Actualité - Bourse - Finance : Shanghaï ne s'arrête plus. Wall Street et l'Europe calent.

Publié le par Apprendrelabourse.org

Le concert des décisions des banques centrales à travers la planète ces dernières heures sera ressorti grosso modo sur la même note et le même ton sauf pour une. La plupart des places boursières sont en repli accusant  un décrochage en fin de séance..sauf pour une... petit tour d'horizon :

Hier soir, la Banque Centrale Américaine a fait connaître sa décision de maintenir son taux directeur inchangé à 5,25 % n'amenant pas d'élément particulier dans son discours puisqu'elle reste sur ses positions à savoir : confiance dans la progression de la croissance mais vigilance concernant l'inflation qu'elle juge un peu trop élevée. Cet élément très largement anticipé n'a pas provoqué de fluctuations prononcées si ce n'est un chassé-croisé hausse/baisse qui s'orienta ensuite vers la hausse en fin de séance. Avec une inflation supérieure à son 'taux-repère' de 2 %, soit + 3,1 % en mars, les marchés n'ont pas non plus été surpris par la décision de la Banque d'Angleterre d'augmenter ses taux de + 0,25 % pour les porter à 5,50 %. Pour la Banque Centrale Européenne, le statu quo a là aussi été observé, élément également sans surprise, maintenant son taux à 3,75 %. Pour autant le discours passant d'un terme de 'vigilance' à 'grand vigilance' sur l'inflation fait naître l'anticipation nette d'un relèvement courant du mois de juin.

Sans surprise donc, les bourses ont continué à prendre leurs bénéfices ce jour dans une ambiance qui a été alourdie par un déficit commercial américain s'élevant en mars à 63,89 contre 57,89 milliards $ le mois précédent notamment en raison de l'importance de la facture énergétique. Par ailleurs les mauvais chiffres du plus gros distributeur mondial Wal-Mart ont rafraîchi les investisseurs ravivant des craintes sur la faiblesse du pouvoir d'achat des consommateurs en période de pétrole cher. Wal Mart a ainsi fait part d'un niveau de ventes en baisse à nombre de magasins comparables pour le mois d'avril, ceci venant confirmer ses inquiétudes dont nous vous avions fait part précédemment. La baisse s'élève à - 3,5 % contre -1,1% attendu.

Paris qui cotait 6048 à 16H38 a décroché en fin de séance pour finir en baisse de -0,64 % à 6012,76, Francfort a décroché encore plus fortement et accuse une perte de - 0,81 % ce soir, le Dow Jones touchant à 18 h 00 un plus bas sous 13225 et perdant actuellement - 0,88 %.

*** Mais l'information du jour réside dans la position de la Banque Centrale Chinoise (BPC) qui a augmenté les réserves auxquelles les banques commerciales doivent se soumettre de...+ 25 % les passant de 4 % à 5 % et constatant l'inadéquation de ses mesures monétaires pour calmer l'effervescence actuelle alors que la bourse de Shanghaï a doublé depuis fin 2006, passant hier le niveau symbolique des 4000, dans un volume échangé sur les bourses de Shenzen et Shanghaï hier supérieur à tous les volumes échangés sur les autres bourses asiatiques, Japon compris.

En février quelques vélléités de renforcer le niveau des réserves et d'augmentation des taux pour réduire les liquidités et la spéculation avaient provoqué un mini-krach de - 9 %...quelques mois après une augmentation marquée du niveau des réserves bancaires (restreignant l'octroi de crédit) n'a pas eu le moindre effet, les milieux boursiers y étant insensibles.

Ceci donne la mesure de la spéculation actuelle et qualifie la psychologie des marchés actions un peu partout dans le monde. Qu'est-ce qui arrêtera la bourse chinoise ? Le 3 ème édito de ce site y sera consacré. Après les problèmes immobiliers US et l'impossibilité de comptabiliser la création monétaire du dollar, un point sera fait sur la situation chinoise au niveau monétaire, financier et boursier.

Retenez que cette différence de comportement et le fait que rien n'ait bougé est aussi remarquable qu'un mini-krach pour approcher la suite des évênements. Sans doute peu remarquée et peu commentée par les grands médias, ceci met en alerte (à tord ou à raison ?) nombre d'opérateurs proches du sujet. L'absence d'évênement est parfois plus symptomatique d'une évolution qu'un effet marqué. Nous nous pencherons sur la chose plus longuement d'autant que l'Inde a dû semaine dernière et, un peu pour les mêmes raisons que nous expliquerons, réévaluer sa monnaie de + 5 % par rapport au dollar. Pour la Chine, le change étant fixe avec le dollar..les ajustements ont du mal à se faire d'autant que la spéculation boursière par la classe moyenne qui se rue litérallement sur les actions donne au contexte une visibilité encore plus réduite ***

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article