Introduction aux indicateurs de marché: profondeur et force interne avec la ligne d'advance/decline

Publié le par Gilles Caye

apprendrelabourse.org - Copyright - Cet article est l'introduction à l'ensemble d'une série d'articles pédagogiques et de formation à la bourse concernant les indicateurs de marché.

Sur quoi sont-ils bâtis ? Comment sont-ils calculés ? Quels sont ceux qui fonctionnent le mieux et dans quelles circonstances ? Quelles en sont les limites ? Comment puis-je les utiliser pour investir en bourse ?

Voilà les questions auxquelles nous répondrons et les éléments que nous allons découvrir ensemble tout au long de ces prochaines semaines dans cette série.

 

-> Qu'est qu'un indicateur de marché ?

Les indicateurs de marché sont des indicateurs larges utilisés par les traders, et de manière générale par les professionnels de la finance, pour évaluer et qualifier au mieux l'évolution des grands indices boursiers et tenter d'en déterminer de manière prospective leur évolution future.

. Ils visent essentiellement à évaluer la profondeur et la force interne du marché boursier.

. Pour y parvenir de manière générale, on utilise communément et principalement différents calculs pour évaluer et mesurer l'évolution des valeurs entre elles, comme par exemple l'analyse des différences entre le nombre de valeurs qui réalisent de nouveaux plus hauts et le nombre de celles qui font de nouveaux plus bas.

Commençons par le plus courant et le plus simple d'entre eux qui fait le calcul de la différence entre le nombre de valeurs qui ont progressé et le nombre de celles qui ont baissé au cours d'une séance à la bourse.

 

Voici ci-dessous, le calcul réalisé par exemple pour le CAC40, puis pour toutes les actions à la bourse de Paris donnant le nombre et le pourcentage de valeurs à la haussse, les mêmes données pour celles à la baisse et celles inchangées.

    Apprendre-la-bourse-03112.png

 

Intéressant en soi, cette première approche a 2 limites: il s'agit d'une photo à un instant 't' et, d'autre part, en considérant le ratio advance/decline, c'est à dire le rapport entre le nombre de valeurs à la hausse et à la baisse, le résultat est très différent selon que l'on considère le CAC40 ou bien la totalité des valeurs cotées à la bourse de Paris. Le ratio est de 2,17 pour le CAC40 et seulement de 1,24 pour toutes les actions. Lequel choisir dans son suivi personnel ?

Il va donc falloir, dans une 2ème étape, lire ces résultats journaliers pour les exploiter, puis définir une base d'analyse suffisamment large pour être représentative de l'évolution du marché boursier dans son ensemble, et non pas seulement d'un marché national, régional ou sujets à des particularismes divers et variés qui risquent de mener à de mauvaises conclusions.

 

La reprise de l'évolution de ce différentiel entre le nombre de baisses et de hausses sur une échelle de temps et l'utilisation du premier marché coté, le NYSE (New York Stock Exchange), permettent de répondre à ce double problème.

On découvre ainsi, ci-dessous, le nombre de valeurs à la baisse et à la hausse avec leurs évolutions concernant le Nyse Composite, un indice boursier très large qui comprend 2 à 3000 sociétés cotées américaines et étrangères. A la clôture du 2 novembre 2012, le solde net était de négatif de 1193 valeurs.

 

Apprendre-la-bourse-031112bis.png

 

La lecture de l'évolution est enfin possible et on dispose avec cet outil d'une base d'analyse sur une capitalisation très large, donc fortement représentative du marché boursier dans son ensemble.

-> Pour autant, pour être parfaitement lisible et rendre totalement opérationnel cet indicateur, la ligne d'advance/decline propose de ne reprendre que le solde net sur une période donnée entre hausses ('advances') et baisses ('declines').

Le plus souvent, cela est réalisé à l'issue d'une séance de bourse. On cumule chaque résultat journalier au fil du temps de manière à obtenir une courbe à partir des différences obtenues en fin de séance, d'où l'appellation de ligne d'advance/decline, 'ligne d'avancées et déclins' ou 'advance/decline line' en anglais, souvent reproduite sous la contraction suivante:  A/D line ou encore AD Line.

On additionne journellement chaque hausse et on retranche chaque baisse produite par ce solde net, les unes à la suite des autres. L'A/D line est le résultat cumulé du nombre de hausses et de baisses sur une période donnée. Par exemple, dans le tout dernier calcul sur une durée de 3 mois, on retranche au solde cumulé de 11570, le chiffre 1193 qui correspond au solde net négatif apparu à la fin de séance de ce vendredi 2 novembre 2012 à la bourse de New york.


apprendre-la-bouse-031112quad.png

Que ce soit sur 3 ou 1 mois comme le montrent les 2 exemples ci-dessus, le calcul est le même mais le résultat varie suivant la période retenue pour l'analyse. L'A/D line est à 10377 sur 3 mois mais à 58 seulement sur 1 mois, car la durée n'étant pas la même, le cumul n'est pas le même non plus.

* Première conséquence donc, totalement liée au mode de calcul de cet indicateur, sa valeur dans l'absolu n'a absolument aucune importance.

Cet indicateur, en tant qu'outil technique d'analyse des marchés boursiers, s'utilise à partir de son évolution (négative ou positive) et selon son profil, c'est à dire la forme ou la structure que va prendre la courbe de l'A/D line.


Le prochain article traitera de son utilisation plus en détail, mais il est possible de voir dès maintenant, ci-dessous, en confrontant la ligne d'advance/decline du Nyse par exemple à l'indice S&P500 qu'il permet de déceler tout autant les creux et les sommets majeurs que les creux et les sommets intermédiaires ou mineurs de l'indice américain, et potentiellement donc du marché boursier dans son ensemble.


Apprendre-la-bourse-031112ter.png

 

En conclusion, que nous indique en fait l'A/D line ?

En évaluant le rapport entre le nombre de baisses et de hausses, cet indicateur de marché permet de savoir si un mouvement de marché, haussier ou baissier, est fortement ou au contraire faiblement suivi, et cela de manière très précise, par une mesure large, stable et exacte dans le temps.

C'est pour cela que l'on parle de force interne de marché. Le terme anglais utilisé en la matière est "breadth". L'A/D line est un 'breadth indicator'.

Littéralement donc, un indicateur de 'largeur', 'd'amplitude' ou encore 'd'étendue', pour la largeur ou le nombre de valeurs qui participent au mouvement, ce qui se traduit aussi plus facilement pour notre domaine boursier en français par 'profondeur'.


** Si votre question est "Sommes nous face à un mouvement haussier ou baissier profond, bien suivi et en un mot 'fort' ?", La ligne d'advance/decline permettra le plus souvent de vous apporter quelques éléments de réponse précieux pour vos investissements en bourse.


Pour une parfaite compréhension, cette série d'articles ne traitera donc pas d'indicateurs techniques comme par exemple le RSI (Relative Strength Index), un indicateur de force relative qui peut être utilisé sous un indice comme le Dow Jones et le S&P500, pour en déceler les zones de sur-achat ou les zones de sur-ventes, c'est à dire les zones de tensions.

Pour les plus aguerris, le RSI permet certes d'évaluer la force sous-jacente d'un indice donné mais il ne tient compte, dans son calcul, que des variations des cours de l'indice étudié et absolument pas de ce qui le compose, c'est à dire des valeurs, les sociétés cotées.

Parmi les indicateurs techniques, le RSI est un oscillateur (un oscillateur de momentum) et non pas un indicateur de profondeur ou de force interne de marché comme présenté ici. A ne pas confondre.


. Indicateurs de marchés : apprendre à utiliser la ligne d'advance / decline

Publié dans APPRENDRE LA BOURSE

Commenter cet article