Marchés financiers : des craintes à la peur

Publié le par Apprendrelabourse.org

A mi-parcours de ce mois de juin, l'indicateur d'activité manufacturière de la région de New York - 'Empire state' – confirme la décélération en cours de l'activité économique avec une chute en zone négative à – 7,8 après 11,88 au mois de mai, un chiffre qui ressort très largement sous les attentes puisque ces dernières se situaient en moyenne à 14 et même nettement sous la fourchette des anticipations (3,8 à 18,1)

Empire-state-juin-2011.png

Cette situation renoue globalement avec celle de novembre 2010 mais les différentes anticipations à 6 mois du secteur apparaissent en fait bien plus mal positionnées. Parmi celles-ci, les conditions générales d'exploitation dégringolent de 52,69 à 22,45 quand la composante des nouvelles commandes (new orders – 2ème courbe ci-dessous) chutent de plus de 30 points à 15,31. Enfin, les perspectives de livraisons des entreprises s'écroulent de la même manière à 17,35 contre 41,94 en mai.

detail-empire-state-juin-11.png

Si cette publication fait figure de piqûre de rappel sur le plan de la conjoncture avec un dossier grec de plus en plus tendu, l'information centrale de ce milieu de semaine réside avant tout dans l'évolution du sentiment de marché (3ème graphique)

De début janvier à la mi-avril, l'indice VIX évoluait de concert dans une relation inverse avec les taux. Lorsque les opérateurs se couvrent faisant grimper l'indice de la peur (VIX) un mouvement comparable est observé sur les obligations, marché où ils vont chercher refuge faisant baisser les taux d'intérêt, avec en point d'orgue de cette corrélation des plus classiques le tsunami japonais.

Orientés à la baisse depuis 8 semaines, les taux d'intérêts américains réagissent au ralentissement en cours, à la baisse des anticipations d'inflation sous le coup de la modération récente des prix des matières premières et globalement en parallèle avec la défiance diffuse et rampante qui a cours depuis lors. Malgré la baisse du S&P500, les opérateurs actions se sont montrés moins gagnés par le stress, les sommets du VIX étant inviolés depuis le 23 mai.

Cette donne vient de changer. Le VIX s'envole de près de 16 % sur des plus hauts de 3 mois. En filigrane, les taux connaissent leur plus forte détente depuis le 1er janvier. La peur est là désormais, assez profonde.

VIX-TNX.png

 

→ Conséquences ? (Voir dernier graphique)

Si les supports et résistances évoqués tout au long de la semaine dernière restent valides tant sur le S&P 500 (Les acheteurs ont perdu pied une nouvelle fois sous 1287 points avec une baisse de 1,74 %) ou sur le CAC 40, qui est retombé une nouvelle fois au point près au plus bas sur le gap du 18 mars après le rebond technique de début de semaine contre l'ancien support ascendant, la configuration du VIX appelle désormais un mouvement qui peut être assez tranché :

- soit sous forme de capitulation des vendeurs avec un dernier petit pic de stress éventuel (repli du VIX sous 22/23), à confirmer par une augmentation des volumes demain en séance (C'est dans la panique et l'euphorie que les retournements interviennent très souvent comme fin avril après la mini-panique acheteuse)

- soit via un nouvel accès de peur au-delà de 24 qui a le potentiel d'envoyer les cours beaucoup plus bas.

Sous le gap (3801-3796) et avant les plus bas de mars aux alentours de 3 700 points, le support le plus consistant pour le CAC 40 comme évoqué vendredi se situe aux alentours de 3775 points, un seuil pleinement confirmé ce jour hors séance par le CAC 40 lors de la seconde partie de séance à Wall Street et par les futures (CAC index Futures FCE)

L'ouverture d'un gap baissier en matinée demain est donc une nouvelle fois à envisager dans un contexte où la part d'irrationnel prend le pas sur le reste (Un flash en cours de séance demain sera éventuellement publié en cas de nouveaux signaux significatifs)

bourse-CAC-150611.png

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article

Milou 16/06/2011 14:39



oui, ce sont des chiffres que j'ai vu également, hier, sur un site d'info générales.



Milou 16/06/2011 08:42



Bonjour Gilles.


Effectivement les investisseurs gagnés par la peur, au vu des piètres indicateurs US "ramassent leurs billes" ! Mais sont ils si nombreux que ça (je parle des petits porteurs) ? La semaine n'est
pas finie, et, les  indicateurs macro vont sans doute confirmer cette peur.


Bonne journée.



Apprendrelabourse.org 16/06/2011 09:21



 


Gap baissier + ouverture sur 3775 points mais résistance


 


Le décompte annuel des actionnaires individuels n'est plus officiel depuis 4 ans en France. On procède par sondage trimestriel. Le dernier fait apparaître 4,2 millions d'actionnaires à fin
mars contre 5,2 millions au 31.12.2010 en France (sur la base d'un sondage d'un panel de 12 000 personnes agées de plus de 15 ans) ça reste un sondage mais a priori donc les rangs se
dégarnissent...