Actualité - Bourse - Finance : Beaucoup de remous et quelques décrochages

Publié le par Gilles Caye

Beaucoup de choses se passent en ce moment et beaucoup de remous :

Souvenez vous de ce temps où "les mauvaises nouvelles faisaient les bonnes performances", souvenez vous du temps où au 3 et 4 ème trimestre 2006 on attendait de mauvaises statistiques (enfin pas trop) pour prévenir la surchauffe de l'économie et la hausse des taux. Le pilotage de l'atterrisage en douceur de l'économie américaine permettait de surfer allègrement sur la croissance mondiale, les profits, les financements pas chers et les liquidités. Cela ne s'arrête pas en une séance mais aujourd'hui les bonnes nouvelles ont fait les mauvaises performances.

Les créations d'emplois se sont élevées à 167.000 contre 100.000 attendues. Le chiffre pour le mois précédent a été révisé à 154 000 contre 132 000 en 1ère estimation. Si cela rassure sur la croissance de l'activité, voilà une nouvelle qui lève un doute supplémentaire sur les risques inflationnistes. Moins de chômage = plus des tensions sur le marché du travail donc potentiellement des prix en hausse. Comme vous le savez maintenant, une des façons de lutter contre l'inflation est  d'augmenter les taux. Les perspectives de la baisse des taux courant d'année sont avec cette statistique remise à plus tard dans les anticipations que les uns et les autres peuvent former. Et...plus les taux sont hauts plus les actions sont comparativement moins intéressantes que les obligations.

Autre conséquence : le dollar a retrouvé une vigueur plus vue depuis des mois. 3 jours en arrières l'euro valait 1,33 $. L'euro se négocie aujourd'hui 1,30 $.

Heureusement le pétrole en baisse avec les matières premières contient un peu les anticipations inflationnistes. Cependant dans l'esprit des investisseurs un pétrole en baisse est une donnée volatile alors que des tensions sur le marché du travail sont un élement à connotation "longue" ou "durable".

On montait grâce à la baisse du pétrole fin 2006, aujourd'hui elle plombe à nouveau les valeurs pétrolières emmenant les indices vers le bas. Les interactions ne sont plus les mêmes, les remous apparaissent.

Les décrochages (petits) se sont également fait sentir :

  • - sur le CAC 40 qui a un peu laché prise en fin de séance passé de 5560 à 5517 en quelques minutes et finit en baisse de 1 %
  • - parmi les valeurs : Michelin, EDF, suez, Alstom au dessus d'une perte de 3 %
  • - l'or qui a perdu comme l'argent jusquà - 3 % sous les 605 $ l'once suivant le pétrole et les matières premières.  L'or, monnaie ou simple métal ? En tout cas aujourd'hui le refuge ne se situait pas à ce niveau.

Des opportunités également se sont faites jour sur les conséquences de la baisse du pétrole : compagnies aériennes (Air France + 3,26 %), transport, chimie etc....

Les mouvements sont contenus mais retenons ce soir la diversité des actifs impliqués (actions, devises, or, matières premières)...remous, décrochages...le marché et les opérateurs rebattent les cartes. Le consensus très haussier l'est ce soir un peu moins (et chacun de s'interroger sur les conséquences de la baisse des avoirs des pays exportateurs de pétrole sur les achats d'actions, les raisons de la baisse de l'énergie etc...)

Le Nasdaq perd 1 % et le Dow Jones 0,62 % (Francfort à - 1,22 % / Zurich -0,28 / Amsterdam -1,26 %)

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article