Dollar US, Livre Sterling et BNP en chute

Publié le par Apprendrelabourse.org

Après un départ assez haussier à Paris dans le sillage de la forte hausse de Wall Street hier soir, le CAC 40 a plongé dans le rouge compte tenu des pertes encaissées par BNP Paribas dans sa division de banque de financement et d'investissement qui pourrait mettre l'établissement dans le rouge au 4 ème trimestre. Le résultat annuel pour 2008 resterait cependant positif.

Le titre décroche de - 17,24 % avec 1,5 % de son capital échangé durant la séance à 34,22 € sous celui de sa rivale, la Société Générale à 34,81 € (- 5,77 %
) La banque qui surclassait beaucoup d'autres pour sa bonne tenue dans la crise connaissait déjà la désaffection des investisseurs depuis plusieurs semaines notamment en raison des difficultés pour finaliser le rachat de Fortis, rachat qu'elle menace dès lors de ne plus réaliser. Le gouvernement belge fera d'ailleurs appel lundi d'une décision de justice qui gèle le rachat à la demande de différents actionnaires.

Ce soir Standard & Poor's place sous surveillance avec implication négative la note de crédit de la banque française mais sans en changer la note qui reste une des meilleures au monde (AA+ pour la dette long terme/ la dette court terme reste inchangée). L'agence estime que 2008  et 2009 seront bénéficiaires mais la perte de 710 millions d'euro de la banque d'investissement depuis le début d'année et le 'carton' pris dans l'affaire Madoff la rende vigilante. BNP reste également pour S&P comme une des banques qui devraient le mieux  résister à la crise. Sur un plan boursier, le titre a été pris dans un flot de dégradation des objectifs de cours.

L'indice phare français cède - 0,30 % à 3 241,92 points dans des volumes qui s'étoffent mais restent encore assez faibles.

La cassure des 1,31 $ pour l'euro était susceptible de voir l'euro s'échapper à la hausse ou inversement le dollar plonger. La décision d'hier de la FEd de passer à 0/0,25 % ses taux pèse toujours. Le Dollar index passe sous les 80 à 78,88.


En Angleterre, le la livre sterling continue à fondre depuis la cassure également de niveaux importants vu précédemment (graphe 2), accentué aujourd'hui par une mauvaise statistique sur l'emploi et la parution dernier compte-rendu de la Banque d'Angleterre dans lequel il est apparu qu'une baisse des taux encore plus forte avait été envisagée en début de mois. Un des membre du comité de politique monétaire a même précisé ce jour à l'agence Reuters anticiper 3 millions de chômeurs au Royaume-Uni d'ici 2010 en déclarant "Où est la lumière au bout du tunnel ? Je n'en vois pas".

→ Les matières premières avaient progressé il y a quelques mois en arrière en relation, en partie, avec la baisse du dollar. Qu'en est-il aujourd'hui ?

- Si les métaux précieux comme l'or suivent la chute de la 1ère devise mondiale depuis quelques jours avec une corrélation inverse importante entre dollar index et once d'or comme déjà étudié, la baisse du dollar contre euro n'engendre pas de courant acheteur important qui reposerait sur une autre 'motivation', la 'compensation' de la perte de pouvoir d'achat de la devise US ayant même tendance à être légèrement inférieure pour un européen. Pas de gain en euros pour l'once. Pour avoir un panorama de la situation, voici ci-dessous un graphe présentant la corrélation inverse entre les 2 qui s'est installée au tournant du siècle. Une nouvelle analyse sur l'or paraîtra prochainement.


- En ce qui concerne le pétrole, le baril est tombé sous les 40 $ au plus bas depuis 2004. La hausse des stocks parus ce jour aux USA et les craintes récurrentes de récession assez sévère et durable prennent le pas sur la baisse de production annoncée par l'OPEP.


- Signe également des réductions de la production industrielle au niveau mondial, l'aluminium, métal important, n'arrive toujours pas à se redresser. Le Dow Jones évolue à l'équilibre lors de la dernière heure de cotation aux alentours de 8 900 points.

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article