Or / Matières Premières : un ratio au coeur de la crise financière mondiale

Publié le par Gilles Caye

Nous sommes à une date anniversaire, celle de la faillite de Lehman Brothers. 
Pour résumer, dans le langage courant cette affaire est un peu l'histoire de l'impensable qui se produit. "Impensable", "zéro risque", voilà bien des choses qui n'existent pas en Finance ou dans le monde de l'investissement et qui n'ont jamais existé.

La titrisation était censée pourtant répartir le risque et même devait pour certains l'annuler. Évidemment quand tout le monde assure tout le monde, plus personne n'assure en fait personne. Et oui...
D'un point de vue de l'analyse du risque, c'est cette histoire là, banale sous cet angle de vue, qui résume sans doute le plus la faillite de Lehman. Une histoire de risque qui n'est d'ailleurs pas finie puisqu'elle s'est déplacée jusque dans les États. Nous en reparlerons bien sûr.

Pour l'heure, les rétrospectives sur le sujet fleurissant un peu partout, je vous épargne l'exercice de style (tout autant qu'à moi) avec le risque cette fois de (mal) refaire l'histoire, et vous renvoie vers les archives du blog qui avait de toute façon suivi cela en détail "dans le jus" au fil de l'eau.


Voyons plutôt comment les grands mouvements s'opèrent sur les marchés financiers lors de ces phases de très grand stress.

Si vous n'avez pas de tableau en tête des interactions  entre les différents marchés, espérons que celui-ci vous aidera ou vous permettra de faire une petite révision en cette rentrée.
 
Allons-y. Rassemblons les ingrédients : prenons le marché actions le plus important au monde (S&P500), le marché des obligations le plus large (représenté par les taux US à 30 ans), le marché de l'or et l'ensemble des matières premières, le tout exprimé bien sûr dans la devise mondiale, le $.
Voilà, tout y est ou presque, disons l'essentiel, le reste en dépend ou bien est une simple subdivision.



4 remarques :

- les matières premières ont évolué suivant le cycle économique en relation avec les marchés actions, tous 2 en rapport avec la baisse de la demande contrairement à l'or qui a joué son rôle de valeur refuge au côté des obligations ou du "cash".

- si vous préférez visualiser les matières premières via l'indice CRB comme le font la plupart de mes collègues, le marché obligataire via le cours des obligations à 10 ans (le 30 ans est moins réactif)et l'inverse du S&P500 pour bien visualiser la corrélation, il suffit de cliquer sur le graphe.

- si vous êtes étudiant, chercheur ou simplement passionné par la question de la relation entre les taux et l'or, un sujet de réflexion permanent depuis que le dollar n'est plus lié au métal précieux, vous constatez que la corrélation entre ce ratio et le marché obligataire est très présente.

- enfin,  il s'agit sans doute du 3 ème moment clé pour la force relative de l'or comparée aux matières premières depuis la faillite de la banque d'affaires (le 1er, c'était 
juste après le 15 septembre et le 2nd le 23 février avec un mouvement terminal à la suite d'un gap d'épuisement) lequel ratio est en pleine convergence avec l'indicateur MACD sous la courbe.

Ceci réserve le plus souvent des oscillations/perturbations à venir sur les marchés. A suivre donc.

 
 √ Articles liés : 

    .
Or / Matières premières : un ratio au coeur de l'histoire de la Finance 

    . Matières premières - Indice CRB - Analyse graphique depuis 1958 

    . Matières premières : tendances long terme hors effets dollar et pétrole

Publié dans INVESTIR EN BOURSE

Commenter cet article

Milou 13/09/2009 17:54

Exact. Je n'ai utilisé que le $ pour mes graphiques. Je suis bien incapable de trouver l'équivalent du $GOLD en Euros. Si vous avez une URL, je suis preneur.

Gilles Caye 13/09/2009 18:56


Tapez le symbole $gold:$xeu dans http://stockcharts.com/

ou utilisez le tracker GBS (ISIN GB00B00FHZ82) qui reproduit l'évolution du cours de l'or en euro (pour 1/10ème d'once) Ex sur boursorama :

http://www.boursorama.com/graphiques/graphique_histo.phtml?&symbole=1rPGBS&applet=1


Milou 13/09/2009 16:02

Je n'aurais pas du utiliser votre graph du Gold/Cci pour argumenter. Ce que je voulais exprimer c'est que le Gold n'est ni correlé aux Matières premières ni aux indices boursiers, ni aux faillites des banques.Comparons l'Indice $SPX et le $GOLD Le 18 Mars 2008, après sa forte baisse, initiée en octobre 2007, le S&P repart pour un retracement de 50% environ, à la hausse, jusqu'à fin mai. Le rachat de Bear Stearns par JPM n'a pas été vécu comme un "gross malheur", sauf le temps des discussions entre B.S et JPM (et la FED), et le lendemain de l'annonce.Effectivement au même moment de mars l'OR plongeait, mais est ce que c'est lié ? En effet il retrace alors 65% de sa hausse initiée fin mai 2006, qui est une mini vague de la grande vague haussière de fin mars 2001. En analyse Eliottiste, et, en monthly, elle paraît représenter la vague IV (3 temps). Mais ce retracement n'est pas correlé aux événements puisqu'il ne dure que jusqu'à fin octobre, alors que le S&P baisse jusqu'au 6 mars de l'année suivante .Pourquoi l'OR aurait marqué le coup à la baisse pour B.Stearns, et qu'il ne l'aurait pas fait dans le même sens le 15 sepembre ?Et c'est là que l'on se rejoint car je n'englobais pas l'OR dans le Cash (pour moi, et,  chez moi c'est l'€ le cash !!). En conclusion je reprends ce que j'ai écrit précédemment le Gold n'est pas une matière première.A bientôt Gilles.

Gilles Caye 13/09/2009 17:20


OK (voir lien ci-dessous) mais attention les considérations ne sont pas tout à fait les mêmes si

- on prend le cours de l'once en $
- le cours de l'once en €
- et surtout le cours de l'or physique (pièces notamment) en € qui était fortement corrélé à la faillite de Lehman. La prime sur le Napoléon a d'ailleurs explosé à ce moment là durant quelques
jours. Depuis on croise assez peu de primes négatives comme on en trouvait avant sur les pièces (mis à part sur le pesos et le florin)

Ci-joint graphe corrélation entre :
- SP500 (SPX) 
- CRB (matières premières)
- et gold
- + ratio gold/spx

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/40/52/94/2.2009/scsc.png


Milou 13/09/2009 12:40

Bonjour Gilles.J'espère que je ne suis pas le seul à contribuer aux "commentaires". En tous les cas merci de nous informer, en permanence, par vos excellentes analyses.Cette étude nous montre bien que les faillites de ces 2 grandes banques n'ont sans doute pas eu de corrélation sur le GOLD/CCI. Pas davantage qu'avec la chute du S&P, puisque l'OR, imperturbable, a continué sa hausse jusqu'en mars 2008 . L'OR n'a pas non plus été influencé par la chute de G.S puisque sa tendance a été globalement baissière jusqu'en fin octobre.par contre les matières premières sont restées corrélées aux actions. Depuis longtemps j'ai consideré, moi aussi, que le GOLD n'est pas une matière première.C'est pour cela que je ne suis pas "cash only". Bonne journée. Milou

Gilles Caye 13/09/2009 13:10


Bonjour Milou,

Si justement Bear Stearns et surtout Lehman Brothers ont envoyé une sacrée décharge haussière dans le gold / CCI ...
et tout cela montre que dans la catégorie "cash" ou "liquidités" ou "monnaie", l'or semble vouloir y prendre ou conserver sa place. En tout cas c'est comme cela que le marché réagit
jusqu'ici

Durant des centaines d'années, l'or était intégré au "cash". Il n'y avait pas de différences entre or ou cash, soit l'or représentait directement la monnaie (avec l'argent-métal), soit la
monnaie s'y rattachait d'une manière ou d'une autre (convertibilité de la monnaie papier en or, étalon-or, gold cover clause etc..)

Depuis que le système monétaire ne se fonde plus dessus*, il semble pourtant en considérant le rapport entre l'or et les matières premières que
cela continue et particulièrement lorsque le marché encaisse des coups de stress épiques comme celui vécu à compter de septembre 2008.



* ne se fonde plus dessus de manière explicite par un lien légal. Mais de manière implicite, l'or reste bien comptabilisé au bilan des banques centrales par tonnes entières au sein de leurs réserves de change. Enfin historiquement, notre
système bancaire s'est construit à la base sur cet actif.