USA - saisies immobilières : Explosion en août à près de 250 000

Publié le par Gilles Caye

Click to enlarge Le comptage des saisies immobilières vient de sortir tel que réalisé par Realtytrac avec un nombre de nouvelles procédures s'élevant à 243 947 pour le mois d'août.

Ceci représente une hausse de :

. + 36 % par rapport à juillet

. + 115 % par rapport à août 2006

... avec des progressions tout à fait remarquables suivant les Etats que vous pouvez consulter en cliquant sur la carte, l'Ouest étant particulièrement touché.

Il y a un an presque jour pour jour, je vous proposais de démarrer un petit suivi de cette statistique et notais dans le 1er Edito :

  1. "Les saisies immobilières ont augmenté de 115 000 au mois d'Août  soit + 25 % par rapport à juillet et de + de 160 % en Californie, + de 250 % au Nevada.(source : Realty Track, en cliquant sur ce lien vous accéderez au communiqué et au détail état par état) Un doute ? cliquez sur cet autre lien pour constater que les saisies immobilières ont régulièrement augmenté de trimestre en trimestre sur 2005...
  2.              100 petits capitaines micro-économiques, puis 1000 puis 10 000 ... 100 000 qui font une réalité macro-économique incontournable de cette rentrée... demain?...nous verrons mais cela sera notre baromètre de temps à autre.  100 000 ce n'est rien pour un pays qui approche 300 millions d'habitants mais où s'arrêtera l'empilement de ces statistiques de ces faillites, la transmission en chaîne du mouvement est elle possible jusque ..jusque tout en haut? S'agit-il d'erreurs de capitaines isolés mal avisés ou de leur appartenance au mouvement d'ensemble qui nous a porté ces dernières années ?
  3.              Je ne sais pas si la faillite globale est proche mais préparons nous au pire même s'il n'est jamais certain et nous n'aurons que de bonnes nouvelles. Je vous souhaite une bonne rentrée, j'allais dire une bonne année 2007 tellement celle-ci a déjà commencé économiquement parlant."
En cours de route, devant des chiffres en augmentation constante je vous disais que s'imposait à moi l'image d'un voile qui se lève un peu à la manière de la série américaine "Desperate housewives"... aujourd'hui le souffle de la statistique me fait plus penser à un tourbillon de type Katrina tournoyant et grossissant sans cesse sur La Nouvelle-Orléans et faisant se déplacer des masses d'air jusqu'en Angleterre comme nous le verrons un peu plus tard, les News du soir paraissant après que la Fed ait fait part (20H15 heure française) de sa décision sur les taux.

Trés bref rappel historique : Les banques centrales auront baissé pendant les années 2001 à 2003 les taux à des niveaux plus vus depuis 1945 (Aux USA, la FED les fît tomber à 1 %) amenant les agents économiques à trouver des financements plus facilement puis leur remontée à 5,25 % il y a un peu plus d'un an, le statu quo prévalant depuis, les ménages ont eu à faire face à une augmentation de leurs échéances sur leurs prêts réalisés à taux variables, révisables ou ajustables les mettant dans des situations d'autant plus périlleuses qu'un certain nombre de prêts ont été réalisés sur la seule base de l'augmentation de valeur des habitations pour simplement consommer. Les prix des habitations ayant tendance à s'éroder dorénavant, la pression par la valeur en baisse des logements augmente encore la pression due à la hausse des taux ou aux réajustements contractuels des emprunts dont une partie relèvent clairement de pratiques mensongères et délictueuses. Ceci recouvre la notion de "negative equity", c'est à dire que de plus en plus de ménages se trouvent tout simplement en position de devoir plus dorénavant que la valeur de leurs maisons... par un effet ciseaux (mensualités en hausse, prix des biens en baisse) aussi pernicieux à la baisse qu'il était favorable à la hausse précédemment.

La suite ? :
Le 'planning' des révisions de taux étant chargé ces prochains mois et considérant qu'il faut 90 jours au minimum pour que les défauts de paiements au niveau bancaire se transforment en ouverture de procédures de saisies, lesquelles passent par différents stades qui se comptent en semaines/mois avant que le Shériff ne vienne voir si tout le monde a bien quitté le lieu, nous disposons a priori de longs mois à venir qui amèneront potentiellement un flux encore grossi de pertes qui viendront s'exprimer clairement à la surface dans le bilan des banques ou via titrisations sur les marchés financiers et particulièrement hypothécaires.

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article