Actualité - Bourse - Finance : Des tensions sur les taux alourdissent l'attrait des actions

Publié le par Gilles Caye

Non décidément le mois de janvier ne veut pas nous donner d'indications autres que l'arrimage du CAC 40 et du Dow jones à leur moyenne mobile à 20 jours respective, l'indice français étant par ailleurs coïncé depuis le début d'année dans un 'trading range' 5525 /5625 dont les sorties répétées sont pour l'heure vaines.

L'ambiance de fond est par ailleurs refroidie comme je l'indiquais il y a quelques semaines par l'inversion du procédé qui valait au cours du 2nd semestre 2006 et selon lequel le marché réagissait positivement aux mauvaises nouvelles sur la croissance (jusqu'à un certain point), espérant par là une baisse de l'inflation et portant  l'espoir de voir les taux d'intérêts baisser.

Cette mécanique qui permettait aux mauvaises nouvelles de produire des effets bénéfiques engendre aujourd'hui à l'inverse sur des statistiques rassurantes des craintes sur l'inflation amenant les anticipations sur les taux à s'infléchir de mauvaises manières.

Nous avons ainsi eu aujourd'hui la publication des ventes de logements neufs aux USA en décembre, supérieures aux attentes et en hausse de + 4,8 % (le chiffre de novembre en première estimation a même d'ailleurs été relevé). Mais cette bonne nouvelle en apparence, si elle rassure sur l'évolution de l'économie a jeté un froid sur les taux d'intérêts qui se tendent. Ainsi ce soir, le marché obligataire américain est sur le point de franchir la barre des  5 % sur les obligations à 10 et à 30 ans. Plus les taux sont hauts, plus les prêts se raréfient et plus il est couteux de réaliser des investissements à crédit, plus la croissance peut donc en pâtir. Par ailleurs, plus les taux s'élèvent plus un investisseur se dirigera vers les obligations, délaissant les actions. Même le taux à un an sur l'euro, qui était à 4 % et quelques au 1er janvier se trouve ce soir sur le point de passer les 4,10 %. C'est en apparence faible mais des seuils psychologiques sont franchis ou en cours de l'être et à ce rythme mensuel...

Démarrant sur un GAP baissier la séance dans le droit fil de la séance 'lourde' de Wall Street hier soir le CAC 40 s'était bien récupéré lors de la publication des commandes de biens durables aux USA en hausse de 3,1 % en décembre.

Paris termine en baisse de - 0,48 % à 5582 points sur sa moyenne mobile à 20 jours (MM20) et le Dow Jones baisse à nouveau de - 0,48 %, cette fois sous sa MM20. Aucune place européenne n'arrive à clôturer dans le vert, les places en pointe depuis des mois comme Madrid ou Zurich font d'ailleurs partie des moins bonnes performances (- 0,84 % et - 0,89 % respectivement)

Les volumes d'échange sont fournis comme hier et seules 9 valeurs terminent dans le vert (3 à l'équilibre), les financières trustant pour une fois les plus mauvaises places sous l'impulsion négative des taux, BNP en tête des baisses à - 1,71 % est suivi de Crédit Agricole, AXA et SG (-1,12 %)

Pour prendre du recul, il convient de noter que la baisse des ventes de logements neufs aux USA en 2006 s'élève à - 17,3 %, le prix médian ayant baissé de -1,5 % par rapport à décembre 2005 et alors que les stocks des biens à vendre sont en repli pour le 5 ème mois consécutif. Si la baisse du nombre annuel de ventes  est le plus important en 17 ans, 2006 est aussi la seconde année durant laquelle il s'est vendu le plus d'habitations de première main depuis le début des statistiques.

Nous surveillons la clôture de Wall street ce soir. D'autres articles paraîtront comme d'habitude au cours de ce week-end.

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article