CAC 40 : 10 ans de moyennes mobiles à l'épreuve des faits

Publié le par Gilles Caye

CAC 40... où en est-on ?

Pour répondre à cette question, nous allons utiliser un seul et unique outil : la moyenne mobile. Simple, très simple, beaucoup trop simple même pour certains, la moyenne mobile reste indétrônable en matière de désignation de tendance.

En prenant en compte la tendance désignée par une moyenne mobile (abrév. MM), automatiquement la situation est nettement mieux mise en lumière avec une première approche qui permet d'évaluer les risques en terme de continuation ou d'inversion de tendance. C'est déjà un début de réponse à la question qui suit inévitablement "où va-t-on ?"

En décomposant les tendances par horizon à court, moyen et long terme via une combinaison de moyennes mobiles d'horizons distincts les évolutions parallèles ou au contraire les croisements renseignent directement et assez simplement  sur 'les' tendances en cours.

Pour voir ce que cela donne, prenons en l'appliquant au CAC 40 sur les 10 dernières années:

- la MM 20 pour le court terme
- la MM 90 à moyen terme
- et la MM 200 à long terme



Où en est-on ? Réponse : au 7 ème croisement des 3 sur la décennie.

En d'autres termes, le 3 ème 'temps graphique' depuis la création de ce blog dont je vous ai parlé à plusieurs reprises en mentionnant la sortie future est entrain de se préciser nettement. Le 1 er temps, c'était la phase de hausse fin 2006 à 2007 entre le croisement vert et rouge durant laquelle le travail essentiel était de positionner des seuils de sécurité pour la baisse et évaluer la force du mouvement. La 2nd a pris naissance fin 2007/tout début 2008 avec la phase de baisse et la 3ème avec l'arrivée sur le support aux alentours des 3 000 et dessous.

Les 1001 défauts des moyennes mobiles...

Les moyennes mobiles de part leur construction traînent derrière elles "un effet retard" (l'addition des 20 derniers cours de clôture comme ici pour les moyennes simples ou dites 'arithmétiques' en font un outil qui compilent les données du passé sans pondérer plus fortement les derniers cours) Toute une série d'inconvénients en résultent qui rendent nécessaires l'utilisation d'autres outils.

Les moyennes mobiles sont une construction intellectuelle pure. Certes, elles intègrent les cours mais ne représentent en tant que tel aucune transaction réelle acheteur / vendeur et ne tiennent pas compte des volumes. Même en observant jour après jour leur efficacité, il n'en reste pas moins que cet aspect s'impose et que leur valeur ne tient qu'à l'auto-réalisation qu'elle initie tout le monde utilisant les mêmes outils... selon les détracteurs de l'analyse graphique en général.

Enfin, alors que nombre d'indicateurs ont des paramétrages standards, se pose toujours la question de savoir si la moyenne mobile utilisée est la bonne ? J'en passe...

... et leurs bienfaits,

Évidemment, tout outil quel qu'il soit a les défauts de ses qualités et l'essentiel est de savoir les utiliser à bon escient. C'est ici que la combinaison ou l'utilisation de plusieurs MM permet plusieurs apports :

- que vous preniez le DAX ou le CAC 40, les points de croisement sont à peu de choses près les mêmes
- que vous remplaciez ce 'jeu' de MM 20 / 90 / 200 par un autre qui respecte les horizons à court moyen et long terme par exemple avec la combinaison suivante 10 / 50 / 150 les points de croisement restent également positionnés globalement dans les mêmes zones.

Les moyennes mobiles permettent de garder les idées claires à tout moment sur les tendances et rien d'autre. En retard et imprécises elles sont néanmoins une excellente synthèse pour éviter d'être collé à contre-courant ou prendre en compte le fait que "c'est le flou". Elle nécessite extrêmement peu d'interprétations et limite les erreurs liés à l'exercice de lecture d'autres indicateurs dont chacun ne maîtrise pas forcément tous les aspects.

Sur 10 ans, il existe 7 point de convergences des différents tendances suivant leur horizon. Un investisseur qui se concentre sur ces croisements et les évolutions en parallèle peut accroître considérablement le temps passé dans le marché au moment où les signaux sont les plus clairs augmentant ainsi ses probabilités de gain et en réduisant les risques. Sur une telle durée, un investisseur qui ne surveille ses investissement que de loin en loin peut très bien optimiser ces positions en dépit d'une imprécision suivant la combinaison utilisée. Quelle importance d'être entré quelques semaines avant ou après en 2003 ou en 2006 ou d'être sorti en novembre ou décembre 2007 pour un tel investisseur ? Si vous procédez ainsi, vous ne vous en souvenez probablement même plus...

sans oublier quelques enseignements.

Ces croisements sont là pour rappeler que ce ne sont pas des évènements comme l'élection présidentielle d'Obama, son investiture, une semaine de 14 juillet ou je ne sais quel indicateur précis qui règle le tempo d'une courbe. A cet égard, si vous revoyez tous les mois ou tous les trimestres vos investissements, sachez que ceux-ci ne respectent pas votre timing et vos échéances fixes. Mettez les chances de votre côté en respectant le 'tempo' des cours. Les moyennes mobiles vous y aideront grandement. Il y a les phases où les cours 'déroulent' et d'autres où votre veille est nécessaire, vacances ou pas.

L'analyse graphique fait l'analyse du rapport existant entre acheteurs et vendeurs quelqu'en soit leurs qualités et motivations. Il n'est pas possible de raisonner, d'expliquer et de justifier en permanence les évolutions. La juxtaposition des différentes tendances permet de se rappeler qu'il y a sur le marché autant de traders à court terme que de sociétés de gestion entrain de se positionner à moyen terme ou long terme comme les compagnies d'assurance par exemple ou les fonds de retraite.

Il y des moments où tous ces courants se rejoignent et créent des turbulences et des remous. Actuellement, sans être véritablement nerveux, tout le monde fourbit un peu ses armes et reste dans l'expectative du prochain mouvement. Les cours de tous les grands indices étaient lundi  sous leurs MM très ressérées et finissent au-delà vendredi.

Le mot de fin

J'espère à travers cet article vous avoir fait touché du doigt que certains éléments simples repris avec méthode et rigueur peuvent apporter une compréhension et augmenter les succès. Tout dépend de la discipline de chacun.

Il était par ailleurs utile je pense de délivrer un élément synthétique après une semaine chahutée pendant laquelle tout a été dit et son contraire en de nombreux endroits sur la hausse que nous venons de vivre et face à un traitement des articles ici délibéremment très typé 'trading' tout au long de la semaine dernière pour cerner le support et la rupture lundi comme l'environnement complet actuel sous toutes ces dimensions.

Les moyennes mobiles... thème redondant ? Oui et pour cause comme vous pouvez l'apprécier sur le graphique. Pourquoi s'en priver.
Les moyennes mobiles... trop simple et pour les débutants ? Souvenez vous qu'un des meilleurs indicateurs de tendance, la MACD, outil mondialement reconnu et utilisé parfois ici se fonde sur une combinaison de 2 moyennes mobiles de périodes distinctes (certes exponentielles qui viennent corriger les 'défauts' énoncés)

Publié dans INVESTIR EN BOURSE

Commenter cet article