Le Dow Jones passe les 14 000. L'Europe en berne

Publié le par Apprendrelabourse.org

L'information symbolique du jour est le passage en cours de séance du Dow Jones au-delà de la barre des 14 000 points en hausse d'un peu plus de 0,30 %, la première fois dans son histoire avec un plus haut marqué exactement à 14 010,49 points.

Les bons premiers résultats du 2nd trimestre à l'image de ceux de Coca-Cola au-delà des attentes ( 80 cents par action contre 78 l'année dernière, grâce aux pays émergents et au lancement de Coca-cola Zéro en Europe) sont un soutien positif mais cela reste encore relativement timide en dépit du passage du seuil évoqué ci-avant et de la performance de la semaine dernière, les opérateurs attendant d'autres parutions (dans les prochaines heures avec Yahoo! et Intel notamment) ainsi que les éléments de la Banque Centrale qui seront évoqués concernant l'état de l'économie US mercredi et Jeudi devant le Sénat, jour durant lequel une grande part des éléments macro-économiques et des déclarations essentielles de la semaine sont attendues.

Attentisme positif donc à Wall Street avec les premiers résultats bien accueillis et en dépit d'une statistique assez décevante sur la progression des prix à la production en juin qui ont baissé de - 0,2 % en global mais progresse de + 0,3 % concernant l'indice de base (hors énergie et alimentation) au-delà des attentes situées en moyenne à + 0,2 %. Voilà qui calme également les ardeurs à quelques jours de l'intervention de la Fed particulièrement attentive aux indices 'de base' ou de l'inflation dite 'sous-jacente' pour mener sa politique de taux d'intérêt...et qui fait grimper les taux d'autant que la production industrielle en hausse de + 0,5 % le mois dernier toujours aux USA s'accompagne d'une hausse du taux d'utilisation des capacités de production de 81,4 à 81,7 % au-delà de la moyenne long terme sur 30 ans qui s'établit à 81 %.

Bon démarrage des trimestriels... inflation sous-jacente toujours présente ...tension sur les capacités de production...voilà un cocktail du jour amenant peu de perspectives de baisse des taux d'intérêts et d'amélioration des perspectives du secteur immobilier dans sa composante 'financement'.

Pour mémoire, sur un an les prix à la production ressortent en rythme annuel à + 3,3 % et de + 1,8 % pour l'indice de base. Concernant l'alimention le chiffre s'élève à... + 26,6 %.

De l'autre côté de l'Atlantique, mis à part Madrid qui grapille + 0,29 %, l'ensemble des places clôturent dans le rouge Zurich fermant la marche à - 0,87 %, le continent européen ayant été assez touché par le nouveau recul des anticipations des investisseurs mesurées par l'indice allemand ZEW  qui consulte 300 analystes et investisseurs institutionnels (banques, Caisse de retraites, Assurances, fonds d'investissement, etc...)

Attendu à 19 en moyenne, le chiffre est ressorti à 10,4 contre 20,3 en juin. Le situation actuelle en Allemagne baisse à 88,2 contre 88,7 en juin, celle des attentes pour l'Euroland pliant à 7,2 contre 19 en juin et 22,3 en mai. Euro fort, pétrole cher, perspectives de hausse de taux d'intérêts sont évoquées... n'oublions pas non plus que nous sommes là toujours face à des chiffres élevés et que le rétablissement de l'économie germanique n'est pas aussi exempt de failles...que les chiffres du commerce extérieur record et les prévisions budgétaires l'ont laissé supposé très largement ces 3 derniers mois.

Francfort perd - 0,83 %, le CAC 40 lache - 0,43 % à 6099,21 points pour une 3 ème séance d'affilée avec des plus bas de plus en plus bas et des plus hauts de moins en moins hauts.

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article