Chute des indices boursiers suite à la mauvaise activité dans le secteur des services

Publié le par Apprendrelabourse.org

Fotolia_haut-parleur-3227911_S.jpgLe CAC 40 chute de - 3,96 % à 4 776,86 points dans des volumes en hausse mais sous la moyenne constatée ces 3 dernières semaines. Francfort dévisse de - 3,36 % à 6 765,25 points, Madrid (IBEX 35) chute sévèrement de - 5,19 % alors que Londres et Zurich 'ne perdent' que - 2,63 et - 3,02 % respectivement.

La matinée avait mal démarré avec l'indice de l'activité commerciale en France qui est ressorti en baisse à un plus bas de 26 mois à 56,6 en janvier contre 58,9 le mois précédent et sous les attentes à 57,7.
En Europe, l'indice d'activité dans le secteur des services est tombé à 50,6 juste au-dessus de la 'barre des 50' qui matérialise le point d'inflexion entre contraction et expansion de l'activité (soit le 'point zéro') après 53,1 en décembre, au plus bas depuis juillet 2003 et sous les 52 attendus. Les prises de commandes passent sous la barre à 49,8. Plus marquant, la première économie européenne, l'Allemagne passe également sous les 50 avec un chiffre à 49,2 après 51,2. En Angleterre, cette statistique est ressortie à 52,5 contre 52,4 montrant une résistance à la chute d'ensemblre au côté de la France, chiffre en hausse pour le 2ème mois d'affilée outre-mache.

Toujours en Europe, les ventes au détail au sein de l'Euroland ont baissé de - 0,1 % en décembre sur un mois ce qui porte le repli annuel à - 2 %.

Le chiffre pour les USA dans le secteur des services qui représente les 4/5 ème de l'activité est venu ensuite sonner le tocsin avec une chute à 44,6 en janvier après 53,2 en décembre soit un plus bas depuis octobre 2001. Les différentes dépêches et articles que vous avez pû sans doute lire par ci ou par là font soit état d'un chiffre à 44,6 ou à 41,9 car une révision de l'indice a été faite en janvier, le chiffre de l'indice officiel étant celui cité en premier.
Les 41,9 correspondent au chiffre d'une des 4 composantes dite "Business Activity" ou 'activité des affaires' qui était précédemment l'indice principal divulgué. Le tableau ci-dessous reprend les 2 sachant que dorénavant l'indice ISM des services est calculé en pondérant de façon égale 4 composantes (activité des affaires, nouvelles commandes, emplois et livraisons)

Les prix payés sont toujours assez proches des plus hauts. L'écart entre l'inflation des prix et la baisse d'activité atteint des records. Comme signalé le mois précédent, ce point est à surveiller et exclusivement sur la base de cette donnée dans une optique de possible stagflation en germe dans l'économie (inflation + faible croissance comme dans les années 70).
nmnapm-copie-1.jpg
La composante de l'emploi tombe à 43,9 après 51,8 et les nouvelles commandes à 43,5.
Dans un tel contexte, les marchés obligataires sont les grands gagnants du jour, les opérateurs cherchant refuge dans les obligations gouvernementales alors qu'un tel chiffre réouvre les anticipations de baisse des taux.

Initialement prévue à 16 heures, l'ISM a décidé pour éviter d'éventuelles fuites face à l'ampleur de la nouvelle de faire paraître en avance la donnée vers 15 heures. Pour avoir plus d'informations, leur site donne des précisions sur ces changements ainsi que les derniers ajustements. Signalons enfin que si la parution de cet indice est d'importance, elle reste en théorie moindre que celle concernant par exemple les créations d'emplois. Ici, le souci concerne l'ampleur de la baisse et elle vient en terme de timing confirmer la violence du choc actuel que traverse l'économie relativement à la précédente période de récession constatée et validée (ce qui n'est connu qu'a posteriori comme nous le détaillerons à l'occasion)

D'un point de vue graphique, vous pouvez vous reporter à nos dernières analyses sur le CAC 40 et le Dow Jones accessibles dans le module en haut à droite (articles récents), sachant que les principaux gaps sont restés les zones de support et de résistances centrales lors de ces dernières heures de cotations. A noter : On observe (en orange) une forme d'accélération baissière en intraday (à l'intérieur des séances) élément comparable au mouvement constaté en données journalières avant le décrochage de mi-janvier.

Le Dow Jones travaille à nouveau sa zone de support aux alentours de 12 400 en baisse de - 2 %.

050208.jpg

Demain, nous prendrons connaissance en données préliminaires de la productivité de l'économie US pour le 4 ème trimestre  alors que la planète finance se tourne vers les banques centrales européenne et anglaise  qui feront part de leur décision concernant leur politique monétaire respective. Pour la BoE (UK) une baisse de - 0,25 %  est attendue pour les porter à 5,25 % alors qu'une statu quo à 4 % est anticipée pour la BCE (Euroland)

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article