Où sont les refuges sur les marchés financiers européens ?

Publié le par Apprendrelabourse.org

Les bourses européennes ont connu une nouvelle séance de baisse influencée par les mêmes facteurs à l'oeuvre depuis plusieurs séances parmi lesquels on retrouve la progression du spread entre les taux grecs et allemands à 10 ans à plus de 7 %, une nouvelle tension des taux espagnols à 10 ans à plus de 4,20 % (la bourse de Madrid plie encore de 2,27 % ce soir), un décrochage de l'euro sur 1,28 $ et une clôture du CAC 40 à 3 points de l'objectif baissier évoqué à 3 633, le tout sur fond de mise sous surveillance de la note du Portugal par l'agence de notation Moody's qui est susceptible de dégrader la note d'un ou 2 crans au cours du trimestre à venir.

CAC-40-5-mai-2010.png

Les aspects graphiques et fondamentaux à la tonalité négative ont tenu une place importante dans les précédents articles. Voyons aujourd'hui plus précisément vers quoi se dirigent les investisseurs et en quelque sorte où se situent les "refuges" du moment.

 

Face à des craintes en terme de crédit, le marché n'échappe pas à une fuite vers la qualité, son réflexe de base en pareil cas. Il arbitre ainsi les signatures les plus délicates en faveur des meilleures signatures obligataires. Les obligations gouvernementales européennes qui bénéficient de la note maximale AAA ont ainsi connu une croissance qui s'est pratiquement muée en rush depuis le 27 avril dernier. Euromts-AAA-government-bonds.png

Nous ré-insistons à nouveau sur ce point : le paysage obligataire européen est en cours de remodelage et poursuit ici son mouvement décrit sur le site depuis l'automne dernier où se structurent de manière très marquée différents groupes de pays appartenant à la zone euro avec des divergences de taux en plein paroxysme depuis quelques jours .

A ce titre le spread entre les taux grecs et allemands est la mesure clef actuelle qui reproduit bien non seulement le surcoût en terme d'intérêts à payer pour l'Etat grec par rapport à l'Etat allemand mais la nature des tensions à chaque bout de la chaîne où non seulement les taux grecs grimpent d'un côté mais où les taux allemands baissent de l'autre avec un nouveau record à 2,867 % ce jour.

Sans le risque de contagion lié à l'interdépendance bancaire et obligataire européenne, la Grèce ne tirerait que d'un côté de l'élastique sans que les taux allemands ne viennent en plus tirer de l'autre en tant que refuge. Un spread (différentiel de taux d'intérêt) qui subit une pression que d'un côté annonce un problème sur le pays concerné, lorsque la pression devient importante sur les 2, cela dénote un problème pour la zone.

*** Ce report du marché ne signifie pas que ces signatures AAA sont en béton armé mais simplement qu'elles sont meilleures que les autres ou vues comme telles. Les spreads décrivent la hiérarchie des risques et rien d'autre ce, à partir d'un jugement comparatif ou relatif du marché à un instant 't'. Attention, jugement dans l'absolu isolé sur un seul pays et analyse des risques souverains ne font pas bon ménage. Nous y reviendrons.

 

Parallèlement, ces obligations d'état bénéficient bien sûr comme lors de la crise de 2008 et 2009 des apports de fonds en provenance des marchés actions, principe revu lors de la précédente purge de cette hiver, ou encore depuis que le Dow Jones a basculé à la baisse permettant aux obligations à 10 ans US de reprendre de la hauteur, les opérateurs y entrant pour se réfugier lors des orages.

 

  √ L'or en euro à son sommet :

lingot.png

Source : Les Echos

 

Le cours du lingot est sur le point d'atteindre 30 000 € après un parcours haussier porté par la faiblesse de la monnaie unique alors que l'or est coté en dollar.

Le principe à l'oeuvre est surtout lié à une cause monétaire et au différentiel euro / dollar sur le marché des changes  et non à un mouvement de refuge en tant que tel comme celui décrit plus haut. D'ailleurs lorsque les indices actions US décrochent, les matières premières subissent une baisse également, mouvement précisément constaté lors de cette séance particulièrement sur l'or, comme vous le montre la corrélation ci-dessous entre Dow Jones et l'once d'or depuis l'ouverture de Wall Street tout à l'heure.

correlation-or-et-Dow-jones.png

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article

utuhaupt 15/05/2010 16:26



Bonjour,


Waouw, je suis heureux d’avoir laissé ces messages sur votre site et très honoré du temps que vous m’avez accordé par vos réponses d’une grande qualité et absolument documentée.


 


Bieu sûr, je vous avais déjà lu, bien sûr mes commentaires un peu provocateur étaient pesés et là pour enrichir ou ouvrir le débat.


Il parait évident qu’autour d’un petit café ou d’une Romanée Conti nous aurions de proches opinions.


N’empêche, j’aime encore et toujours prendre ce rôle de contradicteur. Ce matin, je lisais le « Journal des Finances n°6389 du 15 au 21 mai», il y a un titre en première page : « Le CAC40 va
rester volatil, selon l’analyse technique ».


 


Put.., ben heureusement qu’ils ont un analyste à la rédaction ! D’ailleurs sûrement mieux payer que ma concierge qui me disait un peu la même chose ce matin dans la cage d’escalier…


Honnêtement, c’est la première fois que je lis ce journal, mais leur lecteur feraient mieux de suivre votre blog au lieu de payer pour lire ces bafouilles journalistiques enfonçant des portes
ouvertes.


 


Est-ce un journal de pigeons ? de moutons ? Pas pour les enfants en tout cas, car je n’ai pas trouvé la page coloriage. 


Yeaaaa, franchement si il faut se payer un « analyste » pour lire un graphique et pour arriver à une telle conclusion, alors vivement que Google News achève de tuer cette presse inutile et
remplaçable par des « e-robots ». Et tant mieux, il est revenu l’âge d’or des journalistes critiques, indépendants et utilisant leurs méninges au lieu du copier/coller.


Vous me citez des auteurs, pour celui que je ne connaissais pas encore, j’ai filé à la librairie ;-)


Si vous me permettez de posez  aussi quelques références littéraires, en supposant que nul n’est arrivé à ce niveau dans la lecture de votre blog sans avoir dévoré la « bible » de Benjamin
Graham (L’investisseur Intelligent), il y a un auteur très facile à lire et totalement hors des chiffres, des statistiques, et des blablas de pseudos experts. Il ne s’agit pas de l’art du day, du
swing ou du scalp trading, juste de réflexions basiques basées sur le bon sens et donnant du baume au cœur des investisseurs dans ces moments extraordinaires. 
De la socio-philosophie, je vous dis. Bref je vous recommande à tous la lecture de « Le Hasard Sauvage, Comment la chance nous trompe » de Nassim Nicholas Taleb. Egalement auteur du
bestseller « Le Cygne Noir » tout aussi recommandable.


 


 


Cher Gilles, une chose encore malgré la qualité de vos réponses, je pense que vous donnez de bons conseils aux papys qui traitent encore leur compte titre par téléphone ou fax. Vous donnez
d’excellentes analyses et études rétrospectives des graph sur votre site.


 


C’est génial et merci pour toutes ces bonnes choses que vous apportez à la communauté francophone.


 


Mais je m’offusque un peu que vous ne présentiez pas les choses dans la perspective de ce qu’il faudrait éviter ou de ce qu’il faudrait faire (sans tomber dans le conseil financier ou le stock
picking). En écrivant : « …  'fuir' avec économies, armes et bagages...  à moins d'être à 100% liquide sur le forex et encore …« . Vous utilisez votre aura pour déconseiller de le
faire, alors qu’être un investisseur individuel averti, implique de savoir reconnaitre ces erreurs (d’investissement) aussi vite que possible et réagir aussi vite que possible en conséquence.
Sinon autant acheter une sélection d’ETF et utiliser son temps à autre chose.


 


Pour moi n’importe quel « hometrader » utilisant un broker électronique et qui aurait peur, pas envie, pas le temps, pas la possibilité de réagir rapidement au marché peut-être certain de se
faire bouffer par les vrais, les pros qui ne vont pas les attendre (lol ou même par moi qui ne suis qu’un amaeur averti).


 


C’est vrai, le marché a besoin de cette horde de pigeons. Mais si comme vous j’offre mon temps libre à argumenter sur ces sujets, mon seul objectif est philantropique et je préfèrerai que les $
tombent dans vos et nos poches plutôt que dans celles d’obscurs Hedge Fund ou de banquiers dégoutants qui jouent au mêm jeu, mais pas avec les mêmes règles.


Au plaisir



Gilles Caye 16/05/2010 22:29



Bonsoir,


 


Et bien vous au moins on ne peut pas dire que vous n'êtes pas décapant ... et j'en prends pour mon grade au passage  


Le but ou l'objectif de ce site suivant la ligne directrice que vous pouvez retrouver en cliquant sur l'îcône des poissons rouges en haut est simple :


 


- viser la neutralité (on ne l'est jamais vraiment forcément... mais on bosse dans ce sens)


- tenter d'apporter un maximum d'éléments en terme de formation, d'information et d'aide à la décision


- permettre à chacun de devenir de + en + autonome jour après jour, quel que soit son niveau, ses inclinations, son profil plutôt 'trader' ou 'investisseur'. Il n'y a pas d'exclusion de qui que
ce soit par ici.


 


Bref, il ne s'agit pas de GCconseil.org mais bien de Apprendrelabourse.org. Ceci dit je n'ai pas spécialement noté de personnes offusquées :


 


- en novembre 2007, lorsque 5 300 points sur le CAC40 s'affichait dans le viseur


http://www.apprendrelabourse.org/article-13928817.html


 


- ni en janvier 2008 quand il s'agissait d'annoncer  4420


http://www.apprendrelabourse.org/article-15678843.html


 


- ni en juin 2008 pour 2 800 points


http://www.apprendrelabourse.org/article-20727779.html


 


- idem dans l'autre sens, pour ne prendre que quelques exemples


http://www.apprendrelabourse.org/article-35883340.html


 


Dernièrement 4088-4100 étaient cités en tant qu'objectif avec un risque de vifs décrochages sous 3910/3900. Il ne s'agit pas d'art divinatoire mais de savoir se positionner. L'intraday y a une
large place par moment.


 


Peut-être découvrez vous le site à un moment où effectivement il est question de choses très factuelles d'une part parce pour  essayer de voir où on peut aller, il convient déjà de se
situer sur la carte, (ex sur la première purge en février où ce qui a été proposé était assez loin de ce que les media main stream évoquaient http://www.apprendrelabourse.org/article-finance-les-craintes-se-cristallisent-sur-l-espagne-44276881.html Quand
on a compris à l'aller, on risque moins de se planter au retour) et d'autre part, face à des avis en tous genres qui fleurissent partout parfois sans la moindre illustration, une bonne et simple
lecture de courbe permet de savoir au moins quelle est la température de l'eau pour ceux qui souhaitent non pas savoir ce que machin pense de telle ou telle chose mais qui veulent simplement
juger par eux mêmes.


 


Le 8 avril (en toute fin d'article) une évaluation simple des spreads grèce / Allemagne était ainsi proposée dans 1 flôt d'avis médiatiques qui partaient dans tous les sens. Il y a tout un
public qui se fout de ce que j'en pense mais qui peut être intéressé par ce type d'info pour se guider lui-même. Est-il plus utile que je passe du temps à tenter d'apprendre comment on
détermine les anticipations d'inflation via le marché obligataire ou bien qu'une nième théorie apparaisse sur le net ? http://www.apprendrelabourse.org/article-25557675.html


 


En tout cas merci de votre participation et effectivement les livres que vous citez sont à recommander !


 


Sur l'euro, je n'utilise rien d'autre qu'un euro qui peut revenir sur 1,16-1,20 $ soit ni plus ni moins son cours de départ. D'autre part, le trend ascendant contre $ depuis plusieurs
décennies reste haussier (une fois reconstitué via le DM) et contre or, depuis 10 ans toutes les devises occidentales déflatent plus ou moins vite, ce dans une perspective patrimoniale. Pour
le court terme, encore une fois le décrochage a quand même commencé il y a pas mal de temps... sous 1,50 $. Il était temps de vous en soucier il y a 7 jours entre 1,30 et 1,25 ... et peut être
sur un horizon plus long de considérer les 3 points ci-dessus.


 


Bonne fin de week-end et bonne semaine



Utuhaupt 14/05/2010 22:40



Après une semaine écoulée, je vous remercie pour votre réponse étayée.


Quand vous disiez : "il n'est jamais très bon de réagir en pleine panique sous le coup de l'émotion", je
me demande encore si vous pensiez au président Sarkozy ou à l'investisseur individuel.
Je persiste à penser que la zone Euro est la pire, pour y héberger son patrimoine et à titre personnel l'adage boursier "il vaut mieux se couper la main que de devoir amputer le
bras entier" était adapté à la situation des investisseurs en Euro en fin de séance ce fameux lundi aux 7 à 14% sur les indices européens.
Mieux vaut prévenir que guérir, non ?


Pour mémoire, ces gains étaient liés principalement aux « short squeeze », n’en déplaise aux
politiques qui n’avaient déjà pas compris le problème en accusant les spéculateurs pour se décharger de leurs erreurs.
Bref, vu leur niveau de compétence, on est pas sorti de l’auberge-


 Donc
non, à l’inverse du lapin qui reste tétanisé devant les phares d’une voiture et se fait aussitôt écraser, j’ai réagi sous le coups de l’émotion réalisant un sacré gain ou pour ceux qui sont
restés investis ici (zone Euro) en me protégeant d’une sacrée perte.
Le patrimoine d’un petit investisseur devrait avoir une grande aptitudes à la mobilité, car non ce n’est pas à vous, pas à nous de payer pour les erreurs de ceux qui nous gouvernent.  


Mes gains de la semaine avoisine les 10% grâce à cette vertigineuse chute de l'Euro, absolument
prévisible vu l’inconsistance des milliards du fameux plan de sauvetage…


Humm et maintenant ? Que vont-ils faire ? Rigueur ?
U nouveau plan pour rassurer en multipliant les milliers de milliards ?

Franchement, à moins qu’on invente un super Euromillion pour les états, je ne vois pas comment les chômeurs espagnols pourront éponger les dettes portugaises. Je ne vois pas comment les
allemands pourraient avoir envie d'aller dépenser leurs petits lors de vacances hélleniques. Au vu du trend actuel, la monnaie unique a perdu son aura hors des frontières européennes et il
faudra longtemps pour rattraper tout ça ! Très longtemps. La Chute n’est certainement pas finie et une parité avec le dollard serait une réelle possibilité de saisir la poignée de la porte
de sortie de la crise économique européenne.
Cette Europe où les pays endettés cautionnent leurs voisins qui font marcher leur économies respectives à coups de grève et de mouvement sociaux. Pas besoin dêtre devin pour avoir une idée du
futur qui nous attend.
Quand les « prolos » français bosseront autant et aussi longtemps que leurs collègues allemands. Quand tous les transports publics de l’hexagone seront privatisés, efficaces et
concurrentiels, alors peut-être il y aura quelques graines pour une reprise saine.


En tout cas je me délecte en repensant à vendredi dernier quand j’ai attendu impatiemment (6 à 8h de
retard) la conférence de presse du président de l’Eur… oupss pardon de la France.
Je me délecte à repenser à ce moment où il a levé son doigt accusateur contre les spéculateurs.


 


 



Gilles Caye 14/05/2010 23:38



Bonsoir,


 


Je ne pensais ni à l'un ni à l'autre.


 


L'économie est axée sur une loi simple qui est la loi de l'offre et de la demande et la bourse tourne autour d'un rapport acheteur / vendeur et assez peu autour de polémiques et de
politique. Ces 2 dernières ne font qu'alimenter les 2 premières à la marge ou ne viennent que commenter les cours et les rapports offre/Demande une fois qu'ils se sont exprimés.


 


Je répondais à votre question sur un patrimoine hébergé en zone euro ("patrimoine" & "héberger", 2 termes que vous employez d'ailleurs ce jour) On ne transfère pas un patrimoine
entier en 7 jours hors de la zone euro à quelques exceptions près. Prendre des positions à 7 jours, oui bien sûr. Avez vous vu un seul article ici qui incite à prendre une position acheteuse sur
l'euro alors que le problème des taux est suivi de près depuis X temps et que l'article précédent remettait bien en perspective la rupture du support historique ascendant sur l'euro/dollar
susceptible de libérer les forces baissières ? Le début de ma réponse rappelait d'ailleurs cette tendance...


..et portait ensuite sur ce qui semblait être votre question initiale : déménager un patrimoine entier et toutes vos économies alors que l'endettement est planétaire, ce qui était
l'essentiel de ma réponse. En d'autres termes, je jugeais de l'opportunité de 'fuir' (votre mot) la zone euro et m'interrogeais sur le fait d'aller dans une autre zone aussi
endettée et qui a ou finira par connaître les mêmes soucis, vu le nombre de ces endroits à l'heure actuelle...


 


Pour le reste, vous semblez m'inviter à considérer le problème de l'endettement. Je vous invite à considérer le premier édito de ce site où la question d'une faillite allant jusque
'tout en haut' était posée, sujet à suivre justement de manière posée pour bien s'y préparer, ce qui est toujours en cours... depuis lors soit depuis septembre 2006 et non pas seulement
depuis vendredi dernier en mai 2010.


 


 


Quant à la spéculation, nous sommes tous spéculateurs


 


"Presque toutes les activités humaines sont spéculatives :


la décision d'entreprendre certaines études (parce qu'on en espère pour le reste de sa vie une satisfaction ou un revenu),



la décision de produire (parce qu'on espère pouvoir vendre),


la décision de stocker (parce qu'on pense qu'on aura plus de mal à se procurer le bien),


celle d'acquérir un actif financier ou immobilier dont on craint (ou espère) qu'il vaudra plus cher plus tard,


le choix d'une tenue pour un rendez-vous important (parce qu'on en espère certaines réactions),


le choix d'un argumentaire (parce qu'on espère toucher l'auditoire),


la réflexion (spéculation intellectuelle, pensée
spéculative),


etc.



D'après divers auteurs comme Richard Dawkins, Geoffrey Miller, Ian Stewart et Jack Cohen, la possibilité d'arriver à se mettre à la place d'autrui était vitale pour
survivre et se reproduire dans les temps préhistoriques, et auraient survécu le mieux et laissé une descendance nombreuse ceux qui y parvenaient le plus correctement."


 


La prise de position que vous citez a priori en est l'expression même à votre profit et tant mieux. Ouvrir une position baissière CT après une rupture d'un support aussi
important va dans le sens des probabilités. Effectivement, c'est ce qui est vu en continu ici et c'est la tendance que je rappelais dans ma 1ère phrase. Que voulez vous
dire de plus ? Rien à voir avec un patrimoine et le fait de 'fuir' avec économies, armes et bagages...  à moins d'être à 100% liquide sur le forex et encore ... car surtout, tout ou
presque a baissé contre l'or.



Utuhaupt 08/05/2010 19:12



L'une des meilleures façon de se protéger ne serait-elle pas de simplement fuir la zone euro ?


Si reprise il y a, elle sera de toute manière plus forte aux USA. Et vu les incertitudes, les gesticulations politiques et les accusations portées par eux contre le marché, en tant
qu'investisseur individuel, je ne vois pas mon intéret à laisser fondre mes économies ici.



Gilles Caye 08/05/2010 22:11



Fuir la zone euro ?


Oui, effectivement c'est tout simplement ce que font les investisseurs en se reportant sur le dollar en ce qui concerne les liquidités ou sur le franc suisse ou le yen... mais c'est un
raisonnement a priori surtout de court terme car sur le fond un très grand nombre de pays ont des difficultés à peu de choses près similaires en terme de fuite en avant dans la dette d'une
manière ou d'une autre... surtout en Occident ou au sein de l'OCDE.


 


De plus, de manière générale, il n'est jamais très bon de réagir en pleine panique sous le coup de l'émotion. Cette vague sur la Grèce monte depuis l'automne et est entrain d'atteindre son
paroxysme, l'essentiel en pareil cas est de bien mesurer les risques en cours de route pour se prémunir en conséquence avant pour être le plus serein possible lors de l'éclatement du
problème. En fait de problème, ce sont les divergences et une certaine forme de dislocation de l'Euroland mais au coeur de la zone, en Allemagne, les obligations se comportent très bien
et le DAX résiste jusqu'ici mieux que Wall Street.


 


La semaine qui vient va sans doute être décisive. Les chefs d'Etat ont mandaté leurs ministres des finances pour mettre au point les modalités pratiques demain (et
en tout cas avant l'ouverture des marchés lundi matin) pour que la Commission Européenne emprunte directement sur les marchés pour créer un fonds d'urgence. Ceci ferait donc de la Commission
Européenne, en cas de réalisation effective,  un embryon de Trésor public Européen, une première dans l'histoire, un peu comme aux USA où il y a 50 Etats mais un seul Trésor public fédéral
en charge des émissions d'obligations.


 


Reste à voir ensuite l'appréciation du marché. On en parle en tout cas dès lundi.



Lelievremilou 05/05/2010 22:23



Oui. J'avais oublié cet article, et, je viens de le relire. Il me semblait évident que nous ne faisions pas le poids. L'Allemagne conserve son leadeship eu Eurolpe grâce à ses exportations, au
sein même de l'Europe, qui vont se réduire du fait de l'attractivité des émergents.



Lelievremilou 05/05/2010 22:02



Ok ! On verra comment tout cela évolue. pour l'instant je suis très sceptique.



Gilles Caye 05/05/2010 22:08



Pour la première phrase que vous citez, le marché n'est déjà pas d'accord avec l'affirmation


 


"La France est avec Allemagne la meilleure signature en Europe."


 


-> Souvenez vous d'une partie de l'article du 8 avril :


 


- La France qui avait mieux résisté que les Pays-Bas durant la vague liée à la crise
purement financière et bancaire en 2008-2009 est entrain de s'écarter très légèrement mais progressivement d'un nouveau tandem en formation constitué de l'Allemagne et des Pays-Bas.
Le différentiel de taux est ainsi en défaveur de la France depuis quelques semaines par rapport à la Hollande. Ce dernier point est un phénomène qui se
réalise de manière marginale, certes, mais il s'agit d'une inversion en seulement 12 mois.



Lelievremilou 05/05/2010 21:43



Merci Gilles.


Oui je sais bien, mais il ne me viendrai pas à l'idée d'acheter des obligations Françaises après avoir entendu les mensonges de notre 1er sinistre, ce soir, sur TF1.


"La France est avec Allemagne la meilleure signature en Europe. Cela montre qu'il faut faire des réformes et diminuer
le déficit". "L'effort de réformes du président, qui a pu déstabiliser l’opinion, nous permet d’être au niveau de l’Allemagne", a insisté
François Fillon. "La France a fait le plus efforts dans la modernisation et a les meilleurs résultats. Nous allons ressortir devant les Allemands après la
crise". 


Vous y croyez vous ?




Gilles Caye 05/05/2010 21:55



Le sujet des risques souverains est loin, très loin d'être épuisé...


 


Est en préparation un article intitulé "Comment le marché juge la dette française ?" qui devrait être prêt je pense au plus tard d'ici la mi-mai si d'autres sujets d'actualité ne lui passent
pas devant en terme d'importance d'ici là.


 


On verra donc ensemble comment le marché voit notre dette nationale cotée sur les marchés sous plusieurs aspects et vous vous rendrez compte par vous-même quelle est la distance entre les
discours et la réalité des faits.


 


Pour début mai, ça se passe bien :





05 Mai 2010


3.20 %




 


04 Mai 2010


3.29 %




 


03 Mai 2010


3.31 %





 



Lelievremilou 05/05/2010 21:15



Bonsoir Gilles.


Si je comprend bien : obligations souveraines = investissement délicat !



Apprendrelabourse.org 05/05/2010 21:34



Bonsoir,


 


ça dépend de leur qualité et notation ! Celles de l'Allemagne, des Pays-Bas et de la France font office de refuge pour l'heure (avec le
Luxembourg, la Finlande et l'Autriche qui sont les 6 pays notés AAA par les 3 agences de notations Fitch, S&P et Moody's)  à l'inverse de celles qui ne sont pas dans ce groupe ...


 


Voici le détail : http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRLDE6371LK20100428