Actualité - Bourse - Finance : Le CAC 40 préserve les 5900

Publié le par Gilles Caye

Le soufflet et la puissance de la rumeur seront un peu retombés sur Société Générale (cf.L'envolée matinale de Société Générale vue par un trader et par un investisseur) après le démenti donné par la Banque après bourse, vendredi dernier. Cependant l'opération entre Barclays et Abn Amro  semble ce soir pouvoir se réaliser, l'alliance ayant été annoncée (Abn Amro recommande l'offre de Barclays même si elle continue à regarder d'autres offres, le marché spéculant par endroit sur une contre offre de Royal Bank of Scotland)

Cette opération qui est sur le point de faire naître un géant bancaire au niveau non seulement européen mais mondial aura empêcher SG a priori de voir son cours se dégonfler trop rapidement, l'action ne perdant ce soir que 3,04 % et se maintient au dessus de 150 € à 151,35 € à la clôture. Pour prendre conscience de l'importance de l'opération de l'anglaise Barclays sur la néerlandaise ABN AMRO qui peut paraître pour les non spécialistes du domaine comme une opération de plus et loin des côtes purement francophones, l'ensemble se situera à la 5 ème place mondiale (par la valeur en bourse) derrières les géants américains Citigroup et Bank of America, la chinoise ICBC récemment introduite et la sino (hong-Kong)-britannique HSBC (Ex-CCF en France pour une grande part) Sur ce critère le suisse UBS par exemple (1er gestionnaire de fortune au monde) n'arrive qu'en 8 ème position.

Unicredito/SG, selon ce critère, entrerait le cas échéant également dans le top 10 mondial entre Barclays/Abn Amro et UBS.

Cela n'est par ailleurs pas du tout anodin dans le secteur des financières et des bancaires surtout en Europe. Quelque soit le futur des opérations et après des achats au coup par coup ou relativement mineurs ou encore ne concerant que des banques ou des filiales dans l'ex-europe de l'est, la spéculation sur les fusions-acquisitions dans le secteur bancaire marque la fin d'une forme de "tabou" sur le sujet, tout les investisseurs sachant que la consolidation du secteur arriverait un jour mais sans en connaître la date précise. Il est possible que les opérations actuelles soit le signal de départ donnant lieu à d'autres opérations (à un horizon de plusieurs mois s'entend). Même si cela ne se réalise pas, il semble qu'il y ait là une progression réelle psychologique sur le sujet dans les esprits des opérateurs sur le continent.

Le CAC 40 termine ainsi en repli limité de - 0,36 % tiré à la baisse par SG et les financières et clôture à 5917,32 points.

Toujours en restant sur les financières, New York consolide légèrement de -0,04 % à l'instant après un nouveau record à 12 983,35 points en séance porté par les bons résultats trimestriels de Citigroup et Bank of america les 2 géants vus ci-avant en hausse de 5 % environ pour l'un et l'autre.

Il y aurait sans doute quelques éléments ici et là à relater sur les bourses mais après la chute de février/mars pour des raisons de dégradation des crédits immobiliers US, il est tout aussi important d'analyser maintenant la course aux rumeurs et aux OPA sur ce secteur clef, l'un et l'autre étant susceptible de faire basculer l'ensemble des marchés dans un sens ou dans un autre. Les rumeurs infondées ou 'dans le vide' ou amenant des actions concrètes sont  une donnée à observer précisément actuellement. Il existe parfois d'ailleurs des rumeurs infondées au départ qui donnent des idées, font bouger les conseils d'administration et les investisseurs avec la mise en branle d'actions ultérieures finalement...
C'est ainsi en raison de cette difficulté d'appréciation que différents articles pour tenter de progresser  dans vos prises de décisions en pareille circonstance ont été réalisés tout au long du week-end.

Les volumes restent élevés à Paris mais largement inférieurs à ceux de vendredi qui avait vu le record historique du 27 février dernier être approché à près de 12 milliards d'euros échangés sur le CAC 40. Graphiquement, les cours sont maintenant au-dessus de la résistance en bleue vue dans
CAC 40 - Revue graphique court, moyen et long terme le 17 avril dernier, les plus hauts de vendredi à 5957 servant de résistance.

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article