Petits assauts déflationnistes sur les indices de prix à la consommation

Publié le par Apprendrelabourse.org

Les indices de prix à la consommation sont des indicateurs retardés qui ne mesurent que les évolutions passées. Les variations actuelles des matières premières ne s'y retrouveront ainsi que d'ici quelques mois. Un des autres inconvénients est leur mode de calcul qui se fonde sur un panier théorique qui ne peut approcher aussi bien l'évolution des prix comme peuvent le faire l'indice de prix ou déflateur issus du PIB sur la consommation réelle des ménages, indice que privilégie par exemple la Fed. 

Ils ont l'avantage de présenter cependant les tendances lourdes et d'offrir une bonne vision de l'évolution des prix dans leur ensemble par rapport à l'inflation sous-jacente ou centrale (core), c'est à dire excluant les éléments volatils comme l'énergie et l'alimentation.

 

Depuis le 14 mai, différentes publications ont révélé quelques petites 'surprises' pour le marché qui ont tendance à passer à l'arrière-plan dans le contexte actuel.

 

Aux USA, le taux d'inflation pour avril a fléchi de 0,1% contre + 0,1 % attendu. L''indice central est resté stable sous les anticipations également faisant plonger la variation annuelle sous 1 %, à 0,92 % exactement, au plus bas depuis 44 ans, et après une période d'un peu plus de 14 ans passée dans un corridor entre 1 et 3 %.

inflation-USA-avril-2010.gif

 

En Europe, L'Allemagne qui a un taux lissé (taux moyen sur 12 mois) très proche de 0 à 0,3 % a connu une variation négative de 0,1 % sur un mois en avril. Pour l'ensemble de la zone euro, la progression de 0,5 % sur un mois qui fixe à 1,5 % la variation annuelle de l'indice global le mois dernier cache également une baisse de 0,9 % à 0,7 % du taux annuel de l'inflation sous-jacente entre avril et mars.

inflation-zone-euro.png

 Source : Eurostat

 

La pression déflationniste s'exerce surtout à la périphérie de l'Europe. En considérant la Grèce, l'Espagne, le Portugal, l'Irlande (+ la Slovénie depuis 2007 et la Slovaquie entrée en 2009) qui représentent 20 % du PIB de la zone euro, le taux d'inflation centrale est tombé d'une moyenne d'environ 3 % entre 1998 et 2008 (soit le double du reste de l'Euroland sur cette période) aux alentours de 0,7 % depuis début 2009, ce qui correspond à la moitié du taux observé dans le reste de la zone depuis. Actuellement, le taux d'inflation sous-jacente de la périphérie évolue autour de zéro.

Parmi les pays qui connaissent les pressions déflationnistes les plus fortes en zone euro, l'Espagne malgré une progression mensuelle de 1,1 % de son indice global sur un mois en avril, voit ainsi son taux central (core) passer en avril en zone négative en rythme annuel pour la 1ère fois depuis 1986.

core-inflation-spain.png

 Source : Instituto Nacional de Estadistica

 

L'Espagne rejoint son voisin portugais qui se débat depuis des mois avec une inflation sous-jacente négative en rythme annuel (violet)

Inflation-Portugal.png

 Source : ine.pt

 

A l'heure où les effets des programmes de rigueur suite aux excès de dettes font débat, l'Irlande reste cependant le seul pays à donner une réponse claire en matière d'inflation/déflation, un pays qui s'est imposé à lui-même assez tôt dans la crise des mesures de rigueur compte tenu de la très forte pression exercée par l'hypertrophie de l'endettement privé et du secteur bancaire qui a été mis en totalité sous tutelle de l'Etat dès octobre 2008.

inflation-irlande.png

Source : Central Statistics Office Ireland

Publié dans ACTUALITES BOURSE

Commenter cet article

Lelievremilou 20/05/2010 23:06



Oui bien sûr, je galège. D'ailleurs si je me fie à ces analyses nous ne sommes pas près d'avoir conjuré l'inflation


http://www.dailymotion.com/video/xbiw9y_la-bulle-du-dollar-partie-2-3_news


http://www.dailymotion.com/video/xbiwx3_la-bulle-du-dollar-partie-1-3_news



Lelievremilou 20/05/2010 22:25



Merci Gilles


Vraiment très éducatif. Donc comme le prône Loïc Abadie depuis 3 ans (au moins) nous serions en déflation.



Apprendrelabourse.org 20/05/2010 22:58



Bonsoir,


 


Je m'attendais un peu à ce type de remarque


 


Comme il est rappelé dans Inflation -
France : données historiques depuis la guerre  nous sommes dans un grand mouvement désinflationniste et non déflationniste qui est en
place depuis les années 80 (désinflation = la progression de l'inflation est ralentie mais c'est toujours de l'inflation / Déflation = baisse des prix et de la production de richesse dans un
cercle auto-entretenu comme pour l'inflation)


 


Ici, il s'agit d'entailles ou de petits assauts déflationnistes qui se profilent, loin encore d'une plongée de l'ensemble, même si la pression est forte. On ne peut pas parler de
déflation avec + 1,5 % d'inflation en zone euro (encore moins aux USA) mais comme vous le voyez quelques signaux sont à suivre d'autant qu'ils sont présents sur l'inflation centrale alors
que précédemment c'étaient les indices globaux qui étaient allés sous la surface en raison de la chute des matières premières (MP) et d'un effet de base défavorable dont on savait qu'il aurait un
impact par nature purement temporaire comme plusieurs fois évoqué ici. En Irlande par contre, c'est on ne peut plus clair. DEFLATION. Pour le reste de l'Europe, la DESINFLATION se poursuit.


 


Ceci va nous amener à nous ré-intéresser assez rapidement aux matières premières car maintenant que l'effet de base dans le calcul de l'inflation globale s'émousse et que l'inflation centrale
perd de l'altitude, toute baisse des MP viendrait encore appuyer dessus.


 


Bonne soirée,