Economie : l'Europe retrouve un peu de croissance

Publié le par Apprendrelabourse.org

Après 5 trimestres de contraction du PIB (Produit Intérieur Brut ou richesse créée) la zone euro a réussi à sortir un peu de l'ornière au 3 ème trimestre en affichant une progression de son PIB de 0,4 % sur un trimestre mais sous les attentes à 0,5 %, un chiffre divisé par 2 en ce qui concerne l'Europe des 27.

Pour l'Allemagne et la France, il s'agit de la seconde progression consécutive. 0,8 % étaient attendus Outre-Rhin, 0,7 % sont au rendez-vous.
En France par contre la hausse est très inférieure aux 0,7 % escomptés et en dehors de la progression des exportations à hauteur de 2,3 %, les autres composantes sont encore très ternes.
Les économies grecques, espagnoles et anglaises restent encore sérieusement affectées.

En rythme annuel, la France confirme sa relative résistance avec une baisse du PIB limitée à 2,4 % quand l'ensemble de la zone affiche plus de 4 % de repli en moyenne et le Royaume-Uni plus de 5 %.


        Source : Eurostat

Le comparatif avec les USA présenté ci-dessus, souvent trompeur en raison de la publication de taux annualisés Outre-Atlantique qui grossissent donc les chiffres américains, permet de situer la performance européenne par rapport à son principal concurrent en tenant compte des mêmes bases.


Signe également d'une certaine reprise (indicateur 'retardé' certes car cela concerne septembre), le déficit commercial américain a rechuté de 18,2 % en un seul mois soit sa baisse la plus prononcée en plus d'une décennie à 36,5 milliards $ après 30,8 en août.

L'augmentation de la facture pétrolière avec l'élévation du prix du baril est concernée mais la reprise des importations (de chine notamment) et des exportations est marquée à leur meilleur niveau depuis fin 2008 (pour mémoire : un déficit commercial en baisse est signe de réduction d'activité pour la 1ère économie de la planète avec un effet sur le reste du monde et inversement)


Sur le plan purement boursier, le marché était beaucoup plus dans l'attente de l'indicateur du sentiment du consommateur délivré par l'Université du Michigan dans sa première mouture pour novembre. Attendu à 71 environ après 70,6 malgré le passage du cap d'un taux de chômage à plus de 10 % depuis la dernière enquête, le niveau de confiance est tombé à 66.

           → Que nous dit le graphe ?


Le CAC 40 limite finalement ses pertes à - 0,05 % à la faveur de la reprise en main de la tendance par les acheteurs sur la moyenne mobile à 20 jours et le support déterminant depuis maintenant 2 mois.

La situation est cependant nettement plus délicate que le confort de ce tracé habituel ci-dessus ne le laisse penser à première vue.

Tout d'abord, la tendance à court terme est neutre entre les extrêmes d'hier et d'aujourd'hui; la MM20 qui évolue à l'horizontale en souligne encore l'aspect. Cette zone peut d'ailleurs être élargie en son support jusqu'au gap (zone non cotée entre les séances de vendredi et de lundi dernier) qui recèle la possibilité d'une sortie baissière sous le support sans donc ouvrir d'objectif conséquent et avec le risque associé d'une 'fausse sortie'.

L'analyse graphique ne délivre ainsi à ce stade aucun signal clair en dehors d'opérations à mener à très court terme dans le cadre des extrêmes citées plus haut des dernières séances en s'appuyant par exemple sur des unités de temps très courtes comme revu hier ou
mercredi.

A la hausse l'invalidation de cette consolidation actuelle à partir du sommet en pince à 3 845 points ré-ouvrirait par contre l'objectif de l'ancien gap d'octobre 2008 sur 3 913/3 934.

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article

Milou 15/11/2009 09:15


Bon dimanche.
Il faudra confirmer cette embellie économique après l'arrêt graduel des aides gouvernementales.
Merci Gilles.