Le marché retrouve un peu de sérénité

Publié le par Apprendrelabourse.org

fotolia-actualit---675198-copie-1.jpgLes marchés actions se sont offerts une séance 'de soulagement' malgré la sensation de rechute vécue à mi-journée. Les nouvelles mesures en Espagne et le statu quo de la BCE calment temporairement le jeu croissant des spéculations intempestives sur la dette des États dans un marché qui retrouve peu à peu ses repères habituels avec des publications américaines encourageantes.

 

 Des mesures espagnoles tangibles

 

L'annulation en ce milieu de semaine du voyage du Premier ministre espagnol Zapatero en Argentine en raison de la flambée des taux espagnols a été suivie de l'annonce de décisions concrètes et plus facilement chiffrables que les réductions et plans habituels égrenés un peu partout qui sont en partie fonction d'hypothèses de taux de croissance et d'inflation qui laissent toujours présentes une incertitude sur le niveau réel des rentrées fiscales futures.

Les nouvelles mesures touchent directement ce volet le plus important et le plus aléatoire, c'est à dire celui des recettes avec un impact direct sur les besoins de financement du pays dans les prochains mois et le montant total à emprunter via l'émission d'obligations précisé ce jour.

En procédant dans les prochains mois à la privatisation partielle de la loterie nationale et des aéroports du pays, le produit de ces cessions permettra de réduire d'environ un tiers les besoins de financement du pays tout au long de 2011 évalués jusqu'ici à 45-50 milliards d'euros. Au total comparées aux 70-80 milliards émis en 2010 (tableau ci-dessous) les émissions espagnoles l'an prochain pourraient chuter à un peu plus de 30 milliards d'euros.

financement-espagne.png

45 % de la dette espagnole cotée sur les marchés est détenue par les non-résidents (contre 80-90 % pour l'Irlande) La France et les français en étaient les premiers détenteurs étrangers à fin septembre.

detenteurs-non-residentes-de-la-dette-espagnole.png

Si la mesure ne résout pas les problèmes de fond et reste par nature à usage unique dans un contexte de mauvais indicateurs avancés publiés hier en terme d'activité industrielle, la sollicitation des marchés par l'Espagne subit donc fondamentalement, au moins en terme de trésorerie, une détente assez nette à court terme.

En terme décisionnel, les taux longs espagnols reviennent à 5,05 % et l'IBEX 35 à 9947 points. En synthèse, voilà un peu de répit mais la situation est toujours précaire → Finance – L'Espagne dans le viseur des marchés

 

Statu Quo de la Banque Centrale Européenne

 

Le maintien des taux à 1 % de la BCE et l'absence de mesures particulières pour répondre à la crise actuelle ont également fait retomber l'un des sujets de spéculations les plus vifs de ces derniers jours, une frange du marché pariant sur des mesures extraordinaires de la part de la banque centrale.

La BCE maintient en fait l'ensemble de ces mesures non-conventionnelles déjà annoncées et ne procède qu'à la simple prorogation d'un trimestre pour l'instant de la mesure spéciale destinée au refinancement des banques à 3 mois qui devait initialement être stoppée fin 2010 / début 2011.

 

Surprenant rebond des promesses de ventes immobilières aux USA

 

Signe que le marché se reconfigure après cette phase de stress et retrouve ses bases habituelles, la sensibilité aux publications économiques s'est à nouveau accrue d'un cran avec la publication des demandes d'inscription au chômage la semaine passée en hausse de 26 000 qui a jeté un froid mais surtout la hausse de 10,4 % des promesses de ventes de maisons pour le mois octobre après une baisse de 1,8 % et un consensus des économistes qui attendait une stabilité. La progression atteint 18 % par rapport au point bas de juin.

 

Le CAC 40 reprend 2,12 % à 3747,04 points dans une configuration toujours dominée par l'ilot de retournement formée le 23 novembre et un gap entre 3803,86 et 3812,48 dont les acheteurs vont devoir aller chercher l'invalidation pour pouvoir véritablement reprendre la tendance en main.

Bourse-de-Paris-CAC-21210.png

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article

Milou 03/12/2010 08:49



Merci Gilles.


Les achats de logements vont reprendre au vu des prix plus abordables. Mais qui les achètera compte tenu du taux de chômage ??