La question des "stress tests"...

Publié le par Apprendrelabourse.org

Week-end difficile Outre-Atlantique et démarrage tout aussi cahotique pour les marchés en cette première séance de la semaine.

Les autorités américaines ont lancé il y a quelques temps des évaluations dénommées 'stress test' susceptibles de renseigner plus avant sur la solidité des principales banques américaines.
Durant le week-end, les spéculations sont allées bon train sur la date de parution des résultats de ces tests (prévus en l'état pour le 24 avril et le 4 mai pour les compléments), l'étendue des informations à délivrer au public et la teneur de celles-ci.
L'étendue des positions est extrêmement large allant de la communication du patron du Trésor Geithner qui n'entrevoit pas de nouvelle vague de faillites bancaires à de nouvelles rumeurs sur l'insolvabilité du système qui ont fait replonger une partie des opérateurs dans l'ambiance de cet hiver (Cf. Sur le fil du rasoir avec l'interview de Roubini et Shiller à Davos)


Bank of America malgré un résultat net de 4,25 milliards $ au 1er trimestre supérieur aux attentes, plonge de - 24,34 %. Le résultat net est triplé avec l'intégration de Countrywide financial et Merril Lynch rachetées en 2008 qui à contribué pour 3 Mds $ contre une perte de - 1,7 Mds au 4T08 (rappel : BoA a racheté pour 30 milliards $ en 2008 et reçu une aide gouvernementale de 45 Mds $ depuis cet automne)
Le marché fait la fine bouche dans ce contexte contrairement aux semaines passées avec l'augmentation de ses  provisions pour créances douteuses et dépréciations d'actif qui se montent à 6,4 milliards $.


* Rien de tel dans un tel marché que de se concentrer sur nos bases graphiques. Faisons un zoom sur la situation actuelle après la vue d'ensemble décrite hier :


En dépit d'une sortie haussière du canal vendredi, les cours n'ont pas réussi à atteindre les 3 150 points et ont corrigé dans leur biseau ascendant pour finir sur la moyenne mobile journalière à 90 jours.

Les matières premières corrigent également :

- le pétrole perd - 7,59 % (light crude) à 48,49 $ le baril
- le cuivre lâche 4,2 % 

Le CAC 40 termine en baisse de - 3,96% à 2 969,40 points et le Dow Jones à 7 841,73 points en baisse de - 3,56 % sous la lourde rechute du secteur bancaire.




  → articles parus ce week-end :


     .
CAC 40 - Analyse graphique 
     . La face cachée des indicateurs 



   "de retour de week-end" :

    . A découvrir : vous êtes à la recherche d'avis, d'analyses ou d'opinions variés ? Direction le Cafedelabourse.com


Café de la Bourse, blog de bourse



    . A savoir (mise à jour de la série d'articles de mars sur 'les risques souverains') si les états et les grands rendez vous internationaux mettent à l'ordre du jour la question du rôle des agences de notations ces dernières ne sont pas en reste et continuent à se doter à vive allure d'un arsenal de nouveaux outils pour apprécier la solvabilité des états...

Nouvel exemple : après le lancement de l'indice GRI, voici le GRRI. Ce dernier propose, selon Moody's, d'évaluer le risque de refinancement des états, c'est à dire la probabilité qu'un gouvernement n'arrive plus à trouver preneur sur les marchés pour ses émissions d'obligations (de négligeable à considérable) En Europe :


 

  . Mise à jour de "Notations de crédit : comment évaluer le risque réel de défaut des obligations ?"

Le 1er trimestre 2009 a vu la continuation de la dégradation des risques de crédit pour les sociétés avec un taux de 0,04 chez Moody's pour le rapport dégradation / relèvement de notations. C'est à dire qu'il n'y a eu que 4 relèvements pour 100 dégradations.
26,7 % des obligations notées avaient une perspective négative contre 2,7 % positive et près de 10 % des émetteurs de dettes privées étaient sous le coup d'une étude pour une révision à la baisse contre 1 % à la hausse à fin mars.

Standard & Poor's de son côté vient d'indiquer que 29 % des sociétés notées en catégorie 'spéculative' pourraient faire défaut d'ici la fin d'année, avec en pointe les compagnies ayant eu recours au financement de LBO. Rappel : 
Apprendre et comprendre la Finance : les LBO (Leverage buy out) et levées de fonds

Entre 90 et 112 sociétés européennes sont susceptibles selon l'agence de notations de défaillir ces prochains mois (elle vient de réajuster sa fourchette de défaut sur 765 firmes de 8,7/11,1 % prévue en décembre à 11,7/14,7 % en ce mois d'avril)

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article