Economie : l'activité industrielle se dégrade toujours

Publié le par Apprendrelabourse.org

Le CAC 40 termine en hausse de + 1,17 % à  3527,97 points au début d'une semaine très chargée avec l'élection américaine, la décision de la Banque Centrale Européenne sur les taux jeudi en même temps que la Banque d'Angleterre et sans oublier diverses statistiques très attendues comme le chiffre des créations d'emplois pour octobre vendredi au sujet desquelles le marché attend à ce jour 159 000 destructions de postes.

Aujourd'hui, les dépenses de construction attendues à - 0,8 % pour septembre aux USA sont ressorties à - 0,3 % seulement avec une progression mensuelle en août qui a été revue positivement de zéro à + 0,3 %.

**Par contre l'indice d'activité manufacturière plonge littéralement à un plus bas de 26 ans avec des éléments que nous allons détailler précisément. L'indice global chute à 38,9 et marque une grande faiblesse en passant sous les '40' avec les principales composantes suivantes :

- les nouvelles commandes sont très faibles et enfoncent le plancher à 32,2 après 38,8 en septembre et 48,3 en août
- la production ressort à 34,1 après 40,8 le mois précédent et contre 52,1 en août
- l'emploi est à 34,6 contre 51,9 en juillet



→ L'export qui résistait jusqu'ici, et dont on a vu avec la statistique du PIB semaine dernière que sa contribution faiblissait, ressort ici également pour la première fois en zone de contraction à 41 après 52 et 57 durant l'été. La dégradation est vive et plutôt profonde, la hausse du dollar est par ailleurs passée par là.

→ Enfin, les 'prix payés' en dégringolade constatés via l'indicateur d'activité régional de Chicago vendredi dans l'article intitulé
"Les prix se relâchent, les probabilités de baisse de taux augmenten"t se confirment puisque ceux-ci ressortent au niveau national et selon ces données à 37 contre 53,5 en septembre, 77 en août, 88,5 en juillet et 91,5 en juin.

Bref, sombre tableau si ce n'est les inventaires qui 'surnagent' à 44,3 avec la composante des 'livraisons' à 49,2. A suivre après-demain l'indice d'activité du secteur des services prépondérant au sein de la première économie mondiale et qui est attendu pour l'heure à 47 après 50,2 en septembre. Demain, les commandes à l'industrie pour septembre seront divulguées.


L'essentiel de la séance est restée dominée par l'attente des élections et la perspective d'une baisse des taux en Europe dans la foulée de celle décidée semaine dernière aux Etats-Unis (Cf. Bourse : la Fed baisse son taux directeur à 1 % )

Les éléments du jour vont encore dans ce sens, le constat économique étant toujours sans appel, avec la 6ème baisse consécutive de l'indice de production manufacturière en Grande-bretagne en octobre à 41,5, celui de zone Euro tombe à 41,1 contre 45 en septembre et  un plus bas record (depuis 1998 date de création de cet indicateur/ enquête auprès de directeurs d'achat du secteur) en France a été constaté à 40,6. Pour la France, il s'agit de la plus forte baisse depuis début 2002 et le 5 ème mois en zone de contraction.


La conjoncture est très mal orientée mais comment les entreprises se comportent-elles dans un tel environnement ?

266 sociétés du S&P 500 soit plus de 50 % des 500 plus grosses sociétés cotées US ont pour l'heure déjà publié leurs résultats pour le 3 ème trimestre :

- les profits dépassent en cumulé les 100 milliards $ mais sont en baisse de - 18,8 % en volume sur un an (hors éléments non récurrents qui sont très souvent négatifs et viennent diminuer donc ce chiffre)
- hors financières dont les bénéfices sont divisés par 2, les profits progressent encore de + 6,68 % par rapport à la même période de l'an dernier.
- les projections pour le 4 ème trimestre sont cependant en train d'être révisées à grande vitesse.
- Les secteurs énergétique avec la santé sont ceux qui présentent les entreprises avec les meilleurs résultats en terme de croissance.


Le Dow Jones est à l'équilibre en début de soirée.

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article