Economie: quand l'Irlande fait mieux, beaucoup mieux que l'Allemagne...

Publié le par Apprendrelabourse.org

 

Où classeriez-vous l'Irlande en terme d'activité économique ? A distance respectable de l'Allemagne ?

C'est effectivement le cas mais pas forcément dans l'ordre où on l'attend. Le secteur industriel et manufacturier irlandais est le seul dans la zone euro à évoluer pratiquement depuis le début d'année en zone de croissance. 

Selon l'enquête NCB Republic of Ireland Manufacturing PMI auprès des directeurs d'achat des sociétés appartenant au secteur, l'indice de croissance a progressé en octobre à 52,1 après 51,8 en septembre. Des chiffres qui sont à comparer avec un repli de 47,4 à 46 seulement pour l'Allemagne.

Le ralentissement mondial pèse sur l'Allemagne mais assez peu sur l'Irlande où la composante de l'emploi manufacturier progresse depuis 8 mois consécutif.

 

Apprendre-la-bourse-071112.png

 

Est-ce une performance exceptionnelle ou atypique d'une Irlande structurellement exportatrice ? Cette réponse est tentante mais le secteur des services vient d'enregistrer toujours selon l'indice PMI du secteur sa plus forte progression depuis octobre 2007.

L'indice ressort à 56,1 contre 53,9 en septembre, un chiffre assez solide qui permet à l'indice composite, c'est à dire de l'activité globale, d'atteindre un plus haut de 20 mois à 55,5 traduisant le dynamisme actuel de l'économie irlandaise alors que l'Allemagne rejoint à la baisse, bien que plus résistante, la moyenne européenne et les 3 autres grandes économies de la zone. 

Apprendre-la-bourse-071112bis.png

La comparaison s'arrêtera bien évidemment là car l'Allemagne a trusté pendant 2 ans la première place en terme de croissance parmi les pays du G7 et les autres grandes données économiques n'ont rien de comparable.

L'Irlande attend 8,3% de déficit public/PIB en 2012 alors que l'Allemagne a 2 ans d'avance sur son programme de réduction.

L'Irlande est sous perfusion de la troïka UE-BCE-FMI et revient chancelante sur le marché obligataire pour émettre des obligations à court terme alors que l'Allemagne vient d'émettre cette semaine des obligations à taux négatif, tant les investisseurs prisent sa signature.

Enfin, l'activité dans le secteur de la construction comme nous le montre le dernier graphique n'arrive pas à se relever de ces années effrénées faites d'endettement inconsidéré et d'un trop plein d'habitations qui plomberont pour très longtemps tout autant les finances des ménages que celles des banques ou de l'Etat.

Apprendre-la-bourse-071112ter.png

 

* Néanmoins, cette évolution irlandaise, encore très fragile et très ciblée en apparence, n'en est pas moins représentative d'un certain nombre d'ajustements qui se font en Europe et qui sont assez largement passés sous silence.

Passés sous silence comme l'était tout début octobre 2008, la garantie de l'état apporté au système financier à la manière de ce qu'avait réalisé avec succès la Suède 16 ans plus tôt. L'Irlande était précurseur.


. Quel intérêt de sortir de l'euro dans le cas présent pour l'Irlande ? Là aussi, les raisonnements en ligne droite et les solutions miracles 'de la dévaluation comme seule solution possible' par exemple sont mis à mal. Il suffit d'importer parfois moins pour rétablir sa balance commerciale, ce que vivent les pays du sud de l'Europe, un rééquilibrage et des ajustement lents assez peu évoqués derrière la récession qui les touche. Le cas irlandais fait peu d'échos sur la question pourtant globale du commerce extérieur et de la compétitivité.

. Malgré sa mise sous surveillance européenne et internationale, l'Irlande vient de revoir à la hausse ses prévisions de croissance pour 2012 de 0,7% à 0,9 % (mais a revu à la baisse de 2,2 à 1,5% en 2013 et de 3 à 2,5% en 2014), sans grands effets médiatiques.

. Peu enviable dans l'absolu car fixée actuellement à "BBB+", Fitch rating vient de revoir à la hausse ce 14 novembre la perspective du pays sur sa note souveraine qui passe de 'négative" à "stable", dans l'indifférence quasi générale.


Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article