Marchés financiers : volatilité et indécision

Publié le par Apprendrelabourse.org

 

La séance aura démarré sur les chapeaux de roue avec le passage du pétrole sous les 110 $ et un plus bas atteint vers 105 $. Cette reprise de la baisse après quelques jours de répit propulse en tête les valeurs dépendantes alors que les valeurs énergétiques sont renvoyées aux dernières places.

Le CAC 40 gagne + 1,50 % à 4 539,07 points et revient au contact de sa zone de résistance à 4 550 points environ comme vu
mercredi dernier dans le 2nd graphe dans des volumes redevenus habituels.

Le Dow jones qui est allé tutoyer les 12 800 points en cours de séance termine légèrement dans le rouge (- 0,24 %) un peu au-delà des 12 500 points avec un baril se rapprochant à nouveau des 110 $. D'un point de vue technique l'indice américain bute sur sa première résistance comme en août. Le Dow Jones n'arrive pas à s'affranchir encore de cette zone où les vendeurs ont clairement repris le dessus (cf. 
Dow Jones - Analyse graphique : Un double support chauffé à blanc )

. L'OCDE a remis à jour ses prévisions de croissance faites le 4 juin dernier pour les pays du G7  avec une baisse drastique pour la France, puisque l'organisation abaisse l'objectif en terme de moyenne annuelle à 1 % contre 1,8 % précédemment. La croissance de la zone euro a été revue à 1,3 contre 1,7, le Japon à 1,2 également contre 1,7 précédemment et l'Allemagne de 1,9 à 1,5 %.

Attendu à + 0,4 % pour le trimestre en cours, la croissance du PIB de l'Euroland toujours selon ces prévisions serait ainsi 2 fois moindre par rapport aux + 0,9 % escomptés pour les USA. L'euro est allé toucher un nouveau plus bas de 6 mois à 1,4463 soit au niveau de son support majeur de long terme  (cf. graphe N°2 de
Once d'or / Devises : le début des grandes manoeuvres ? (Partie 2) )

Aux USA, les dépenses de construction pour juillet sont ressorties toujours à des niveaux faibles à - 0,6 % sur un mois au-delà des attentes.

Enfin, l'indice ISM d'activité du secteur manufacturier pour août est ressorti à 49,9 contre 50 le mois dernier. Comme le montre le graphe ci-dessous, l'activité tente de 'surnager' tant bien que mal avec un niveau d'emplois qui cède du terrain sous la barre des '50' mais avec de nouvelles commandes qui se redressent un peu en passant de 45 en juillet à 48,3 le mois dernier. Les commandes à l'export restent toujours bien orientées à 57 largement en zone d'expansion.


* La grosse évolution pour ce mois concerne le vif repli des prix payés qui tombent à 77 après 88,5 en juillet et 91,5 en juin. Après de nombreux mois de divergences entre des prix payés en hausse et une activité en baisse, les prix semblent donc vouloir suivre l'orientation de l'activité remettant en cause les prémisses d'un diagnostic de 'stagflation' (activité réduite et inflation en hausse) comme cela apparaissait jusqu'ici.

Le repli des matières premières n'y est pas étranger bien sûr comme le ralentissement général. A suivre de près les mois prochains pour cette donnée d'autant que l'indice des matières premières CRB perd ce soir - 3,36 % à 378 à un plus bas depuis cet hiver et toujours sur son support à 2,6 en euro depuis plus de 6 semaines maintenant (cf. 1er et 3 ème graphes de
Vive secousse sur les matières premières )

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article