La production mondiale tire les matières premières à la hausse

Publié le par Apprendrelabourse.org

Les matières premières progressent depuis 2 ans essentiellement grâce à la vigueur des matières premières non-énergétiques. L'indice CRB des matières premières qui sur-pondère le pétrole et l'ensemble des hydrocarbures (39% de la pondération) évolue ainsi de manière constante depuis début 2009 sous l'indice CRB-CCI qui pondère à l'inverse de manière équivalente l'ensemble des matières premières, des métaux industriels au gaz naturel en passant par le jus d'orange, dans lequel le poste énergétique tombe à 21,4 % seulement en terme d'importance.

CRB-CCI.png

Le premier reste sous ses records de 2008 alors que le second les a déjà dépassé au 4ème trimestre 2010. Avec une analyse plus fine, en considérant l'indice CRB hors composante énergétique, c'est à dire l'indice CRB-non energy, le différentiel est encore plus grand, ce dernier volant de record en record.

 → Les matières premières non-énergétiques (en rouge ci-dessous) suivent le cycle économique en fonction de la demande de matières nécessaires à la production industrielle mondiale (en bleu)

production-mondiale-et-CRB-non-energy.png

La crise financière et la récession ont laissé des situations très disparates entre les pays, certains ayant retrouvé leur niveau de production antérieur à la crise alors que d'autres tentent encore de renouer avec la situation qui prévalait en 2007. L'index de production industrielle culminait à 100 lors de l'entrée en récession aux USA mais malgré la bonne orientation, il ne se situe qu'à seulement 93,02 en février 2011 (encadré en bleu ci-dessus)

L'essentiel de la demande provient des pays émergents, pays qui permettent à la production mondiale totale de dépasser ses anciens plus hauts et dont la dernière accélération confirme 'en dur' les indicateurs avancés du secteur manufacturier qui sont présentés chaque début de mois.

 

Impact sur les prix :

« La hausse des matières premières non énergétiques est une excellente potion anti-déflation dans le contexte actuel qui va guider pour une bonne part, en ce qui concerne les éléments volatils, les indices d'inflation totale de ces prochains mois »

Cette conclusion lors de note dernier point au milieu de l'automne 2010 se traduit donc aujourd'hui par l'élévation des taux d'inflation, sujet désormais arrivé à maturité dans l'actualité quotidienne, et qui se transmet à la base via la hausse des prix à la production qui respectent logiquement le différentiel décrit plus haut. Pour autant, comme noté à l'époque, les prix à la production de l'Euroland (en rouge ci-dessous) se rétablissent à peine. En Allemagne, leur indice atteignait 114,2 en février toujours sous les 115 et plus observés entre juillet et octobre 2008.

Prix-a-la-production-en-zone-euro.png

Et maintenant ?

La pression à la hausse des matières premières non-énergétiques converties en euros laisse présager une poursuite du mouvement à la hausse sur les prix à la production mais avec une amplitude beaucoup plus mesurée d'autant qu'un palier devrait apparaître durant l'été suite à la stagnation des prix des matières au 1er trimestre 2011, le temps que la transmission opère. Quant au pétrole il reste bien sûr un joker très instable à l'heure actuelle.

CRB-euros-CRB-non-energy-euros.png

En terme d'orientation de la production industrielle mondiale, les chiffres publiés hier pour les indicateurs avancés du secteur manufacturier sur le plan mondial montre que le rythme de progression le plus rapide a été enregistré entre décembre et février. L'activité industrielle mondiale se situe pour le 21ème mois consécutif en zone d'expansion mais cette expansion tout en restant solide décélère. La très forte pente ascendante de la production industrielle mondiale est entrain de s'assouplir.

Au cœur de l'Europe, en Allemagne, l'industrie aligne pour le 12ème mois consécutif suivant l'institut IFO une croissance supérieure à celle qui prévalait avant crise tout en maintenant un niveau inédit d'anticipations pour les 6 mois à venir. Cette situation de boom est donc tout à fait favorable mais le potentiel est susceptible de se restreindre dans un cycle qui semble arriver à maturité.

IFO-mars-2011.png

Publié dans INVESTIR EN BOURSE

Commenter cet article

Lelievremilou 05/04/2011 08:52



Bonjour.


Merci pour cette analyse.