La chute de la demande déprime la bourse

Publié le par Apprendrelabourse.org

Le CAC 40 dévisse de - 5,10 % à  3 298,18 points. Madrid encaisse - 8,16 % et retrouve ses plus bas du 10 octobre.

Bien qu'un premier sommet mondial du G20 concernant la crise financière a été annoncé pour le 15 novembre prochain, les regards se tournent vers l'économie sur le terrain avec des anticipations d'une demande générale en chute qui s'exprime au travers de très nombreux éléments de concert avec des perspectives assez sombres :

- Boeing enregistre une baisse de 38 % de son résultat net au 3 ème trimestre comme Merck dans la pharmacie, qui annonce la suppression de plus de 10 % de ses effectifs soit 7 200 emplois. Apple et Mc donald's enregistrent par contre des résultats satisfaisants mais cela reste des cas un peu isolés et qui ne permettent pas de tirer le voile sur un arrière-plan en dégradation. Saint-Gobain a annoncé que dans 'un contexte de visibilité réduite', il anticipait de manière défavorable son activité future en Europe (UK et Espagne principalement mais moins en Europe de l'Est)

- les stocks de brut aux USA arrêtés à fin de semaine dernière ont progressé de 3,2 millions de baril largement au-delà des attentes. Le pétrole dégringole de 5 % à 68 $.

- les matières premières restent toujours très déprimées. Alcoa (géant de l'aluminium) perd près de 10 % en fin d'après-midi à New York alors que les métaux comme le cuivre ou l'aluminium justement continuent à voir leurs cours se déprécier avec un plus bas de 3 ans atteint pour le second et une baisse de - 9 % pour le premier au plus bas du jour. Le marché 'price' une demande en baisse qui voit les stocks de cuivre dans les entrepôts du LME augmenter à nouveau à plus de 90 % au-dessus des plus bas enregistrés en mai dernier (même si ces derniers ne représentent toujours que quelques jours de la consommation globale de ce métal) Le ralentissement en Chine est un des premiers facteurs qui joue sur ces éléments. BHP Billiton (N°1 minier au monde) cède 9 % à Londres.


L'euro s'échange à 1,2850 $ ce soir alors que l'once d'or passe sous les 750 $.

Les bourses à la périphérie des grands centres financiers ou les monnaies mineures encaissent des pertes contre $ en recherche de refuge ou dans le cadre de 'ventes forcées' pour se dégager.




La bourse de Mexico qui est une des dernières à s'être retournée à la baisse est à nouveau laminée ce soir (1er graphe) Egalement, une des plus résistantes, la bourse brésilienne perd - 11 % et retrouve ses récents plus bas.



Les principaux indices boursiers mondiaux sont engagés au sein de triangles, visibles à nouveau sur le Dow Jones à l'heure de la clôture à Paris (2nd graphe   - cliquer dessus pour l'agrandir) avec des tests du support en cours plus ou moins avancés (Francfort l'ayant rompu ce soir à 4 571,07 points)


Les places boursières en Asie décrochent et seront à surveiller à l'image de la bourse de Séoul (ci-dessus) Le Won, la monnaie sud-coréenne, a été très attaquée récemment.

Ambiance du jour ? Les annonces politiques sont couvertes par le bruit qui remonte du terrain...

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article