Actualité - Bourse - Finance : Le CAC 40 marque un record en clôture dans de faibles volumes

Publié le par Gilles Caye

Le CAC 40  clôture en hausse de + 0,49 % à 5960,04 points exactement dans une séance marquée par l'absence de nombreux opérateurs en raison du 'pont' avec le 1er mai (Tokyo notamment était fermée cette nuit et Paris le sera demain) amenant les volumes sur des niveaux plus faibles et plus vus depuis le 5 avril dernier.

La confiance est  cependant là à Paris qui marque un record de cotation aujourd'hui à la clôture alors que Madrid continue son érosion et sa marche difficile à -0,20 % ne gagnant plus que + 1,61% depuis le début d'année (contre plus de 12 % pour Francfort et + 7,55 % en France)

En l'absence de parution de résultats de sociétés, les bourses ont surtout eu en point de mire les statistiques  macro- économiques aux USA avec :

  • - une hausse des revenus des ménages de +0,7% au mois de mars, comme le mois précédent, malheureusement les dépenses n'ont augmenté que de +0,3% au lieu de +0,5% attendu.
  • - l'indice PCE des prix à la consommation en global a progressé de +0,4 % en mars mais l'inflation hors énergie et alimentation est restée stable contre +0,1% attendu ce qui amène le taux d'inflation 'centrale' (ou 'sous-jacente' ou encore 'de base sans donc les éléments volatils cités ci-avant) à + 2,1 % en rythme annuel contre + 2,4 %, chiffre plutôt rassurant d'autant qu'il s'agit d'un indice très regardé par la Fed pour sa politique de taux d'intérêt..les spéculations reprenant aujourd'hui sur la possibilité d'une baisse de ceux-ci...  
  • - enfin l'indice 'PMI' des directeurs d'achats de la région de Chicago est tombé à  52,9 ( 61,7 en mars) avec une très forte chute du niveau des entrées de commandes.

Pour l'Europe, l'inflation des prix à la consommation en avril est ressorti en hausse de 1,8 % en rythme annuel, contre 1,9 % en mars selon les chiffres d'eurostat. Mais le plus remarquable concerne  le niveau de l'indice du climat des affaires dans l'euroland publié par la Commission européenne qui se situe à un niveau record de 1,61.

Ce climat mitigé assez 'froid' concernant la croissance outre-atlantique mais un peu plus doux pour l'inflation (hors énergie) et ce beau temps en Europe sont ainsi à l'image de l'ensemble des cotations du mois d'avril pour ce qui concerne l'arrière-plan économique. A l'avant-scène,  la qualité des résultats des entreprises et l'engouement des investisseurs porté par un afflux considérable de liquidités et une croissance économique mondiale toujours soutenue auront permis à beaucoup d'indices de combler largement les pertes liées à la purge de février/mars, Paris terminant sur un score mensuel tout à fait remarquable de +5,8 %.

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article