Pays émergents et endettement : les 2 grandes ascensions

Publié le par Apprendrelabourse.org

fotolia_actualit__globe_552450-15-copie-1.jpgEn cette journée de Presidents' Day aux USA, la bourse de New York est fermée. La bourse de Paris est restée stable à + 0,28 % ainsi que l'euro dans un contexte toujours très incertain concernant les mesures précises concernant la Grèce alors que l'Eurogroupe, c'est à dire le sommet des Ministres des Finances européens, a démarré tout à l'heure dans l'après-midi.

Profitons de cette accalmie pour revenir sur 2 grandes tendances des décennies passées qui se poursuivent, modèlent le monde économique actuel et vont, en fonction de leur évolution, jouer un rôle crucial dans cette décennie qui démarre. Les 2 sont très connues mais nous allons voir la première sous un angle un peu différent et décomposer la seconde.


1 / L'ascension des pays émergents

La progression des pays émergents, Chine au premier chef, est souvent décrite sous l'angle de la performance brute, en terme de volume, par exemple d'achats records de matières premières ou de nombre de véhicules vendus désormais supérieur à celui aux USA, ou encore récemment, à sa toute nouvelle position de 1er exportateur mondial devant l'Allemagne.

A cette performance qui s'énonce avant tout de manière commerciale, on y associe souvent de manière ordinaire la notion de qualité des produits (essentiellement bas de gamme) et le problème des transferts de technologies qui rendent ce(s) pays de plus en plus autonomes dans les fabrications à terme, de sorte qu'il est, en bout de course, assez difficile de se rendre compte de l'évolution et de la place de ce géant (sans compter les différences de pouvoir d'achat en terme de monnaie et un système statistique chinois qui démarre)

Pour essayer d'y voir - un peu - plus clair, on peut se tourner vers la notion de valeur ajoutée et observer sa part dans la production manufacturière mondiale (ci-dessous, estimatifs à partir de 2009 en valeur constante des prix de marché de l'an 2000) :

China-man1

Source : OCDE

Selon ces données, la part de la Chine a triplé en 15 ans et se trouve sur le point d'égaler celle produite par le Japon, seconde économie au monde qui a connu une année 2009 très difficile (La limite de cette approche est qu'il faudrait disposer d'une décomposition de la part liée aux usines réellement chinoises et celles à capitaux étrangers, notamment américains, mais cela donne une idée assez fidèle de l'évolution de la richesse produite sur les différents sols)


2 / L'ascension de l'endettement :

Le thème de la dette est connu désormais, rebattu, suivi à la trace au fil des mois et des semaines avec un fardeau qui dépasse aux USA celui de 1929 en pourcentage du PIB. Le détail est moins visité.

US_DEBT1209.jpg

Source : Rolfe Winkler / Capital Jungle / Reuters

Comparativement à la situation vécue alors, on retrouve une similitude : les agents privés (ménages - households-, les entreprises financières en bleu clair et non financières - Business -) portent l'essentiel de l'endettement.

La part détenue par le secteur financier représente toutefois plus du triple de celle portée il y a 80 ans en arrière et le double pour celle détenue par les ménages (essentiellement au titre de l'immobilier).

Enfin, souvent oublié, la montagne de dettes actuelle est la résultante d'une tendance plus longue et profonde - enracinée - contrairement aux années 20 qui était l'aboutissement d'une folie spéculative assez courte et aigüe d'un point de vue historique dans le cas de la 1ère économie mondiale.

Les agents privés tendent à se désendetter. L'Etat, à contre-courant, est le seul à pouvoir encore gravir 'le mur de la dette'.

Commenter cet article

nana 03/05/2010 14:44



très pratique et très utile ce blog, merci!!!!!