Bourse : 'gros' trou d'air

Publié le par Apprendrelabourse.org

Les vieux démons étaient de retour ce week-end touchant les financières et le secteur automobile. La bourse de Tokyo donnait le ton en matinée avec une baisse de - 4,27 %.

→ Automobile :

. Le gouvernement américain a jugé non viables les plans de redressement de GM et Chrysler à qui le gouvernement Bush avait accordé un délai jusqu'à demain pour présenter  les mesures propres à assurer leur survie. Un sursis de 30 jours a été donné par Obama à Chrysler et 60 jours à GM. Le PDG de GM vient de démissionner.
Standard & Poor's qui note les 3 constructeurs US en 'CC' évoque de plus en plus la faillite, tout comme Obama qui intègre désormais la possibilité d'un dépôt de bilan de GM.

. Peugeot : la famille Peugeot remplace à la tête du groupe C. Streiff par P.Varin.

Rappel : semaine dernière Fitch avait abaissé d'un cran la note de PSA à BB+ (comme Fiat) et celle de Renault est passée de BBB- à BB, soit de 2 crans. Les 3 sont placés sous surveillance 'négative'. La note BBB- est la dernière note figurant dans la catégorie 'investissement' chez Fitch. A titre de comparaison Daimler et Volkswagen ont un rating BBB+ et sont aussi sous surveillance négative. 


→ Financières :

. selon des déclarations de Geithner, secrétaire au trésor, des aides importantes seront encore nécessaires pour aider les banques américaines (Interview ABC news)
. Le PDG de J.P. Morgan a indiqué que le mois de mars est en retrait par rapport aux 2 premiers mois de l'année
. enfin, l'état espagnol a dû voler au secours d'une caisse d'Epargne, CCM (Casa Castilla la Mancha), en la plaçant sous tutelle et en injectant 9 milliards €.

Toutes les valeurs du CAC 40 sont teintées de rouge ce soir avec une perte de - 4,27 % à 2 719,34 points. Les cours ont ouvert sur leur ancien gap haussier et se sont effondrés sur la moyenne mobile à 20 jours formant une figure de retournement bien connue (Cf.
Apprendre et comprendre la bourse en temps réel : l'île de renversement ou island reversal)


C'est le retour dans la zone incertaine redétaillée vendredi 23 mars (
CAC 40 : incertitudes)

Milan perd - 6,09 %, Francfort - 5,10 %, Amsterdam - 4,53 %.

En Europe, l'indice du sentiment économique resssort à un nouveau plus bas historique pour mars à 64,6 contre 65,3 (voir graphe ci-dessous) Pour  l'ensemble de l'Union Européenne, l'indice ressort à 60,3 en baisse de - 0,6.



√ l'Espagne confirme a priori le fort ralentissement de l'inflation, déjà évoqué pour l'Allemagne semaine dernière, avec une baisse des prix sur un an de - 0,1 % en mars, en données provisoires selon les normes harmonisées européennes IPCH, soit un plus bas enregistré depuis 1961 (début du suivi statistique) et le premier chiffre négatif pour la zone euro et dans l'Union Européenne (Seule la Suisse, avait jusqu'ici en Europe, hors EU, affiché un taux négatif de - 0,1 % en février)

La chute des matières premières fait son travail dans l'autre sens : après un record à + 5,3 % toujours en rythme annuel en juillet dernier pour l'inflation espagnole, l'énergie principalement tire vers le bas les indices globaux. A suivre de près avec les chiffres définitifs qui paraîtront mi-avril et les données de l'inflation sous-jacente (hors alimentation et énergie) qui s'élevait toujours à + 1,6 % sur un an en février de l'autre côté des Pyrénées.



→ Article paru ce week-end :

      .
Notations de crédit : comment évaluer le risque réel de défaut des obligations ?


Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article