Marchés financiers : un peu de crainte derrière l'euphorie

Publié le par Apprendrelabourse.org

Le CAC 40 gagne + 3,42 % à 4 340,18 points dans des volumes assez élevés en réaction au soulagement qui fait suite à l'annonce ce week-end de la prise en charge par l'état US de Fannie Mae et Freddie Mac qui met fin à toutes les spéculations sur leur faillite éventuelle. AXA gagne + 12,47 %, Dexia + 10,60 %, Crédit Agricle + 8,21 %; SG + 6,83 % et BNP + 6,74 %.

Pour aller plus avant dans les dispositions, vous pouvez vous référer à 2 articles de la Tribune.fr :

          .
Le trésor américain prêt à injecter 200 milliards
          . La réaction de Trichet

En anglais, pour ceux qui veulent aller beaucoup plus loin ou pour les étudiants à la recherche de documents et de sources,  Barry Ritholz, un des plus célèbres blogueurs de Wall Street a fait une couverture de l'évènement en plusieurs articles depuis samedi sur  The Big Picture. Le lien ci-contre vous donnera accès à un article très complet qui reprend une grande quantité de documents allant des 10 points clefs de la mesure, aux rapports officiels, en passant par les conférences de presse en vidéo et de multiples réactions de la presse financière. En déroulant le blog, s'y trouvent également une vidéo du Financial Time et une très synthétique infographie issue du NY Times.

L'action Fannie Mae est désintégrée et chute ce soir de - 90 %. Le titre est réduit au rang de 'penny stock' (expression pour désigner les valeurs qui ne sont plus comptées qu'en cents ou en penny, donc dont la valeur est inférieure à 1 $) est touche au plus bas 0,65 $. Une division par 100 en un an.

Au-delà de l'évènement, il convient de ne pas oublier l'ensemble des secousses actuelles qui dépassent largement ce cadre aujourd'hui dans le droit fil des news de mercredi dernier (Cf.
Rentrée tendue pour la planète finance) dans lequel étaient évoqués des risques de "glissements de terrain" sur de nombreux supports.


→ La crainte du ralentissement économique couplée à cette instabilité financière générale font naître des réflexes de repli vers les USA, qui résistent encore économiquement et dont le pragmatisme  rassure avec cette 'prise en main' tant attendue. La périphérie économique et financière mondiale se regroupe ainsi quelque peu sur son centre, les Etats-Unis, avec des rapatriements et une recherche du dollar, l'euro étant passé de 1,4427 au plus haut à 1,4055 $ au plus bas du jour, cassant plus nettement par la même occasion son support très important de long terme (cliquer pour agrandir le graphe)


Un simple exemple parmi d'autres de pays affecté par la crise 'à la périphérie' : le Danemark est entré en récession 'officiellement' en juillet avec 2 trimestres consécutifs de repli de son PIB et des soucis bancaires assez importants comme nous l'avons vu il y a plusieurs jours en arrière.


L'heure est comme nous l'indiquions mercredi à bien comprendre l'ensemble des modifications qui sont entrain de se passer d'un point de vue global.  Il convient de ne pas trop se centrer sur l'info du jour qui n'est en fait que le résultat de choses en germe depuis très longtemps (cf. art. de juillet par ex. USA : des saisies immobilières aux faillites majeures)

On s'attachera avant tout sans a priori à comprendre comment les marchés réagissent et peuvent réagir à cette nouvelle ces prochains jours et non pas comment vous vous réagissez ou comment tel ou tel réagit. Pondérez dans votre esprit cet aspect bien avant votre propre sentiment, votre propre réaction sur l'évènement ou tout autre comparatif par exemple avec la mi-mars qui avait vu une hausse nette suivre le sauvetage de Bear Stearns. Il ne s'agit pas de les opposer ou de s'abstenir d'aller chercher des avis, ils sont bien sûr appréciables, mais de bien hiérarchiser les choses en vous.
L'autonomie passe par là. La réaction du marché est une info à part entière.

Dans des moments perturbés comme ceux-ci, qui plus est, il serait dommage de passer à côté des évolutions d'ensemble qui sont en germe par ailleurs et qui très souvent amènent à perdre un peu de distance et à devoir se remettre en selle pour comprendre les choses avec malheureusement un peu de retard ensuite, une fois les grands titres passés.


D'un point de vue technique, le CAC 40 échoue pour l'heure à s'extirper des 4 400 et de sa résistance oblique baissière vue dans Flash CAC 40 - Analyse graphique court terme qui sont les points à scruter pour les prochaines heures. Les gains du jour sont une chose mais quelques zones restent à franchir pour envisager les choses plus favorablement dans le temps.


Le Dow Jones salue la nouvelle sur la séance également et gagne + 2,58 % à 11 510,74 points. L'orientation graphique est un peu meilleure que sur le CAC 40 avec un passage au-dessus de la moyenne mobile à 20 jours à la clôture.

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article