La Banque Populaire de Chine rompt la trêve des confiseurs

Publié le par Apprendrelabourse.org

La Banque Populaire de Chine, c'est à dire la banque centrale chinoise, a relevé ses taux d'intérêts de 0,25 % pour la seconde fois depuis le 19 octobre. Ce geste complémentaire en tant que tel était attendu tôt ou tard pour faire face à la flambée des prix immobiliers et réduire les possibilités d'emprunt mais aussi compte tenu d'un rythme d'inflation des prix à la consommation qui a atteint le mois dernier 5,1 % en base annuelle, au plus haut depuis l'été 2008.

taux-d-interet-Banque-Populaire-de-Chine.png

Sur la forme, une telle annonce au lendemain de Noël apparaît par contre plus surprenante. Les valeurs automobiles allemandes accusent le plus fort recul (BMW – 6,39 % et Daimler – 4,62 %) de cette journée de reprise où le rouge s'affiche partout en Europe (Madrid cède 2,06%et Francfort 1,23 %)

 

Concernant le CAC 40, l'affaiblissement haussier progressif évoqué le 21 décembre suite à la formation d'un nouveau biseau ascendant s'est donc une nouvelle fois matérialisé (Cf. CAC 40 : à peine relancé et déjà presque essoufflé ? ) mais la rupture du support à 3 900 points vient également un peu chambouler l'ensemble de la configuration à très court terme.

 

bourse-CAC-40-271210.png

 

En données quotidiennes, le recul de 0,98 % à la clôture et une reprise d'appui sur 3835 au plus bas en séance apparaissent comme une simple reprise de souffle sur les moyennes mobiles à 20 et 50 jours après le beau parcours réalisé en décembre. En intraday ci-dessus, on surveillera cependant une configuration en biseau d'élargissement (rouge) en cours de développement et qui doit alerter sur le risque potentiel de dérive baissière tant que les cours évoluent en son sein et a fortiori sous les plus bas du jour (blanc)

 

Sur un plan large le sentiment de confiance record au plus haut depuis 3 ans qui régnait sur les marchés actions américains vient de se dégrader (Cf. La peur est elle entrain de disparaître des marchés actions américains ? ) Le S&P500 est resté peu affecté par la décision chinoise et termine à l'équilibre mais l'indice VIX, l'indice de la peur, met un terme à la séquence d'amélioration du sentiment de marché débutée en tout début de mois.

VIX-271210.png

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article

Lelievremilou 28/12/2010 11:45



En ce qui concerne le "ressenti" c'est à 100%, en ce qui me concerne. Je n'ai pas acheté de véhicule neuf depuis 1973. Je ne renouvelle mes vètements qu'à "la demande". L'alimentaire n'est donc
que ma seule base de comparaison (hormis qques achats d'outils, où matériaux divers, et les dépenses énergétiques). Si..., et, j'oubliais les assurances, et, en particulier ma mutuelle santé.


Compte tenu du fait que mon salaire de retraite ne suit même pas le % "d'inflation" annoncé par le gouvernement je considère que je subis une inflation.


Je pense qu'une personne touchant le RSA, et, même sans faire abstraction des diverses allocations de l'état, doit ressentir encore mieux que moi l'effet de cette inflation qui ne dit pas son
nom. Cette personne doit se désinteresser, je pense, de l'évolution de M3.


Bien cordialement.


 



Lelievremilou 28/12/2010 00:02



rien à voir avec l'analyse, mais ces chiffres me laissent à penser que qque part les chiffres officiels de l'inflation sont faux (volontairement, bien sûr)  :


 


 http://fortune.fdesouche.com/29242-franc-euro-enquete-sur-la-hausse-des-prix



Apprendrelabourse.org 28/12/2010 10:59



 


Attention aux raccourcis ! Se baser sur les prix alimentaires est l'un des meilleurs moyens de confondre taux d'inflation des prix alimentaires et taux d'inflation des prix à la
consommation. Par exemple :


 


- L'alimentaire ne pèse que 15 à 18 % dans un budget moyen pour un occidental. En considérant même un doublement de l'ensemble des prix alimentaires sur 10 ans, cela revient à + 15 % dans un
budget général sur la décennie, soit + 1 à + 2 % annualisés.


 


- l'alimentaire peut représenter moins de 10 % du budget pour des ménages aux revenus importants alors qu'il approchera 30 % voire la moitié pour des familles modestes ou très modestes. Le
taux d'inflation par tranches de revenus d'une population donnée est donc à ce sujet extrêmement variable.


 


- l'alimentaire gonfle effectivement l'inflation 'ressentie' car ce sont des achats courants auxquels nous sommes confrontés très régulièrement. Si vous obtenez un rabais + une prime à la casse +
une prime commerciale exceptionnelle sur l'achat d'un véhicule comme cela a été le cas ces dernier mois avec des prix qui peuvent tomber à 30 ou 40 % du prix catalogue du véhicule, l'impact sera
plus conséquent mais vous ne le ressentirez que très rarement. Un achat de véhicule neuf se fait tous les 2, 3, 4 ans.


Avec des remises de 2 000, 3000 € etc, vous pourrez remplir plus d'un caddie mais bien sûr dans ce cas là tout le monde se garde bien de parler de taux d'inflation et préfère montrer à quel point
il a fait une bonne affaire ...   (invonlontairement bien sûr  )



Lelievremilou 27/12/2010 23:27



Merci Gilles.


Les US ont balancé pour finir en ordre dispersé (selon la terminologie  !) AIG termine en forte hausse +9.3% car elle a reussi à se refinancer sur le marché, ce qui aurait pû paraître
improbable. Mais tout s'est fait dans des volumes anémiques (c'est vrai qu'ils sont sous la neige à N.Y, et, qu'ils vont à W.S en voiture !!)


Bonne fin d'année