Les prix immobiliers français analysés comme des graphiques boursiers

Publié le par Gilles Caye


Les français suivent l'immobilier essentiellement au travers des dossiers ''ville par ville" qui paraissent dans la presse ou au cas par cas lors de la parution d'indices tenus par tel ou tel organisme mais peu en ont une représentation d'ensemble concrète rapide, dynamique
et précise.

En collaboration avec le site www.crise-mondiale.fr qui fait un suivi mensuel de nombreux indicateurs du marché français, nous vous proposons ci-dessous de visualiser 2 indices importants à la manière de ce que nous faisons ici pour les marchés financiers de manière habituelle.

Le marché immobilier confronte des acheteurs et des vendeurs qui s'expriment par la définition d'un prix, comme pour n'importe quel marché. Les prix sont issus des statistiques de la FNAIM et de l'indice PAP et ont été intégrés à un logiciel pour en obtenir une représentation graphique exploitable. Voyons ce que cela donne :


                              Pour agrandir les graphes, faire un double-clic

  Voici tout d'abord une vue d'ensemble depuis le début du siècle via la FNAIM (Fédération Nationale de l'immobilier) concernant le prix des logements anciens :

 


Pour avoir accès au suivi mois après mois.

Précisons les choses avec l'indice PAP (De particulier à particulier - 1er site immobilier des particuliers) qui couvre 8 grandes agglomérations françaises, tout d'abord avec le prix des appartements :


et ensuite avec le prix des maisons :


Accès au suivi mois après mois.

A titre d'enseignement, chacun aura remarqué les signaux précurseurs très classiques envoyés assez tôt par les 2 indicateurs au-dessus de la courbe qui montraient une divergence avec les cours (ils se sont mis à baisser alors que les cours continuaient à monter signe d'un affaiblissement des forces sous-jacentes de la tendance) et la mise à jour plus franche de cet aspect par une cassure plus récente de la moyenne mobile des prix mensuels en jaune qui débouchent depuis peu sur une baisse avérée.


(photo : wikipédia)

Commenter cet article