Graphiques de bourse : échelle linéaire ou logarithmique ? (Partie 1)

Publié le par Gilles Caye

fotolia-se-former-90860-copie-4.jpgVoici une question  qui a déjà été posée plusieurs fois sur le site, maintes fois évoquées dans vos mails et que l'on retrouve souvent  dans les forums. Que faire, Que faut-il utiliser et pourquoi ? Telles sont les questions habituelles là où tout le monde se perd un peu à vrai dire.

Pour la rédaction de mon article Dow Jones - Courbes et analyse graphique sur un siècle  du 7 octobre dernier, j'avais le choix entre un graphe présentant une échelle linéaire (graphe 1) laquelle reproduit les cours en fonction des points de cotation, l'écartement étant le même à chaque fois que le Dow Jones prend ou perd 1000 points. Mais vous voyez que c'était un outil très peu pertinent pour pouvoir établir un quelconque positionnement de droite, ce graphique ne permettant pas non seulement la moindre analyse mais ne permet même pas de restituer à la simple observation le krach de 1929... une simple bosse très anecdotique. Vous l'avez trouvé ?

17117-copie-1.gif
2ème choix: la même courbe avec une échelle logarithmique, c'est à dire que l'échelle retranscrit des pourcentages (%) de progression et non plus les points d'indices, l'écartement est donc de plus en plus étroit au fur et à mesure que l'on s'élève dans la progression : 100 % de progression de 5000 à 10000 mais plus que + 50 % entre 10 000 et 15 000 --> l'écartement est donc deux fois moindre dans l'échelle du graphe.  Dans le premier graphe c'est la différence de 1000 points qui est constante, dans le second c'est le rapport entre 2 graduations de 1 000 qui est constant.

dj-100.GIF
On a donc là une restitution des progressions et nous disposons donc des éléments d'accélérations ou de décélérations de celles-ci permettant de positionner des droites pour déceler des tendances. Nous disposons donc d'une échelle permettant d'assoir nos décisions sur des évolutions comparables. Le 1er laisse entendre une envolée alors que le second restitue un mouvement de fond tout à fait stable avec un canal haussier de près d'un siècle. Le premier peut vous laisser supposer que le Krach de 29 est une donnée finalement limitée alors que le second restitue une amplitude de ce krach jusqu'ici inégalée.

Conclusion : plus un graphe étudie un horizon de long terme, plus la nécessité d'avoir une échelle logarithimique est importante. Vos lectures de la presse ou de livres d'économie, finance et bourse doivent ainsi s'accompagner d'un retraitement et d'une méfiance sur les connaissances que vous pourriez en retirer à la lecture de graphes en échelle linéaire. C'est aussi important que pour les comparaisons entre différents placements sur le long terme qui n'intègrent pas par exemple l'inflation et/ou les dividendes et les intérêts/loyers versés sur la durée.
  1. * notez également (Lapalissade mais...parfois autant le redire):
  2.  
  3. . que l'analyse graphique n'est pas une science exacte ni ne prédit un quelconque avenir. Elle repose d'ailleurs au contraire sur la psychologie et par ce biais au-delà de son hypothèse que toute la psychologie et les informations sont dans les cours amène à considérer une 'mémoire' des transactions et du marché dans son ensemble. On peut ainsi voir qu'une fois repassés au-dessus des plus hauts de 29, les cours sont revenus tester pendant de très longues années cette résistance qui était alors devenue support pour mieux assoir ensuite sa progression ultérieure. Un couloir de 2 décennies un demi-siècle après.
  4.  
  5. . l'analyse graphique doit se baser sur l'observation des cours avant toute chose sans le moindre ajout dans un premier temps et recèle mille dangers : s'en servir pour étayer une théorie, montrer qu'on a raison, pire se mentir à soi-même et s'enférrer dans de mauvaises décisions. C'est la courbe qui vous donne les droites, pas vous qui les mettez là où elles vous arrangent ;-)
  6. --> Apprendre et comprendre la bourse : Tendances, visualisation et comportements d'une courbe (Partie 1 - Aspects généraux)
  7.  
  8. Bref, les courbes ne sont que des représentations et on peut les représenter de plusieurs façons, c'est un peu comme les statistiques, on peut leur faire dire ce que l'on veut.
  9.  
  10. --> Si vous voulez vous donner le maximum de chance de prendre les bonnes décisions sur le long terme autant travailler avec une échelle 'log'... à tout le moins vous éviterez les plus gros écueils (ce sera déjà ça).
  11.  
1ère règle donc : plus on est sur du long terme, plus l'échelle log est à utiliser
 
Nous verrons samedi prochain dans la Partie 2 ce qu'il en est pour prendre vos décisions et tracer vos droites en prenant le cas d'un investisseur sur une valeur du CAC 40.

Publié dans APPRENDRE LA BOURSE

Commenter cet article