CAC 40 : la chasse au gap continue

Publié le par Apprendrelabourse.org

Le CAC 40 dévisse de - 4,48 % à 2 581,46 points avec un atterrissage sur le gap laissé béant en mars 2003 :

                          → CAC 40 - Analyse graphique : ... et dessous ?

Toutes les valeurs sont dans le rouge sauf essilor et sanofi avec un gain inférieur à + 1 %. Tous les secteurs sont touchés, valeurs énergétiques comprises, particulièrement à Paris avec EDF qui perd - 9,45 %, GDF - 8,07 % et Total - 5,75 %. Le pétrole décroche de -10,55 % à 40,04 $ le baril.

 
9 des 10 plus grosses pertes parmi les valeurs composant le DJ EuroStoxx 50 appartiennent au secteur financier, les assurances continuant à payer un lourd tribut. Après la chute d'AXA les jours précédents, Aegon lâche - 13,75 %. Citigroup se désagrège encore de - 20 % à 1,20 $. General Electric dévisse de - 10,69 à 7,60 $.

Le Dow Jones perd - 4,24 % à 6 763,29 points sur fonds de pertes massives chez AIG, n° 1 de l'assurance déjà détenu à 80 % par l'état fédéral et qui en dépit d'injection à hauteur de 150 milliards de $ n'arrive toujours pas à se stabiliser. Il est question ce soir d'y injecter 30 Mds $ supplémentaires. Plus de 61 Mds $ ont été perdus au 4 ème trimestre soit près 23 $ par action.


→ Au chapitre économique, le revenu des ménages américains a progressé de + 0,4 % en janvier après - 0,2 % le mois précédent et leurs dépenses ressortent en hausse de + 0,6 % après - 1 %. La progression annuelle reste positive pour les revenus à + 1,9 % mais les dépenses sont en baisse de - 1 %.

Le taux d'épargne des ménages s'établit à 5 %, un niveau important ( →
Taux d'épargne US : une amélioration en trompe l'oeil) alors qu'il ne situait qu'à 1,4 % en septembre dernier. 

√ L'indice d'inflation sous-jacente issu des dépenses de consommation continue à se replier légèrement à + 1,6 % en ryhtme annuel (graphe ci-dessous) Rappel : il s'agit de l'indice d'inflation que la Fed suit en priorité compte tenu de son adaptation à la demande réelle comme lors du calcul trimestriel du PIB alors que les indices d'inflation traditionnels (indice des prix à la consommation) réalisés via des paniers de produits restent des constructions plus théoriques se basant sur des relevés de prix.


L'indice d'acticité manufacturière pour février est toujours déprimé à 35,8 après 35,6 en janvier bien que supérieur aux attentes qui se situaient à 33,8. Le niveau de la composante emploi chute par contre encore à 26,1.


Ambiance du jour ? Continuation de tendance : la crise bancaire et financière ayant précédé la crise économique, l'enfoncement des financières éclipse la stabilisation des données statistiques ci-dessus. L'immobilier, 2nd sujet sensible lié à la finance n'arrive par ailleurs toujours pas à se redresser avec une nième statistique qui ne trouve toujours pas son point bas via, ce jour, les dépenses de construction en chute de - 3,3 % sur un mois en janvier après - 2,4 % avec un phénomène sur lequel nous avons déjà attiré votre attention qui s'aggrave : 

                         →  Les grands travaux d'Obama


Non seulement les dépenses dans le secteur résidentiel restent excessivement déprimées mais le secteur non résidentiel, le plus important, est entrain de confirmer sa mauvaise orientation avec une chute qui se précise et une variation annuelle désormais en passe de devenir négative.


Les dépenses de construction publiques du plan Obama se font enfin attendre d'autant plus qu'elles sont négatives en janvier de - 2,3 % après - 1,8 % en décembre.

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article