Finance - Le mal glisse de la Grèce à l'Angleterre

Publié le par Apprendrelabourse.org

fotolia-actualit---675198-copie-1.jpgCette première séance de la semaine s'est réalisée à la suite d'un week-end très disputé concernant "la question grecque" entre information du Wall Street Journal sur de possibles aides groupées de la France et de l'Allemagne, confirmées par la Ministre des Finances française comme étant "à l'étude" mais démenties fermement par Angela Merkel lors de son interview dimanche sur la télévision ARD.

Le Commissaire Européen Rehn aux affaires économiques et monétaires a maintenu la pression pour obtenir de nouvelles mesures devant permettre à la Grèce de réduire de 4 % son déficit budgétaire sur 2010 conformément au plan à remettre d'ici le 16 mars prochain.

Entre mille et une spéculations
quel est le verdict du marché ?

Les taux grecs refluent (ci-dessous)

010310bisSource : Bloomberg

Concernant le marché des CDS (assurance contre les défauts de paiements), les primes se sont réduites légèrement sur l'ensemble de la zone euro, Grèce comprise.

010310ter.png

Source : CMA

Le CAC 40 s'est dès l'ouverture porté à la hausse formant un nouveau gap entre 3 710,31 et 3 724,84 points et une prise d'appui sur l'important seuil à court terme aux environs de 3 737 (blanc)

L'îlot de retournement contrairement au précédent a vu sa portée limitée à un simple pull-back contre l'ancien support du canal ascendant (vert foncé) L'essentiel maintenant à très court terme réside dans une configuration en triangle (bleu) dont les cours tentent de s'extirper une nouvelle fois à la hausse mais sans réel champ de perspective à plus long terme pour l'heure.

010310.png


A contre-courant, l'Angleterre est la seule nation a voir ses primes de CDS augmenter très légèrement sur la séance, le principal touché étant le marché des changes avec la Livre Sterling (ci-dessous) qui décale à la baisse et repasse le cap des 0,90 contre euro sur fond de doutes sur les finances publiques et la gestion fiscale de manière générale alors que la bourse de Londres réalise le plus faible score en Europe (+ 0,96 % contre plus du double pour Francfort)

sc-copie-4.png
Semaine placée sous le signe d'importantes publications macro-économiques, cette première séance aura fait passer un peu au second plan les annonces au programme du jour comme l'indice d'activité du secteur manufacturier dont la croissance se poursuit mais à un rythme moindre aux USA (56,5 en février contre 58,4 en janvier) En zone euro, l'indice PMI de ce secteur traduit à l'inverse une accélération de la croissance du secteur en février avec un indice total s'affichant à 54,2 après 52,4 le mois précédent (Espagne toujours en zone de contraction malgré un gain en 1 mois de 3,8 points à 49,1, soit le 22 ème mois consécutif sous la ligne de flottaison. Grèce : rechute de 2,6 points à 44,2)

napm-copie-1.gif

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article

Lelievremilou 02/03/2010 00:12


Bonjour Gilles
Content de vous revoir.
Sans doute que les indicateurs macro n'ont rien à voir dans les mouvements des indices boursiers. JohnLee a fait un remarquable travail :

http://www.pro-at.com/analyse-bourse/technique-CAC-Vs-FCE-Changement-de-PARADIGME-2-9694.html