Graphiques de bourse : échelle linéaire ou logarithmique (Partie 2)

Publié le par Gilles Caye

fotolia-se-former-90860-copie-4.jpgVoici la suite de l'article de samedi dernier dans lequel nous avons vu l'importance sur le long terme de disposer d'une échelle log :

  ** Graphiques de bourse : échelle linéaire ou logarithmique ? (Partie 1)

Si la visualisation du Dow Jones sur 1 siècle et du Krach de 29 a permis de bien mettre en lumière les différences essentielles entre les 2 types d'échelle afin que vous les mémorisiez au mieux, j'imagine que ce n'est pas là l'horizon de temps considéré par la plupart d'entre vous au quotidien.

Nous allons donc regarder et analyser Vallourec, une des dernières valeurs entrées dans le CAC 40, en considérant la phase précédant son arrivée parmi les 'grandes', c'est à dire son évolution sur 3 ans entre début 2004 et fin 2006.

Menons une analyse graphique sur les principaux aspects en échelle linéaire :

24.11.07.jpg
...apparaissent trois tendances de plus en plus pentues dans une accélération continue de forme parabolique mais essentiellement 2 canaux haussiers démarrant pour l'un au point 2, l'autre au point 3. On est bien embêté avec la phase 1 pour tracer une tendance car il faudrait aller zoomer dessus pour la restituer... en l'état impossible de voir quoique ce soit tellement c'est resséré. A l'autre extrémité ... c'est un peu plus facile mais les chandeliers s'allongent à l'inverse et ma foi le tracé est assez aléatoire et peu satisfaisant...le doute s'installe...

Cliquons sur la touche "échelle log" et voyons ce que cela donne :

24.11.07-bis.jpg

Il convient visiblement de repositionner ces droites car elles ne sont plus pertinentes avec cette échelle sauf pour le canal le plus haut qui reste finalement peu ou prou à sa place. Aurions nous alors là tout de même quelque chose de pertinent avec cette échelle ?

Pour y répondre (graphe 3), menons l'analyse à son terme toujours avec l'échelle logarithmique :

24.11.07-ter.jpg

Constat simple : ...exit la parabole. On a une unique tendance majeure démarrant au point 2 et finissant temporairement au point 4 et définitivement au point 5. Ce que nous pensions être valable pour les droites qui étaient positionnées sous le sommet n'est en fait ici qu'un des sous-aspects de cette tendance et ces 2 droites nous servent finalement à cerner la phase 1 qui nous est beaucoup mieux restituée ainsi.

En utilisant une échelle log, c'est à dire en ayant les évolutions constantes des cours dans une forte tendance haussière comme celle-ci pourtant beaucoup plus restreinte dans le temps que dans la partie 1, on visualise très rapidement la nature des tendances, leurs points de départs et leurs fins.


2 ème règle donc : plus un mouvement s'accélère ou à une grande amplitude (à la baisse ou à la hausse) , plus l'échelle log est à utiliser.

En tout cas avec cet exemple... "il n'y a pas photo" : gain de temps, pas de doute sur les tracés, ils 'tombent' d'eux-mêmes. Demain nous verrons dans la 3ème et dernière partie tout ce que cela implique en terme de qualité d'appréciation, d'approche et de jugement dans la définition d'une décision personnelle vis à vis de cette valeur.

Publié dans APPRENDRE LA BOURSE

Commenter cet article