Actualité - Bourse - Finance : Francfort et Paris à la pointe d'un beau contrepied à la hausse sur de bonnes anticipations sur les taux

Publié le par Gilles Caye

Belle séance de retournement peu après les propos de Jean-Claude Trichet, le Président de la Banque Centrale Européenne (BCE) qui a indiqué peu après midi que les attentions de l'institut d'émission de l'euro envers l'inflation avaient baissé d'un cran. Si les hausses préventives pour contrôler l'inflation devraient normalement se prolonger au cours des prochains mois, les opérateurs en ont déduit que celles-ci devraient (la prochaine) avoir lieu qu'au printemps.

Alors que quelques instants auparavant la Banque Centrale anglaise gérant la livre sterling venait d'annoncer dans la surprise quasi générale une hausse de ses taux passant de 5 à 5,25 % entraînant temporairement les bourses vers un déclin (mesuré), les propos de la BCE ont été l'occasion d'une ruée sur les actions, les opérateurs étant accompagnés ensuite par la hausse des marchés américains.

Si vous ne compreniez pas ce que veux dire l'expression "les marchés boursiers sont suspendus aux lèvres des banques centrales", la séance d'aujourd'hui a du vous éclairer. Quelques rappels: depuis que la Banque Centrale Américaine a laissé ses taux inchangés en Août les marchés boursiers n'ont cessé de grimper, semaine dernière la divulgation du rapport des gouverneurs concernant la dernière décision de maintenir le statu quo mais dans lequel transparaissaient des inquiétudes sur la croissance a jeté un froid sur les bourses, aujourd'hui encore une des grandes occupations des opérateurs a été le "décorticage" des propos et l'attente des annonces.

Paris finit en hausse de + 1,96 %  à 5609 points comblant le gap baissier d'hier et le précédent pour rejoindre les plus hauts annuels. Francfort termine en hausse de + 1,84 % soutenu par la première estimation du PIB en 2006 à 2,5 % (2,7 % annoncés ici hier) (---> un GAP ? ICI)

Compte tenu des liens entre devises et taux d'intérêts, l'euro est en baisse de près d'1 % contre la livre £ et baisse contre le dollar en revenant à 1€ = 1,2908 $ soit presque son niveau de la mi-novembre.

A Paris, les volumes ont été conséquents et seul EDF termine en légère baisse de -0,09 %. Les hausses se trouvent parmi tous les secteurs, les financières ayant une place de choix à nouveau à l'image des AGF.

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article