Actualité - Bourse - Finance : l'optimisme est de retour

Publié le par Apprendrelabourse.org

La bourse de Paris aura continué sa 'glisssade' en matinée dans l'attente des statistiques majeures du jour qui concernait l'inflation en Avril aux USA:

L'indice global est ressorti en hausse de + 0,4 % sur un mois et de + 2,6 % ( 2,7 % était attendu) sur un an ce qui porte la hausse sur les 4 premiers mois de l'année à + 4,8 % contre + 2,5 % sur l'ensemble de l'année 2006. En cause, les prix de l'énergie qui ont grimpé de + 25,3 % et de + 6,7 % pour l'alimentation. En conséquence, l'indice dit de base qui ne tient pas compte de ces 2 élements volatils ne progresse que de + 0,2 % en avril en concordance avec les anticipations et ne progresse plus que de + 2,3 % sur un an (contre + 2,4 % attendu). Vous connaissez l'équation maintenant : Le chiffre le plus regardé par la réserve fédérale américaine étant l'indice de base, les opérateurs ont été soulagés à la parution de celui-ci. Certes c'est un chiffre supérieur aux 2 % qui est l'objectif à ne pas dépasser pour la Fed mais qui montre une accalmie et donc l'éloignement potentiel d'une augmentation des taux qui serait préjudiciable à l'activité économique et donc aux actions.

Au quotidien bien sûr, l'inflation des prix du pétrole et de l'alimentation croissant 'rapidement à très rapidement' ces derniers mois reste une donnée incontournable pour les consommateurs américains dont le salaire réel en avril a baissé plus que prévu, soit - 0,5 % (-0,3 % attendu) par rapport à mars et n'affiche plus qu'une progression de + 0,1 % sur un an, le chiffre de mars ayant été révisé de - 0,1 à + 0,1 %. En dollars courants, cela correspond à 583,05 $ contre 583,42 $ en moyenne hebdomadaire pour avril et mars.

Focalisé comme la FEd sur le chiffre de l'inflation dont dépend la politique monétaire en grande partie, cette dernière statistique n'a nullement refroidi les ardeurs et l'optimisme retrouvé des investisseurs tout d'abord en Europe qui reprît le chemin de l'équilibre puis de la hausse avec l'ouverture de Wall Street qui est très en verve ce soir avec un Dow Jones qui affiche une progression de + 0,85 % à 13460,39, soit un nième record historique depuis le début d'année.

L'autre motif de satisfaction aura été la poursuite du rebond de l'activité manufacturière dans la région de New York délivré par l'indice dit 'empire State' qui passe à 8,03 contre 3,80 en avril et 1,85 en mars.

En Europe, le PIB (Produit intérieur brut) aura progressé pour la zone euro de + 0,6 % au 1er trimestre et de + 3,1 % sur un an , supérieur aux + 0,5 % attendu. Ceci apparaît comme une très bonne performance en raison de l'augmentation de la TVA en Allemagne au 1er janvier 2007 (passée de 16 à 19 %) qui laissait craindre un ralentissement. En fait la croissance économique allemande est ressorti en baisse mais toujours à un niveau élevé et supérieur aux attentes à + 0,5 % (+ 0,3 % attendu et + 1 % au 4ème trim 2006) sur le 1er trimestre et de + 3,6 % sur un an contre + 3,9 % à fin 2006.

Pour la France, le PIB s'est élevé a seulement + 0,5 % contre + 0,7 % attendu. Ceci correspond en fait au même rythme de croissance qu'au 4 ème trimestre 2006 mais celui-ci ayant été révisé en baisse de + 0,7 à + 0,5 %, l'impression est plutôt mitigée.

Dans ce festival de publications et en patientant encore quelques heures pour prendre connaissance des très attendues statistiques immobilières avec les mises en chantier et les permis de construire pour avril aux USA demain, il convient de noter que les entrées nettes de capitaux en mars aux USA se sont seulement élevées à 45 Mds $, en net recul par rapport aux 101 et aux 85,5 milliards de février et janvier laissant une 'impasse' face aux déficit de 63,9 Mds $ du même mois. Pour mémoire, les entrées de décembre avaient été limitées à 15 Mds $ seulement pour un déficit près de 4 fois plus élevé.

Le CAC 40 termine en hausse de + 0,39 % à 6049,76 points.

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article