Apprendre la bourse: construction d'un graphique

Publié le par Apprendrelabourse.org

 

→ Au programme de cette formation au trading : Construction d'un graphique

 

- Comprendre les graphiques

- Les données de base

- Les courbes continues et les bar-charts

- Le choix de l'échelle de temps

- L'échelle logarithmique

 

 

La Leçon numéro 2 aborde la construction d’un graphique. Pour comprendre un graphique boursier, il faut connaître les données de base qu’il représente, les formes de représentation qu’il existe (courbes continues, bâtonnets), comment choisir l’échelle de temps, l’échelle logarithmique, la signification et l’utilisation des données fournies par les volumes et les positions ouvertes, reconnaître les différents types de gap.

 

Il existe trois données de base 

  • Les cours qui représentent l’évolution du prix en fonction du temps. Le premier choix d’un chartiste est la forme de la représentation des cours. Il en existe trois formes : les courbes continues, les bâtonnets ou bar-charts et les chandeliers japonais.

  • Les volumes qui représentent le nombre de titres ou de contrats échangés sur le marché.

  • La position ouverte représente le nombre de contrat effectivement en circulation

 

La façon la plus naturelle de représenter les cours est d’utiliser une ligne ou courbe continue rejoignant tous les cours relevés à un moment de la journée. Il s’agit du cours de clôture car il est considéré comme le prix d’équilibre sur lequel tous les intervenants se sont mis d’accords en fin de journée. Un graphique en courbe continue prend donc la forme d’une ligne progressant avec le temps, en abscisse, suivant les prix cotés à chaque période, en ordonnée.

 

La représentation en bâtonnets, ou bar-charts, est plus élaborée que la précédente. Le bar-charts permet de représenter toute l’information disponible sur les cours sur un simple bâtonnet. Le cours d’ouverture est le trait à gauche du corps du bâtonnet, le cours de clôture se situe à droite. Le plus haut et le plus bas de la séance dont les extrêmes du bâtonnet. Par ailleurs, les bar-charts permettent de voir les gaps ou trous dans les cotations d’une séance à l’autre. Avant toute analyse, il faut définir la perspective d’investissement. Ainsi, si le graphique boursier s’étend sur quelques mois, chaque bar-chart représente une journée de bourse sans qu’il soit difficile de visualiser toutes les fluctuations.

 

L’échelle classique utilisée en ordonnée est arithmétique. A plus long terme, les cours d’un actif, en particulier, une action peut présenter d’importantes variations. Cette échelle représente, avec la même importance, une progression de 4000 à 8000 points et une progression de 8000 à 12 000 points. Or, pour l’investisseur boursier, ces deux variations de prix n’ont pas toutes la même importance. De 4000 à 8000 points, les cours ont doublé alors que de 8000 à 12 000 ils n’ont progressé que de moitié. C’est pourquoi on utilise souvent l’échelle logarithmique pour mesurer à leur juste valeur économique ou financière les variations des cours. Sur cette échelle, le passage de 4000 à 8000 a la même importance que celui de 8000 à 16 000. Toutefois, les intervenants sont davantage influencés psychologiquement par le niveau absolu des cours que par leur niveau relatif.

 

Le volume et la position ouverte apportent des informations essentielles et sont représentés sous les graphiques de cours sous forme d’histogramme. Le volume d’actifs échangés sur un marché traduit naturellement l’intérêt des intervenants et s’interprète sous deux aspects. En premier lieu, le volume doit accompagner la tendance. Les pics de volume confirment la qualité des signaux de rupture de tendance et de sortie d’une figure graphique. La position ouverte s’interprète comme le volume mais présente des particularités car elle représente le nombre de contrats en circulation sur un marché à terme.

 

Un gap ou trou est une zone de cours où aucun échange n’a eu lieu d’un jour sur l’autre. Ces discontinuités sont repérables entre représentation en bâtonnets. Elles peuvent traduire un manque total d’intérêt des intervenants et dans ce cas une absence de liquidité pour l’actif ou, au contraire, une demande importante pour le titre avec des volumes significatifs.

 

→ Leçon N°3 : Apprendre la bourse - Les chandeliers japonais

→ Leçon N°1 : Apprendre la bourse - fondements de l'analyse technique

Publié dans APPRENDRE LA BOURSE

Commenter cet article