Actualité - Bourse - Finance : le rouge domine après une nouvelle statistique US décevante

Publié le par Gilles Caye

Le rouge domine largement ce soir en Europe, l'indice CAC 40 cédant - 0,62 % à 5552,69 points dans des volumes en hausse de 20 % par rapport à la séance d'hier. Mais c'est surtout et à nouveau les places américaines qui sont à la pointe de cette baisse, le Dow Jones accusant une perte actuellement de l'ordre de - 0,85 %.

La statistique du jour concernant les commandes de biens durables a à nouveau été une déception pour les opérateurs celles-ci n'ayant augmenté que de + 2,5% aux USA en février, contre + 3,5 % attendu.
Hors transports, la publication fait état même d'une baisse de 0,1%, la quatrième en cinq mois et alors que + 1,6 % était attendu.
Hors défense et hors aéronautique, (correspondant bien à l'activité d'investissement des entreprises hors des commandes militaires de l'Etat ou des gros contrats d'aviation qui peuvent souvent gonfler ou infléchir la statistique globale) la baisse est de - 1,2% contre - 7,4% en janvier et + 2,3% attendu.

L'inquiétude domine ainsi ce soir sur les marchés actions en raison d'indicateurs sur la croissance américaine de piètre qualité. L'intervention du Président de la Banque Centrale Américaine devant le Congrès n'aura pas non plus donné d'éléments d'apaisement, celui-ci bien que 'rassurant' a toutefois reconnu que les incertitudes étaient nombreuses.

L'autre élément à retenir du jour concerne la légère hausse de l'inflation en Allemagne à + 2,1 % en mars contre + 1,9 % le mois dernier, chiffre en 1ère estimation de la norme européenne dite 'IPCH' qui permet de réaliser un comparatif  des différents  taux d'inflation en Europe. Mais derrière ce chiffre se cache un impressionant + 10 % de  création monétaire exprimée par la croissance de la masse monétaire M3 (rappel M3) au mois de février contre + 9,8 % en janvier et + 4,5 % comme objectif de la Banque Centrale Européenne (BCE)
La croissance des prêts au secteur privé est d'ailleurs encore supérieure légèrement à + 10 % dans l'Euroland très largement au-dessus de la croissance des richesses produites annuellement par les différents pays. Ceci laisse entrevoir dans les prochains mois un autre tour de vis sur les taux d'intérêts de l'Euro vraisemblablement pour les porter à 4 %.  Ceci est également l'illustration qu'en dépit de l'augmentation des taux depuis des mois, sans mesures de restriction ou de resserrement du crédit, les hausses de taux sont inopérantes au moins jusqu'à un certain point pour ralentir la croissance de la création monétaire celle-ci trouvant des leviers toujours intéressants pour aller se porter sur des rendements élevés par ailleurs (actifs financiers, places internationales, immobilier etc...)

Enfin, notez ce soir la hausse du pétrole qui pèse sur les actions et qui a un effet inflationiste en raison des tensions entre le Royaume-uni et l'Iran au sujet des marins faits prisonniers dans le Golfe persique.

Demain verra la parution du PIB du 4 ème trimestre américain à 14 H30 qui devrait être confirmée à + 2,2 %.

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article