le point principal mais faiblit pour les biens de consommation durable.
La bonne surprise liée à l'export est toutefois insuffisante pour permettre à cette économie entrain de lutter de parvenir à s'extirper de cet état de fragilité.
Les révisions en baisse, avec le poids psychologique d'une première entrée 'dans le rouge' suivi d'un rebond plus faible le dernier trimestre engendre un sentiment négatif ce soir à New-York.

En résumé, sur les 9 derniers mois par rapport aux attentes des investisseurs et aux chiffres dont ils disposaient ce matin, il manque ce soir 1,3 % de croissance au compteur...


Avec un nombre de demandeurs d'emplois qui s'est établi à 44 000 semaine dernière contre 9 000 attendus marquant la plus forte hausse depuis 5 ans, le Dow Jones, à la veille de la parution de la statistique sur les créations d'emploi, perd - 1,78 % à 11 378,02 points.

On notera par ailleurs que le Canada a également fait part d'ajustements concernant son PIB qui ne progresse plus que de + 0,6 % sur les 12 derniers mois contre + 3 % en moyenne ces 10 dernières années.


Plus proche des considérations actuelles (le PIB porte un regard en arrière sur des données passées) l'indice d'activité de la région de Chicago a progressé en juillet repassant de sa zone de contraction à sa zone d'expansion (donc avec un chiffre au-delà des '50') avec une publication à 50,8 après 49,6 en juin, 49,1 en mai, 48,3 en avril et 48,2 en mars. Les anticipations se situaient à 49. 

A nouveau l'illustration d'une économie en pleine bataille à la lisière de la contraction et avec quelques velléités de rebond. Récession 'immobilière' certes mais récession 'économique' toujours en débat...

Plus tôt à Paris, le CAC 40 a cédé - 0,19 % à 4 392,36 points.

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article